[Interview] Retour sur Tezorus avec Khaled Tamzini : le e-recrutement en Tunisie

C'est déja l'été, le marché de l'emploi tunisien sera plus que jamais sollicité, tant bien par les nouveaux (sans oublier les anciens) diplômés, que par les étudiants qui souhaitent se faire un revenu avant la prochaine rentrée. Premier réflexe ? Les fameuses annonces et offres d'emploi ! Et en bon technophiles que nous sommes, les sites dédiés à l'emploi sont une belle cible pour dénicher l'opportunité en or à cet instant même ! Surf'n'Taste a choisi de vous présenter Tezorus, un des pionniers du e-recrutement en Tunisie, dont le fondateur Khaled Tamzini vient de nous en parler. Loin de vanter cette plateforme, cet entretien adresse un message tout particulier aux plus aventureux d'entre vous et aux jeunes entrepreneurs férus du web. Parole à Khaled Tamzini : 

 1 / Présentez-vous à nos lecteurs
Je pourrais me présenter en disant que je suis un entrepreneur en recherche d'idées de projets innovants quelque soit le secteur d'activité et dans un avenir proche comme un business angel. Ceci étant, vous trouverez plus d'informations sur mon profil sur Linkedin.

2 / Comment vous avez eu l'idée de lancer "Tezorus.com" ?

L'idée de lancer Tezorus (une plateforme de recrutement en ligne) était le fruit d'un constat et d'une analyse du marché de l'emploi en Tunisie. En fait, en 2006 on (demandeurs d'emploi ou entreprises recruteuses) était obligé de passer via La Presse et les autres journaux ou à travers le bureau de l'emploi très peu efficace. En s'inspirant de se qui se passait à l'époque (en 2006) dans les pays occidentaux (France, USA, ...), nous nous sommes lancé le défi de mettre en ligne une plateforme de recrutement en ligne (JobBoard) très perfectionnée, c'est-à-dire qui est à la pointe de se qui se faisait à l'époque sur tous les plans : charte graphique, programmation, ergonomie du site,... Et c'est là qu'un travail de benchmarking a été véritablement lancé.

Comment vous avez évalué la place de l'Emploi dans le web Tunisien dans le temps ?

En 2006, hormis une seule plateforme tunisienne qui existait (je ne me rappelle plus du nom), l'emploi sur le web était vierge. Donc, il y avait un potentiel important de développement de cette activité. En même temps, c'était trop risqué. Je m'explique. Il fallait convaincre les entreprises tunisiennes d'insérer leurs offres d'emploi sur Tezorus (déjà les services sont difficile à vendre de part leur intangibilité, rajoutant à cela le côté virtuel !!!), il fallait communiquer sur le site, ... Bref, il faut comprendre qu'un site web doit être géré comme n'importe quelle entité économique avec bien-sûr des spécificités autres.

3 / Parlez-nous des moments forts de Tezorus.com

Les moments forts sont nombreux:

- Le lancement effectif
- La première commande d'insertion d'une offre d'emploi
- La réussite de notre premier salon de recrutement en ligne
- Le premier candidat qui a déposé son dossier d'emploi sur Tezorus et qui a été recruté
- etc.




4 / Entreprises, cabinets de recrutement, et autres acteurs du marché de l'emploi, jouent-ils un rôle déterminant dans la survie d'un site qui leur est dédié ?

Les entreprises, bien sûr. Les cabinets de recrutement, pas vraiment. En Tunisie, ces cabinets de jouent pas le jeu. Ils prennent les jobborads comme des concurrents directs. dans une certaine mesure, ceci est vrai mais le but d'une plateforme de recrutement sur le Web est d'être une sorte de pont entre l'offreur et le demandeur d'emploi. C'est une plateforme publicitaire orienté vers l'emploi.

5 / Chercher un emploi est sans doute plus pratique et efficace sur le web que sur un journal... Peut-on prévoir pour autant que les sites d'emploi substitueront un jour aux fameuses pages d'Offres d'emploi ?

Oui. Bien entendu, j'en suis convaincu surtout avec le développement des TIC, les appareils mobiles et la connexion 3G,... Imaginez que vous êtes joignable (candidat et entreprise) à tout moment et n'importe où, que vous recevrez des alertes sur votre smartphone au lieu d'attendre le journal du dimanche.

Je pense que les cabinets de recrutement devraient se concentrer sur leur métier de base à savoir la sélection et le conseil et outsourcer tout ce qui est annonces d'emploi. Les joabbards doivent se concentrer sur leur métier de base : être un  bridge entre les offreurs et les demandeurs et pour cela il faut constamment développer de nouveaux outils technologiques.

6 / Dans la Tunisie de l'après-révolution, on parle de plus en plus de l'entreprise citoyenne... comment peut-on favoriser son essor et son enracinement ?

C'est une question très importante et très vaste. Je dirais : "le respect des valeurs humaines". Nous pourrons développer ce point dans un avenir proche.

7 / Si vous aimeriez transmettre un conseil, un enseignement aux jeunes ambitieux, particulièrement les e-entrepreneurs ? 

La persévérance. Avant de se lancer dans n'importe quel "e-projet", il faut développer le maximum son plan Marketing (budget, actions) et surtout chercher des partenaires (sur les plans technique, commercial, marketing,...) et concentrez-vous sur l'essentiel : votre "e-métier".


4 comments:

C’est génial ton site est formidable je lui souhaite longue vie

Magnifique cet article ... continue !

Merci beaucoup à toute l'équipe de Tunsiie - Offres d'Emploi, en mon nom et au nom de mon associée Ichrak Souilem, et de tous nos collaborateurs ! Votre feedback nous encourage à aller en avant !

Enregistrer un commentaire

Articles connexes