Opération #OpenMosques

A l'ère de Ben Ali, les activistes déonoçaient la main basse opérée par l'Etat sur les mosquées, là où la majorité des pratiquants étaient étroitement contrôlés et harcelés. D'autant plus que les mosquées étaient interdites d'accès en dehors des horaires des prières.

Depuis la révolution, un véritable climat de liberté s'installe, les mosquées, entre autres, ouvrent grandes leurs portes aux fidèles et aux courants de pensée islamique divers et méconnus.


Quand il y a "changement", il y a forcément "des défis à relever" :

L'Etat de l'après-révolution semble aller de l'extrême à l'extrême, abandonnant les mosquées à leur propre sort. Certaines d'entre-elles, dit-on, sont désormais entre les mains des salafistes. Nous ne cherchons pas à les stigmatiser. mais certains courants sont connus pour leur interprétation stricte et restreinte de l'islam, jusqu'à prôner un Etat islamique à l'heure où les islamistes dits modérés sont au pouvoir. Par ailleurs, ces derniers sont accusés d'avoir bénéficié d'une prêche politisée de quelques imams pendant la campagne des éléctions du 23 octobre 2011, preuves à l'appui. On a l'impression que la compétition entre les courants de l'islam politique se jouera dans les mosquées.

Et le simple pratiquant dans tout cela ? Il est perdu, il rentre dans la mosquée pour trouver refuge et quiétude, et il en revient avec plus de questions et d'angoisse. Les mosquées, lieux qui rappellent l'union et la cohésion, sont parfois théâtre de division et d'incidents et ce, depuis le premier gouvernement post-révolutionnaire.

La révolution, ce n'est pas simplement rompre avec l'ancien système et rester les bras croisés devant les abus de liberté. Entre la passivité et la répression, il y a un un idéal pas si difficile à réaliser. Il reviendra au citoyen d'observer et de juger de la compétence et de l'indépendance des imams. Le citoyen doit être bien informé pour décider, n'est-ce pas une forme de démocratie participative, et une valeur de la révolution ?

Une solution pratique vient d'être présentée par Yamen Bousrih (vous pouvez consulter l'article d'origine), cela consiste à réunir sur un même site toutes les informations utiles sur les imams, sur les mosquées et sur ce qui se passe dedans.

- Géolocalisation.
- CV des imams.
- Cours et événements caritatifs.
- Prêches du vendredi, diffusées via live-streaming et en différé.

Plus qu'un simple annuaire, le site tel que imaginé par Yamen Bousrih, développeur, doit permettre une certaine interaction entre le fidèle et la mosquée, et entre les fidèles eux-mêmes, qui vont pouvoir commenter et noter les prêches, et par là, évaluer la prestation de tel ou tel imam. Ce n'est pas  بدعة (hérésie), loin s'en faut !

Il s'agit d'une sorte de comparateur d'avis innovant qui pourra servir d'exemple non seulement à nos voisins, mais aussi aux pays européens où les lieux de culte musulman sont vus avec méfiance. On craint ce qu'on ignore. Alors autant ouvrir ces lieux sur le net.


Anecdote :

Les sites de mosquées ? Ils ne manquent pas, mais ils sont menacés d'abandon : En nous rendant sur le site de la grande mosquée de Kairouan, nous avons re-découvert ceci :


cliquez sur l'image pour l'agrandir



Et pour cause, ce sont des sites-vitrine qui n'engagent aucune communication avec l'internaute. Aujourd'hui, le besoin se ressent, quelques mosquées sont déja dotées de leurs propres pages sur facebook, malheureusement éparpillées. Créons notre propre plateforme et surprenons le monde !


#OpenMosques !
  Pour une Mosquée 2.0 !


0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes