Portrait de Samia Elfekih, chercheuse tunisienne à la une d'un journal scientifique australien

Nous l'avons rappelé à maintes reprises : La particularité tunisienne réside bien dans ses femmes qui ont écrit son histoire pendant des millénaires durant, et les chiffres ne cessent de confirmer cette empreinte, au vu de la présence féminine dans la recherche scientifique avec un taux qui devance celui affiché par tous les pays du vieux continent (chiffres et infographie). Mieux encore, tandis que l'Allemagne déplore le manque de femmes dans ses branches du futur dites STEM (Science - Technology - Engineering - Mathematics), la Tunisie affiche fièrement le taux le plus élevé... dans le monde (chiffres et infographie).

Nous sommes allés à la quête de mentions dans les médias étrangers, reconnaissant la place de nos femmes, et nous avons été bien saisis : Quelque part à l'autre bout du monde, en Australie même, une chercheuse bien de chez nous au nom Samia Elfekih s'apprête à mener une mission scientifique au coeur de l'Antarctique connu pour ses conditions climatiques extrêmes.

CIROScope, journal de la place dédié à la communauté scientifique, n'a pas manqué de dresser le portrait de cette fille prodige de la Tunisie en lui accordant une interview fort instructif et.. inspirant, mettant en avant toute une manière d'être pour arriver, outre les compétences techniques.

Nous sommes d'autant plus fiers quand nous apprenons que ce média anglosaxon s'adresse à quelques.. 280 mille abonnés, seulement sur Facebook et Twitter. Nous sommes persuadés que nous serons constamment surpris par bien d'autres profils de Tunisiennes accomplies autour du monde.



Rencontre : Tunis racontée par ses bibliophiles, action du Medina Book Club et Carthagina

Nous reprenons notre voyage à travers les coins et les recoins de la toile, à la découverte d'iniatives dans cette Tunisie qui pétille. Et quelle ne fut notre surprise en tombant sur cet rencontre de bibliophiles créative, fond et forme!

A la différence des évènements de lecture en public dont nous avons vus certains (Tounes Ta9ra, à titre d'exemple), l'action de la semaine se propose un seul thème, une passion qui nous réunit à l'image de cette métropole millénaire aux multiples facettes qui nous fait rêver à travers les mots des centaines de livres qui lui ont été dédiés.

Hier, nos bibliophiles ont exprimé, chacun à sa manière, leurs connaissances et visions de Tunis tant chantée par les historiens, les férus du patrimoine bâti et immatériel (dont voici un outil participatif), mais aussi par les romanciers et poètes, Tunisiens et immigrés d'autres contrées installés parmi nous depuis des lustres.

Nous souhaitons vivement redécouvrir, encore et encore, cet espace commun tellement chargé d'histoire, à travers nos lectures si différentes et enrichissantes.

Bravo aux progaonistes de la rencontre, en l'occurence les associations Medina Book Club et Carthagina, sans oublier l'espace culturel Tahar Haddad qui a gracieusement ouvert ses portes pour accueillir ce débat. Pourquoi pas des rencontres mensuelles autour de thèmes différents ainsi pour s'ouvrir à une frange de plus en plus large de nos bibliophiles qui ont intérêt à se connaître et à alimenter leurs passions mutuellement.

Enfin, nous avons sélectionné pour vous quelques clichés de Tunis d'un autre temps, capturées par le photographe urbain Mourad Ben Cheikh Ahmed dont vous pouvez redécouvrir son projet artistique Lost in Tunis ici.



Spirit of Tunisia : L'âme tunisienne dans toute sa beauté

Cha9a9a : Première plateforme de Crowdfunding associatif en Tunisie

Evasion avec Icône Culture : un journal tout en couleurs

Il y a bien de fois où nous souhaitons nous évader au cours de notre pause hebdomadaire entre les journaux du net. C'est le cas avec ce nouveau-né baptisé "Icône Culture - الأيقونة".

Nous l'avons feuilleté pour vous, et nous n'avons pas été déçus : La chose politique, les faits divers et les tracas du quotidien y font défaut! Ce projet qui s'impose aussi bien par son web magazine que par son coin Facebook honore bien sa devise, se consacrant entièrement à la vie culturelle pétillante dans cette Tunisie révolutionnaire.

Autant nous apprécions le périmètre si bien défini et respecté par ce projet, autant nous souhaitons voir, lire et écouter toujours plus sur cette incroyable effervescence sur le plan officiel, associatif et privé, à l'heure où les industries créatives et culturelles s'imposent de plus en plus comme secteurs d'avenir.

Parcourant les colonnes du journal Icône Culture, nous avons eu le plaisir de nous informer et.. nous inspirer! Nous croyons bien que ce projet a su se se distinguer des coins culturels du web tunisien, en mettant l'accent davantage sur cette scène alternative et surprenante dont on sait peu, ou pas!

Poursuivant notre promenade dans la toile, entre les filets de YouTube, nous avons découvert une autre facette d'Icône Culture dont la web TV promet de nous immerser dans cet univers créatif et sans limites, défiant toutes les lois préconçues.

La Culture, cette niche toute en couleurs semble attirer de plus en plus d'éditeurs en herbe, nous nous souvenons de Hashtag Media (dont voici notre revue), un projet médiatique qui a plutôt choisi de mettre le focus sur l'actualité professionnelle des célébrités.

A ces deux initiatives, nous souhaitons bon vent!


Ghamza, doux clien d'oeil à notre patrimoine artisanal

Poursuivant notre chemin au milieu des galeries de la toile tunisienne, nous avons croisé une nouvelle enseigne artisanale, fort séduisante..

Ghamza nous a interpellé avec son défilé de créations aussi uniques les unes que les autres, alliant les motifs ancestraux aux mille et une couleurs de artisanat plus que jamais ravivé et propulsé par les jeunes mêmes, à l'image des protagonistes de cette aventure qui, de surcoît, a sû tirer le meilleur profit de cette ère digitale. Et pour cause!

Le compte Instagram de la marque déchaîne ses petites attentions au gré des jours, s'immersant dans le quotidien des internautes et des fidèles abonnés dont le nombre frôle les 5000 jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Sur Facebook, Ghamza a amadoué quelques 13 mille fans principalement de la gente féminine. Au delà de ces chiffres, nous apprécions en particulier la communication continue et innovante de la marque qui s'active à mettre en valeur chacune de ses créations, avec et sans mannequins.

Mieux encore, nous avons décelé sur Instagram un appel aux clients pour partager leurs trouvailles de chez Ghamza moyennant un hashtag, de sorte à déculper la présence et le prestige de cette jeune marque toute pétillante.

Nous croyons que le plus difficile a été fait : gagner l'amour de toute une communauté qui fait désormais spontanément le marketing de la marque qui aura intérêt à disposer de sa propre vitrine bien aménagée, pour mettre en valeur la diversité de son offre, et pour rendre possible une éventuelle commercialisation de ses articles.. à l'international! Et pourquoi pas!

De plus, les créations Ghamza pourront être partagées à partir de son site marchand sur Pinterest, premier moteur de recherche visuel qui octroiera à la marque un trafic de qualité de visiteurs, acheteurs potentiels, provenant du monde entier.

Entre-temps, tel un clin d'oeil à notre patrimoine plusieurs fois millénaire, Ghamza continue à le revisiter, à nous surprendre et à embellir nos fils d'actualité, tous les jours! Bon vent!



Nous avons testé pour vous Tunisie Bénévolat

La boîte à outils du citoyen tunisien est continuellement agrémentée par des solutions aussi innovantes les unes que les autres.

Nous avons découvert dans le passé une plateforme entièrement dédiée à cette société civile pétillante, large de plus de 23 mille associations et bénéficiant d'un écosystème légal permessif (voici notre classement mondial). Vous pouvez découvrir notre revue du site Jamaity.

Parce que la créativité n'a pas de bords, un autre coin a vu le jour, sous le nom de Tunisie Bénévolat, avec une approche à la fois différente et fort pratique. Centrée sur citoyens volonataire, la plateforme facilite la participation de ces derniers aux différents projets soumis par les associations inscrites sur le site.

Pour comprendre le potentiel dont regorge cette solution de réseautage, vous pouvez déja ouvrir votre propre compte en tant que citoyen bénévole si vous souhaitez changer quelque chose dans votre région. En effet, au moment de vous inscrire, vous pouvez renseigner les causes qui vous tiennent à coeur, tout comme votre localisation. Ces informations sauront vous ramener les projets les plus proches de vos idéaux et.. de l'endroit où vous êtes. Nous apprécions l'intuitivité de ce concept qui, de surcroît, est bien implémenté par le site. A cet égard, nous voudrions voir une page d'accueil qui traduit la diversité incroyable des "offres" pour bénévoles, sous forme d'une carte interactive, ou moyennant simplement une page enrichie de visuels traduisant les secteurs d'activité, pourvu que chaque visiteur s'assure qu'il/elle est bien représenté par cette ruche citoyenne.

Et par là, pourquoi pas une application mobile propice à notifier les citoyens à tout momen et en tout lieu des actions ayant lieu par ici et par là! Sachant la connectivité croissante des Tunisiens à la toile via les smartphones, nous croyons que Tunisie Bénévolat pourra révolutionner toute une société, s'invitant plus aisément dans notre quotidien.

En attendant, nous souhaitons également voir la page Facebook de la plateforme s'activer au gré du jour pour promouvoir les initiatives et les projets émanant des différentes associations dans les quatre coins du pays. Par ailleurs, Tunisie Bénévolat a eu l'ingénieuse idée de s'investir du LinkedIn, premier réseau social pour les professionnels, ce qui pourra souffler des idées à nos entreprises responsables ainsi qu'à nos entrepreneurs sociaux de plus en plus nombreux et originaux!

Enfin, si vous êtes un féru des chiffres, nous vous proposons ce regard schématique rapide sur l'envolée de la niche des associations humanitaires ces dernières années


Action Embellissement : Ariana réappropriée par ses habitants

Les actions citoyennes sont bien intemporelles et fortement ancrées dans notre société malgré toutes les apparences. Quelques mois auparavant, nous avons vu la mobilisation continue de notre société civile pour nettoyer nos plages régulièrement à titre d'exemple, vous pouvez redécouvrir notre billet à ce propos.

Dans certains cas, des initiatives responsables pareilles sont spontanées, lancées par des individus ayant réussi à fédérer du monde grâce à la magie de cette toile pétillante et débordante de bonne volonté, à l'image de cette action estivale pour l'embelissement de la médina de Tunis.

Et l'élan citoyen continue de plus belle, en ce moment même à l'Ariana où une autre rencontre a été organisée par les habitants de la ville pour entamer une journée de nettoyage et de peinture tout au long des allées ravissantes de notre ville des roses.

Vous pouvez découvrir l'annonce et les issues de cette campagne sur ce coin Facebook qui lui a été réservée. A l'origine de cette action enchanteuse, nous retrouvons une page communautaire consacrée à l'Ariana. Voici un bel exemple de mobilisation locale à l'ère du digital.

Enfin, rappelons qu'il ne s'agit pas de la première fois que la toile exprime sa passion particulière pour cette ville. Plus tôt cette année, un groupe de jeunes a pris en charge un projet médiatique sur les réseaux sociaux pour nous faire découvrir les recoins de la ville et ses environs ainsi que les histoires y associées. Vous pouvez vous immersez avec "We are Ariana" dont voici notre revue.


Lost in Retro Gaming : Echappée hors du temps

Vous souvenez-vous de cette vadrouille insolite aux confins de Tunis, médina et ville moderne, revisitées par le photographe urbain Mourad Ben Cheikh Ahmed ? Nous avons alors découvert la beauté exquise de nombreuses bâtisses qui ont été réléguées aux oubliettes. Ce projet photographique n'est pas passé inaperçu chez nos voisins de l'autre rive, "Lost in Tunis" a attisé les nostalgies italiennes comme en témoigne cet article que nous avons résumé pour vous.

Et c'est loin d'être fini! Les prises glaçantes de nos monuments à l'abandon ont inspiré un autre artiste : Chuky, spécialiste de la retouche photo, qui a eu l'idée d'imbriquer des objets de notre enfance dans ces paysages urbains. Le résultat est aussi hilarant que.. naturel! Les compositions semblent si harmonieuses, accentuant l'air de nostalgie qu'elles dégagent. Les clichés ci-après ont été rebaptisés "Lost in Retro Gaming".

  

  


Enfin, rappelons que Chucky n'en est pas à son premier coup. Nous avons vu une de ses créations affectionnant un autre pan de notre mémoire.. notre dialecte, dont voici notre revue. De même, ces fragments qui ont marqué l'enfance de générations entières ont été chéries par d'autres créatifs, autour de ce projet de design par exemple. Bonne inspiraiton!


We are Sousse : Quand la ville est racontée par ses gens

Quelques mois auparavant, nous avons redécouvert la douce Ariana embellie et promue par ses propres jeunes réunis par un projet médiatique digital : We are Ariane (en voici notre revue).

En réalité, cette expérience mêlant photographie et story-telling a été reproduite dans bien d'autres régions et villes, à l'instar de Sousse qui a résolument dépassé les plaies du passé.

Loin de la promotion officielle de notre "perle du Sahel", l'initiative "We are Sousse" a puisé sa campagne infatigable de l'amour des habitants de la ville qui en sont les maîtres. La devise du projet est on ne peut plus claire : Discover the region of Sousse through the eyes of its citizens! 

Des mots pareils sont de nature à rassurer nos visiteurs potentiels, en titillant leur curiosité quand on sait que la plateforme We are Sousse s'efforce de diversifier son contenu pour s'aligner avec tous les goûts : Délices, Culture, Nature et Sorties sont parmi les univers investis par le projet. Par dessus tout, nous apprécions la présence de tout un portail dédié, ce qui ne manquera pas d'inspirer les protagonistes de l'initiative au même titre que les acteurs économiques de la région, en quête de visibilité, parce que nous croyons bien que ce projet peut être viable et rémunérateur pour ses chevaliers.

Sur le plan communication, We are Sousse s'est invité sur différents réseaux sociaux : YouTube, Instagram et Facebook. Toutefois, ce dernier demeure le plus gâté : les publications y sont plus abondantes, ce qui a valu au projet une base de fans plus importante frôlant les 7000 abonnés. Nous aimerions tant voir cette prouesse se reproduire sur les deux autres comptes qui offrent des fonctionnalités et des opportunités fort intéressantes pour.. conquérir toujours plus de touristes, pour les yeux de Sousse, de ses environs et de toute une contrée qui mérite tellement mieux!



Tunis aux yeux de Lexie Alford : Une vedette du Globetrotting

Nos échappées sur la toile nous ont révélé bien de coins flatteurs, chantant notre pays. Tout a commencé quand nous avons découvert un article récent publié sur les colonnes du prestigieux Insider (notamment connu pour sa version Business Insider), consacré à dix destinations autour du monde visitées par une globetrotteuse pas comme les autres.

Elle s'appelle Lexie Alford, considérée comme étant la plus jeune voyageuse ayant osé tous les pays de la planète! Nous avons ainsi atteri sur son propre compte Instagram suivi par plus de 300 mille abonnés suivant les pas de notre invitée de près. Nous vous laisson imaginer l'impact des mentions dont la Tunisie a bénéficié sur un compte aussi pétillant!

Retour à l'article en question qui met le cap sur Tunis et ses environs. A travers quelques lignes finement ficelées, l'internaute peut s'informer sur la richesse historique et architecturale de notre métropole. L'auteur du billet, Rachel Hosie, n'a pas manqué de dresser un parallèle entre le village pittoresque de Sidi Bou Saïd et celui de la Grèce, Santorini, surévalué auprès de nombreux touristes du monde.

Nous ne pouvons être plus fiers d' une telle marque d'attention spontanée, apportée par un journal aussi influent, fort de plus de 10 millions de fans rien que sur sa page Facebook. Cela démontre encore une fois le potentiel tout juste inestimable résidant dans la communication dite "influencer marketing". Il importe d'affectionner des vedettes pareilles, les invitant parmi nous, pourvu qu'elles deviennent parmi nos ambassadeurs sur le net!



TunRooms ou la naissance d'un Airbnb Tunisien

Notre balade aux confins des galeries du net nous emportent cette semaine vers.. mille et un coins magiques de cette contrée, grâce à cette plateforme de location qui semble affectionner les différentes villes et régions à pied d'égalité. Zoom.

A première vue, TunRooms se présente comme un site d'annonces comme on en a vu des dizaines.. néanmoins, ce site se distingue à bien des égards.

D'abord, l'ergonomie simplifiée et élégante nous rappelle celle du légendaire Aibnb, mettant en relief les destinations dont regorge notre Tunisie plutôt que des vulgaires petites annonces et bâtisses. TunRooms semble clairement mettre le cap sur l'expérience de la région avant tout. Cette similitude est subtilement illustrée par le logo même, les protagonistes du projet cherchent-ils à s'adresser à l'inconscient des voyageurs du monde?

Nous apprécions également le focus de cette plateforme qui a bien délimité son territoire, s'intéressant uniquement aux logements meublés et s'adressant aux vacanciers et aux vadrouilleurs en quête de séjours de courte et de longue durée.

De plus, la phrase d'accroche nous semble innovante : Ainsi, TunRooms chatouille l'envie des propriétaires à arrondir leurs fins du mois en partageant leur offre sur le site. C'est élémentaire, oui, mais le dire solonellement a de quoi souffler des idées à des milliers de ménages qui ambitionnent de tirer le meilleur profit de leurs demeures, pour le profit de leurs économies mais aussi de leurs régions!

Nous avons la ferme conviction que ce projet est propice à catalyser l'extraordinaire maturation du tourisme alternatif et celui de l'intérieur en Tunisie. Cerise sur le gâteau, le paiement en ligne est bien pris en charge par le site qui s'ouvre à l'international, acceptant aussi bien les euros que les dollars du monde entier.  Quid de la communication ?

Outre la page Facebook relativement active mais dont les publications sont plus qu'alléchantes, TunRooms n'a pas oublié le très prisé Instagram pour se lier davantage avec nos visiteurs potentiels grâce aux fonctionnalités de la plateforme.

A ce projet qui promet, nous souhaitons un agréable voyage vers l'excellence!


Journal Eddenya : Ode au bien-être au quotidien

Notre arrêt hebdomadaire au kiosque à journaux du net peut parfois s'avérer.. succulent, à l'image de ce coin que nous venons de redécouvrir..

Bien qu'il se présente sous la forme d'un site d'information, Eddenya semble affectionner particulièrement nos plaisirs culinaires du jour au jour, y rajoutant une pincée d'attention à notre santé et bien-être.

Au fil de nos balades entre les lignes de ce journal, nous avons eu droit à un cocktail de connaissances de pointe et d'astuces maison pour soigner nos recettes et joindre l'utile à l'agérable.

Autant ce coin constitue une véritable référence en la matière qui, de surcroît est constamment actualisée, autant nous aurions aimé admirer une ergonomie aussi appétissante que le contenu. Au vu du contenu visuel riche gracieusement offert par nos fruits, légumes et différents mets, pourquoi ne pas présenter le site sous forme d'un catalogue, rappelant le très apprécié Pinterest. Techniquement, une refonte graphique pareille peut être aisément implémentée grâce à des maquettes préconfectionées, du prêt-à-porter!

Sur le plan de la communication, Eddenya peut se féliciter d'une communauté fort large de près de 330 mille abonnés sur la seule page Facebook au nom générique "Des tructs et des astuces maison". Nous souhaitons voir le site se doter d'un compte sur Pinterest où il pourra relayer ses fiches et ses recettes, pour générer un trafic à la fois conséquent et de qualité. Rappelons que cette plateforme sociale s'apparente à un moteur de recherche pétillant, mis à jour en permanence par les contributions de ses membres aux différents centres d'intêrêt, alors.. autant en profiter! Voici notre mode d'emploi de Pinterest.

Longue vie à Eddenya, ce compagnon attentionné et gourmand!


Tunisian Wonders, une nouvelle fenêtre sur le Monde

Pour nous évasion du jour, nous nous sommes laissés emportés par un autre courant ruisselant de beauté, jaillissant de cette toile qui ne cesse de nous surprendre, Instagram en particulier.

"Tunisian Wonders" est un coin qui a vu le jour récemment, ayant pour mission de rassembler pui de relayer les clichés enchanteurs de cette contrée aux mille et un univers.

Les photographies émanent de moult artistes et mettent en avant la richesse inouie des paysages naturels et architecturaux qui ornementent notre quotidien, nous rappelant la chance d'appartenir à un pays pareil.

Le projet est initié par Amani Ben Ghanem, Eya Bejaoui et Maroua Khayati, professionnelles en devenir dans le domaine du tourisme, impatientes d'apporter leur propre touche - digitale - à la promotion de la destination Tunisie.

Certes, les projets pareils se multiplient, nous avons vu Inside Tunisia, Stay Tounsi, Things I can, et bien plus! Ces efforts conjugués renforcent l'image de marque d'un pays qui mérite tellement mieux. Nous sommes bien curieux de voir comment ce coin Tunisian Wonders va pouvoir tirer le meilleur profit du.. profil de ses protagonistes, fins connaisseuses d'un secteur qui se renouvelle perpétuellement au gré des nouvelles technologies.

Nous souhaitons bon vent à ce voyage sans fin!


Snipy.tn : A la chasse des talents!

Tout au long de nos balades sur le net, nous avons dévouvert une pléthore d'outils qui se proposent d'assister les internautes dans la poursuite de leurs rêves professionnels. Certaines de ces plateformes ont même excellé dans la spécialisation de leur offre, à l'image de Chantier, Mramma ou encore Bâtisseurs.tn.

Aujourd'hui, nous faisons un arrêt sur un espace qui s'adresse à tous et au slogan on ne peut plus Tunisien, littéralement : "Travaille et fais travailler, Gagne et fais gagner", des mots qui unissent commanditaires et prestataires, en les rapprochant les uns des autres grâce à son catalogue de.. compétences si bien réfléchi.

D'abord, nous apprécions la mise en avant du capital humain renfermé par tout chacun. A la différence de la plupart des plateformes de télétravail, Snipy présente une ergonomie entièrement centrée autour de ses utilisateurs qui créent l'offre et la demande à la fois. En scrutant certains profils, nous pouvons aussi bien découvrir leurs propres présentations en plus des recommandations qui leur ont été faites par d'autres utilisateurs-clients du site qui honore ainsi sa devise.

Autant nous apprécions l'originalité de Snipy, autant nous souhaitons voir la recherche des talents facilitée en introduisant davantaege de filtres qui traduisent la richesse humaine renfermée par la plateforme : secteurs d'activité, régions, mode d'intervention, langues maîtrisées, etc. De même pour le fil de.. compétences défilant à l'accueil du site, nous recommandons l'insertion de ces filtres pour que chaque chasseur de talents puisse personnaliser ce fil à sa guise.

En dehors du site ouvert à une amélioration continue, la communication autour du projet Snipy nous semble exemplaire. A titre d'exemple, les publications de la page Facebook s'adressent aux diplômés de l'enseignement supérieur et ceux de la formation professionnelle à pied d'égalité. Chacun trouve son compte!

Hélas cette page semble s'activer par périodes, nous souhaitons voir son contenu qui déborde d'espoir rayonner au gré des jours, pour rappeler les abonnés de la page, et ils sont nombreux (32 mille jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes) de rendre visite Snipy pour y dénicher des opportunités ou pour mettre à jour son profil. Il est question d'inciter les internautes à s'habituer à ce coin qui pourra révolutionner le marché de l'emploi sur la toile. Bon vent!


Nous avons suivi Khyoot, une enseigne artisanale à l'ère du Digital

Poursuivant nos errances dans les galeries de la toile, nous nous sommes retrouvés face à un coin fort remarquable de part son offre si bien.. ficelée.

A l'image d'une perle, Khyoott émerge dans l'univers Instagram en tant que broderie en ligne qui déborde de créativité et de bienveillance, à l'image de ce clien d'oeil aux femmes combattantes contre le cancer du sein. Les différenets créations photographiées sont accompagnées d'un texte finement tissé, en Anglais, suivi d'un bouquet de hashtags sélectionnés de sorte à rendre ces publications accessibles aux utilisateurs de ce réseau social dans les quatre coins du monde. Nous vous invitons à partager notre balade sur cette adresse.

Notre souhait est de voir ce projet en herbe s'investir aussi bien sur Facebook que sur Pinterest. Ce dernier constitue le premier réflexe pour s'inspirer auprès de millions d'internautes.. autour du monde! Rappelez-vous, cette plateforme est avant tout un moteur de recherche d'images et.. d'idées!

Et par là, pourquoi ne pas penser à un simple site-vitrine pour référencer les créations Khyoutt ? Le contenu pourra bien par la suite être relayé sur Pinterest afin de bénéficier de son trafic apprécié tant en termes de volume que de qualité. Fort de son propre site marchand, Khyoott s'offrira de nouvelles opportunités de visibilité et de commercialisation, comme ce fut le cas de la mercerie digitale Rayhane dont voici notre revue.

La protagoniste du projet en entrepreneuse a choisi de mettre en avant son enfant-enseigne que nous souhaitons bien voir grandir et s'épanouir. Nous croyons bien que Khyoott est un concept qui a toute les chances de se développer, telle une toile, au delà des frontières, pour aller à la rencontre d'une clientèle sans limites en quête d'originalité et.. d'attention!



Groupe de la semaine : J’ai réduit mes déchets pour vous

Combien de fois cette toile pétillante nous a révélé le sens de la responsabilité et de l'initiative ancrée chez bon nombre de nos compatriotes, depuis des années, bien loin de certains phénomènes de mode hélas éphémères.

Nous avons voulu marquer un arrêt sur ce coin citoyen au titre on ne peut plus suggestif : j'ai réduit mes déchets pour vous. A l'image d'autres groupes où les membres partagent gracieusement leurs belles expériences, bons plans et déclices, celui appelle à un partage de bonnes pratiques visant à réduire les déchets plastiques pour le bien d'un environnement sinistré.

Les publications se déchaînent et surprennent de par leur diversité et qualité : elles sont tantôt alarmantes, nous rendant compte de l'évasion du plastique dans nos assiettes mêmes, tantôt alléchantes, mettant au grand jour des créations artisanales ainsi que des inventions bio et bien de chez nous, propices à changer nos habitudes de consommation au quotidien.

Nous avons suivi ce groupe pendant des jours durant, que de l'inspiration! La protagoniste de cette communauté avertie, Myriam Mahjoub, semble avoir bien fait respecter les règles de participation de sorte à prévenir toute.. "pollution" de contenu non approprié.

Au final, nous estimons qu'avec une ruche aussi bien active et sélective, les idées vont trouver leur chemin doucement mais sûrement, au seins des ménages, des quartiers, avant de se généraliser à toute une société qui n'a rien à envier aux pays développés. La conscience citoyenne au gré des jours est le fondement de tout changement!

Puisse cette dynamique réussir là où la loi - promulguée depuis deux ans - a échoué.. A cet égard, nous souhaitons voir ce groupe héberger bien plus d'évènements pour engager la communauté davantage, et qui peuvent prendre la forme d'actions de journalisme citoyen de proximité, à l'instar de cette action originale pour la collecte des déchets à la sortie des salles de cinéma.

Et pour finir sur cette citation relayée par Myriam Mahjoub qui fut à l'origine de ce groupe :
« Je suis un enfant, moi aussi, de cette société de consommation. Je dois avancer pas à pas vers plus de cohérence. Jusqu’où suis-je vraiment prêt à aller dans le choix, dans le renoncement. »
Le syndrome du Titanic. Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre 


Mimosa Moo Travel Cow : elle a fait le tour chez nous!

Nous poursuivons nos escapades à travers la toile pour redécouvrir notre chère contrée aux yeux de ses invités et amoureux, qu'elle ne fût pas notre surprise en tombant sur ce cliché qui nous arrache un sourire et beaucoup de fierté en lisant ces quelques mots spontanés : "I’m thankful to be in Tunisia right now!", dixit "Mimosa Moo Travel Cow".

Il s'agit là d'un coin Instagram pas comme les autres, animé par cette mascotte du même nom qui voyage et qui déchaîne les fans autour du monde grâce à ses prises aussi bien originales que rayonnantes de joie et de bonne humeur. Nous souhaitons vivement accueillir de nouveau cette.. vache qui rit et qui ravit pour faire découvrir au monde entier bien de coins de notre pays.

Jusqu'à l'heure de l'écriture de ces lignes, le compte en question est suivi par plus de 8000 abonnés sans compter Facebook.


Quand les mots parlent : projet créatif par Chucky

Nous renouons avec ce coin d'inspiration où la créativité de nos artistes n'a cessé de nous surprendre, à l'image de ce "jeu de cartes" si l'on peut le décrire de la sorte, déformant astucieusement l'orthographe des mots de notre si cher langage tunisien pour leur donner tout leur sens...

Sans en dire plus, nous vous laissons vous balader à travers ce jeu de lettres et de mots.. qui parlent!








Nous avons puisé pour vous ces créations de la page "Chucky", oeuvre de l'artiste digital Yassine Chouk qui ne cache pas sa passion pour cette langue tunisienne, à l'instar de Think'Ink (revue) qui a revisité des proverbes et des adages bien de chez nous, combinant Tounsi et Anglais.

Nous avons constamment vu comment cette langue s'impose sur la toile en tant que média (Bedderja, à titre d'exemple) et réseau citoyen (en voici notre revue) et va jusqu'à fasciner les amis de la Tunisie dans les quatre coins du monde, en Indonésie par exemple!

Puisse nos créatifs s'inspirer toujours de ce patrimoine immatériel qu'est notre langue.. perpétuellement enrichie et métamorphosée au gré des temps.



Redécouverte de la Chebba grâce à son nouveau coin journalistique

Cette semaine, notre passage au kiosque à jouraux du web s'apparente à une échappée dans un des coins les plus convoités de notre littoral : Chebba, littéralement, la belle!

Quand l'été battait son plein, nous avons découvert avec admiration l'essor d'une jeune ambassadrice de la Tunisie au nom de Syrine Marghli, présentatrice en herbe, qui nous a présenté cette localité à sa manière (en-voici notre revue).

Aujourd'hui, la Chebba fait de nouveau parler d'elle grâce à un nouveau-né médiatique portant le nom ambitieux Chebba News. Nous avons fait le tour de la page Facebook pour en savoir plus, et nous partageons certains points d'appréciation.

D'abord, le(s) administrateur(s) de la page semble(nt) déterminé(s) à garder jalousement le caractère local et si unique de ce coin du web, en braquant les lumières sur les petites nouvelles marquant le quotidien des habitants de cette petite ville de charme. Hormis nouvelles nouvelles d'ordre national, les publications de la page sont tournées vers l'actualité associative et économique. La volonté est bien là, et nous croyons que cet espace peut offrir bien plus, fond et forme!

Ainsi, nous souhaitons voir ce média en herbe s'intéresser de près aux soucis minimes mais pas du tout anodins caractérisant l'infrastructure, l'état de la propreté et de l'environnement, les points noirs s'il y en a, les lieux de rencontre des chevaliers de la société civile désireux de changer les choses vers le mieux, ..Non loin de la Chebba, Mahdia s'est vu doté d'un média de proximité exemplaire (dont voici notre revue)  lancé par des jeunes entrepreneurs avec leurs propres moyens.

Nous ne doutons pas de la ferme volonté de(s) protagoniste(s) de ce coin pour le rehausser à l'image de cette localité saisissante.. Chebba..

Enfin, un journal électronique est en cours de construction, ouvrant des perspectives réelles de monétisation auprès des partenaires économiques de la région, au vu des quelques 334 mille abonnés de la page jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Nous ne manquerons pas de le visiter une fois inauguré. Bon vent!