CreaFun : le fameux tableau de Van Gogh prend vie!

Nous entamons cette nouvelle semaine sous le signe de la légereté et de la créativité.

Nous avons déniché pour vous une courte vidéo à la fois amusante et surprenante : d'en haut, vous pouvez observez une fameuse spirale en mouvement perpétuel pendant quelques secondes, avant de laisser votre regard tomber sur la fameuse toile "Starry Night" de Van Gogh qui, comme par magie, se met en mouvement elle aussi.

Cette illusion d'optique met à jour le géni de l'artiste dont la peinture ne finit pas de livrer ses secrets. Bon visionnage et bonne redécouverte!


Réactions : "Tounsi w min wra el blayek"

Il y a quelques jours, une déclaration polémique tenue par la maire du Bardo a suscité l'indignation de l'opinion publique et en particulier, les internautes, loin de toute considération politique.

A l'origine de ce tollé fut l'expression discriminatoire "Men wra el blayek" (mot-à-mot : "au delà des panneaux" pour désigner les migrants dans les grandes villes) employée par notre responsable élue, portant ainsi préjudice à des milliers de citoyens, si ce n'est pas la quasi majorité des habitants de Tunis-Ouest, et de toute la Tunisie.

Ces quelques mots qui ont renfermé tant de haine pendant près d'un siècle ont touché directement et indirectement une grande partie des citoyens qui en définitive, sont originaires de différentes régions du pays.

La campagne virale "Tounsi w Men wra el blayek" est ainsi née, attaquant le régionalisme tenace dans nos mentalités à coups de témoignages émouvants nous révélant la richesse de nos origines plurielles, à l'instar de notre consoeur Rim Saaidia, une des journalistes brillantes de notre Tunisie diverse :



Dans la foulée de cette campagne, des badges ont été publiés par Abdelhedi Hamzaoui pour changer la photo de profil pour être solidaire avec chaque coin de notre Tunisie. Rendez-vous sur cette adresse.




Réactions - The Gate Affair

La semaine dernière, nos réseaux sociaux ont été le théâtre d'une histoire doublement virale.

D'abord, un témoignage poignant faisant état de l'humiliation réservée à deux enfants nécessiteux - par le personnel et/ou un responsable - invités par un couple dans un restaurant huppé.

L'histoire a fait le tour de la toile, accompagnée d'un appel au boycot de l'établissement responsable de cet acte.

La pression fut tellement pesante et rapide que ledit restaurant s'est rattrapé le jour d'après en invitant ces enfants, accueillis et chouchoutés semble-il, photos-souvenirs à l'appui.

Cette action communiquée par la marque (voir liens des publications ci-dessous) ont été autant virales, était-ce un bon buzz ?

Nous avons simplement scruté les réactions des internautes données par les fameuses émoticones Facebook, et les chiffres ne complaisent pas : La dernière publication à titre d'exemple a suscité l'indignation de 1700 personnes et elle a été ridicule aux yeux de 386 autres facebookers.

En contre-partie de ces 2000 réactions négatives, seulement 547 simples "likes" et quelques dizaines de réactions sympathisantes. Cela va sans dire les commentaires qui ont été particulièrement virulents. L'action-rattrapage a-elle été maladroite ?

Nous avons sélectionné pour vous l'avis d'un spécialiste de la communication sur les nouveaux médias :


Nous ne cherchons pas à remettre en cause la joie innocente qui rayonnait sur les visages de ces enfants, et nous ne pouvons dénigrer une action qui a rétabli cette joie et un peu de dignité, MAIS.. la manière de communiquer semble problématique. Un communiqué d'excuses ou un simple texte relatant l'action corrective du restaurant auraient été suffisants, spontanés et auraient plus de chances d'être acceptés par un internaute tunisien qui est loin d'être complaisant.

Ci-après les liens des publications du restaurant :
- Photo de groupe
- Et une autre avec le responsable en premier-plan
- Cadeaux faits aux enfants


Into the Wild : une vidéo promotionnelle qui fait sensation

Suivant notre sentier à travers la toile tunisienne, nous avons souhaité re-partager une ancienne vidéo promotionnelle du tourisme alternatif, merveilleusement montée et racontée par une équipe d'aventuriers & randonneurs, dans un langage dialectal spontané et persuasif.

Bien que l'initiative soit privée, émanant de l'agence Gorilla Productions, nous faisons sa pubilicité volontiers, car au final, ce travail audiovisuel promeut nos régions belles mais reculées, et par dessus-tout, il s'agit de la meilleure publicité de la destination Tunisie auprès des voyageurs avides d'aventure et de nature. Parole aux protagonistes de ca campagne immortelle "Into the Wild" :

"شق الخلا " كلمة نقولوها باش نهربو مالروتين و هم الدنيا .. كلمة يقولهالك صاحبك كي ما يلقى باها وين " باش نشق الخلا " .. موش بالضرورة الخلا يكون خايب ولا موحش  .. هذا الخلا الي نحبو نهربولو .. الخلا المخلي مالهم، مخلي من الغزول و القراية و الخدمة و الروتين و العيشة البهيمة .. اخرج و تحرر راك باش تعيش مرة، مرة وحدة بركا .. هذي العيشة الي نحبها و باش نعيشها هذا الفيديو فيه غرامي و غرامك .. هذا الخلا . 



Ce travail a été le fruit d'une équipe soudée et réunie autour des mêmes passions : Aventure et Créativité. Nous citons : Safwen Khiari, Amine Ouesleti, Daly Chebil, Abdallah Raddadi, Saber Sliti, Louay Cherni et Saddem Houimli.




Hack for Transparency ou quand la Cour des Comptes séduit encore plus ses fans

D'habitude, nous allons à la rencontre des communautés du Net pour en dénicher les nouvelles campagnes et plaidoyers. A notre grande surprise, l'action de la semaine a été initiée par un organe public à savoir la Cour des Comptes, un des piliers fondamentaux de notre pouvoir juridictionnel.

La Cour n'en est pas à son premier buzz : ses rapports annuels ont suscité un intérêt et une sympathie croissantes de la part du grand public de mieux et mieux informé sur les déboires de notre nouvelle démocratie.

Compte tenu des ses ressources et compétences encore limitées, la Cour des Comptes a lancé un concours baptisé "Hack for Transparency" à l'adresse des créatifs et des développeurs qui sauront proposer des solutions innovantes au profit de la transparence et la bonne gouvernance. Pour en savoir plus sur le déroulement du Hackathon, rendez-vous sur la page officielle de la Cour des Comptes.

L'inscription est ouverte jusqu'à lundi prochain le 25 février 2019, voici le formulaire!



Action: Sauvons notre Patrimoine! L'Hôtel du Lac

L'action qui nous a interpellé cette semaine provient du collectif "Winou el Patrimoine" (dont voici le groupe Facebook) et pour cause: le fameux Hôtel du Lac juxtaposant le coeur battant de la Capitale, est officiellement condamné à la peine capitale...

Cela fait des mois et des années que les voix se sont élevés contre le risque de démolition de cette structure emblématique de Tunis contemporaine, mais rien n'y fait devant la logique purement lucrative des nouveaux propriétaires de cet hôtel dont l'image a souvent décoré les cartes postales de notre Tunis.

Action: Arrête ton sale Cinéma


Telle est la prochaine action programmée par le collectif OAEEPV "On a été embêté pour vous" dont le nom résume tout. 


L'incivisme dans les salles de cinéma ne date pas d'hier, nous avons eu droit à des photos désolantes sorties des salles des cinémas pendant nos prestigieuses journées cinématographiques.

Les saletés ont encore fait la une il y a peu, à peine quelques jour après l'ouverture des salles Pathé réputées pour être à la hauteur des standards internationaux, et c'était la goutte qui a fait déborder le vase. Les embêtés se veulent proactifs, le groupe a pensé à une action concrète pour contrecarrer ce phénomène que rien ne peut justifier.

Coin Archive : A quoi ressemblait un "Kotteb" en 1944 ?



Retour au Coin Archive de cette semaine, nous avons choisi pour vous une carte postale qui a fait le tour de la toile, mais qui mérite encore d'être mise en avant...

Ce cliché datant de 1944 contraste parfaitement avec les images désolantes qui nous ont été parvenues de la soi-disante école coranique découverte aux alentours du Regueb.

Il y a 75 ans, le conservatisme était encore fortement ancré, mais cela n'a pas empêché les enfants, filles et garçons, d'être ensemble, spontanés, sans code vestimentaire importé ou imposé, ..

Et cela va sans rappeler que ces mêmes enfants de l'époque avaient le droit de continuer leurs études dans nombre d'établissements modernes dont le Collège Sadiki ouvert en... 1875. Voici une autre pièce d'archive attestant l'ouverture de ce lycée.

Tout cela pour dire que la nouvelle mode islamiste n'a pas de place ni maintenant, ni jamais, ni même dans le passé!


Le Street Art Tunisien à l'honneur sur Maghreb Voices

Maghreb Voices, web magazine suivi par plus de 1.5 millions d'internautes maghrébins, a fait le buzz en publiant un mini reportage sur notre art de rue encore appelé art urbain, ou Street Art.

La vidéo de 60 secondes a raflé quelques 62,000 vues en moins de 24 heures, suscitant une vive admiration de la part de nos compatriotes maghrébins et plus loin encore! 

Ce mini web-reportage a doublement fait honneur à la jeunesse tunisienne : d'abord, en faisant l'apanage du Street Art qui illumine les coins les plus ordinaires et gris de notre centre-ville, et ensuite, c'est la femme tunisienne qui fait encore une fois parler d'elle car oui, le Street Art peut aussi être au féminin! Fièrement!



We are Ariana.. ça sent si bon!

Il y a quelques semaines, Ariana el Baya s'est majestueusement invitée sur Instagram.

Jour après jour, nous découvrons des coins et des recoins inéditis de notre Cité des Roses et ses environs. La photographie - accompagnée d'un texte soigneusement rédigé- n'épargne aucun lieu, aussi familier soit-il! Ainsi nous nous retrouvons tantôt dans le coeur du centre-ville plein de vie, tantôt à l'intérieur des châteaux centenaires en dehors du temps.

Mona Lisa en vie!

C'est du moins ce que laisse suggérer cette vidéo d'animation originale et très bien faite : le portrait légendaire de La Joconde entre autre chefs d'oeuvres ont sorti de leur mutisme éternel.

Sans en dire plus, nous vous laissons découvrir et vivre par vous-mêmes la vidéo! Bon visionnage!


Coin Archive : Il y a 144 ans, le collège Sadiki

Il y a 144 ans jour par jour, la Tunisie s'est officiellement doté de sa première institution d'enseignement moderne, en l'occurence le collège Sadiki.

Nous avons déniché pour vous sur la toile une copie de la déclaration officielle rédigée par le premier ministre de l'époque, Kheireddine Pacha, un certain 1er Février 1875.

Cette perle rare a été mise en avant par la communauté des anciens et des bacheliers du collège et lycée Sadiki deux fois centenaire. Il y a de quoi être fier!




#10yearsChallenge à la sauce tunisienne

Surfant sur la vague du buzZ de la semaine baptisé "10 years challenge", nous avons découvert quelques publications à la fois décalées, rigolo et pleines de sens. 

Le #10yearschallenge avait pour objectif de mettre face à face sa photo d'aujourd'hui et celle datant de 2009, histoire de rigoler, avec un air nostalgique, ou non, ou encore pour faire découvrir ses amis l'autre lui-même. Jusqu'à cette heure-ci, le challenge a fait adhéré près de 3 millions internautes sur Instagram seulement. 

Sauf que sur la toile tunisienne, ce sont aussi les produits si chers (et devenus chers) pour le Tunisien qui ont aussi participé au challenge, nous avons sélectionné pour vous une série de photos avant/après, idée et conception par Haithem Oueslati. 









Concours Photos : Ariana revisitée par ses habitants

Il fallait y penser! La communauté de plus en plus élargie des photographes amateurs qui pillulent sur la toile a enfin attiré l'attention de la sphère politique, du moins dans la commune d'Ariana qui a décidé d'organiser une journée "safari photos" au profit de tout jeune citoyen muni d'un appareil photo ou même d'un smartphone. 

Seule règle "bureaucratique" : chacun participant doit confirmer sa présence en envoyant un email au préalable mentionannt son identité, âge et numéro de téléphone. 

Le jour J, dimanche 20 janvier 2019, les participants, réunis au Montazah Bir Belhassen, auront droit à un cours d'initiation (d'une heure et demie) à la photographie en milieu urbain, avant de partir à la chasse des coins et des recoins de leur ville pendant cinq heures suite auxquelles ils vont se retrouver dans le parc pour transférer leurs meilleures prises de la journée. 

Cette initiative communautaire est certes louable, quoiqu'il fallait l'intervention d'au moins quatres partenaires institutionnels et privés (le coworking space Maison de l'Image, l'Institut Français, Cafés Ben Yedder et SCAM). Nous aimerions tant que les autorités locales collaborent continûment avec leurs communautés, et bien sûr, nous souhaitons que cette collaboration soit la règle sur les 365 municipalités élues sur tout le pays...