[interview] Tunis GTUG démystifie et démocratise Google Analytics

Le 4 juin 2012, Surf’n’Taste a rencontré deux membres de la famille GTUG (Google Technology User Groups), une date spéciale qui correspond au premier anniversaire de cette famille en Tunisie, et nous l’avons appris ce jour là !

C’était une découverte spontanée au fil d’une conversation ouverte avec Amir Ben Hsouna et Henda Benzineb. Elèves-ingénieurs en réseaux et télécommunications à l’INSAT, nos deux interlocuteurs semblent avoir une longue histoire d’amour avec les nouvelles technologies du web, au sein de Tunis GTUG, ils travaillent aujourd’hui sur la solution Google Analytics, dans le but de l’introduire auprès du grand public.

D’abord, c’est quoi GTUG ?

Amir : C’est une communauté qui existe partout dans le monde, et est représentée par plusieurs groupes - jusqu'à vingtaine - dans un même pays. En Tunisie, il y en a un seul groupe, lancé depuis le 4 juin 2011.

Henda : Pas loin de chez nous, GTUG compte deux groupes en Algérie. Malgré son jeune âge, Tunis GTUG a déjà réussi à grimper dans le classement mondial des communautés GTUG. 
Amir : Nous sommes en ce moment classés troisièmes à l’échelle mondiale ! 




Sur quels critères s’effectue ce classement ?


Henda : C’est suivant le nombre des événements organisés par chacun des groupes GTUG (appelés chapters).

Amir : Ajoutons à cela le nombre d’interventions réalisées dans chaque événement. Par exemple, lors du Google Tech Day, huit conférences ont été présentées. Les différents groupes GTUG envoient des rapports à un comité international qui procède à la comparaison et au classement de ses mini-communautés à travers les villes du monde.

Si on parle de la naissance de Tunis GTUG ?

Amir : Ce fût sur l’initiative de Taher Mestiri qui a introduit GTUG en Tunisie via un site web et une mailing list ouverte à tous ceux qui veulent être informés sur son lancement.
Les membres de la communauté Android, étant eux-mêmes utilisateurs des technolohies Google, ont été particulièrement sollicités pour rejoindre le noyau du premier groupe GTUG en Tunisie.

Le concept a vite gagné des sympathisants : Nombreux sont ceux qui ont voulu entamer des projets en vue de maîtriser et de vulgariser les technologies Google, à l’instar de HTML 5, Google Maps, Google Plus, etc.

Henda : La liste est encore longue, on dénombre plus de 100 technologies Google. Vous imaginez, on s’attend encore à plus d’initiatives et à un nombre croissant d’équipes.  



Amir : Je précise, une équipe décidée à travailler sur une de ces technologies, doit mener ses recherches et découvrir l’outil par elle-même. Toutes les équipes sont autonomes et réellement engagées.

Vous et la GTUG ?

Henda : Pour notre part, nous avons choisi et proposé comme projet Google Analytics,.  Taher Mestiri  - organisateur de Tunis GTUG - a approuvé notre initiative et  nous a encouragés.

Amir : C’est ainsi que nous avons réuni notre petite équipe pour travailler continûment sur cette solution phare de Google, d’abord en découvrant les bases de Google Analytics, puis en poussant notre découverte. Notre choix a intéressé plus qu’un !

Henda : En effet, les statistiques sont de plus en plus sollicitées par des propriétaires des sites web, voire même des entreprises qui ont besoin de découvrir le profil et le parcours de leurs visiteurs. Google Analytics permet de répondre à certaines questions comme : d’où viennent mes visiteurs ? Combien de temps ont-ils passé sur mon site ? Quelles sont les pages (articles, produits, …) qui les ont les plus attirés ? L’objectif final pour une entreprise, étant de mesurer et d’améliorer sa rentabilité via son site web.




Pourquoi Google Analytics parmi tous les outils de statistiques web ?

Amir : Google Analytics, dans sa version gratuite, offre un service quasi exhaustif comparé à ses concurrents. C’est aussi un outil qui innove et qui anticipe, par exemple, nous avons dernièrement étudié la fonction « statistiques en temps réel ». D’un autre point de vue, il s’agit d’une solution intuitive par excellence, grâce à une interface ergonomique et des fonctions de visualisation avancée.

L’usage des applications mobiles est-il également quantifiable ?

Amir : C’est tout à fait possible, c’est au développeur de l’application de programmer une fonction qui permet de collecter des données et de les envoyer sur un serveur, à chaque fois que l’utilisateur de l’application se connecte sur Internet. Cette procédure est dans l’intérêt du développeur lui-même, puisqu’il va pouvoir évaluer le feedback des utilisateurs et ainsi, évaluer son propre travail. A mon avis, ce réflexe manque sur le marché des applications mobiles en Tunisie. 

Parmi les applications de la statistique sur le web, les sondages en ligne, inspirent-ils confiance ?

Amir : Absolument pas, pour une simple raison : un internaute peut voter deux fois et plus. C’est techniquement difficile de contrôler des abus de ce genre. En définitive, ces sondages manquent de précision et peuvent induire en erreur.

La géolocalisation via Google Analytics, nous en sommes où en Tunisie ?

Amir : D’un point de vue général, la géolocalisation peut être affinée grâce aux identifiants des internautes - leurs adresses IP - C'est ainsi possible de remonter jusqu’au pays et au fournisseur Internet du visiteur, ce fournisseur délivre des informations sur la région , la ville voire même la localité d’où le visiteur s’est connecté. 



En Tunisie, les FAIs (fournisseurs d’accès Internet) n’ont pas un accès complet aux données de leurs abonnés, ce qui explique le manque de précision des rapports Google Analytics sur les visites en provenance de la Tunisie. Je suis en train de travailler sur cette problématique et je souhaite qu’on trouvera une solution avec nos FAIs qui sont à leur tour dépendants de Tunisie Télécom. Nous sommes également en contact avec les techniciens de Google Analytics qui pourraient élaborer une solution alternative à cette lacune.

En travaillant sur la technologie Google Analytics, qu’est ce qui vous motive ? Quels sont vos objectifs ?

Henda : Il faut noter qu’au stade actuel, la statistique n’est pas encore coutume. Plusieurs entreprises, malheureusement, ne sont pas encore conscientes de l’importance des statistiques relatives à une partie de leur activité sur le net. Notre objectif primordial, est de familiariser ces professionnels avec le web analytics, et à démystifier Google Analytics auprès de ses utilisateurs.

Les professionnels sont-ils au courant ?

Amir : Sans doute, grâce à la présence de Tunis GTUG dans des événements qui leur sont dédiés : par exemple,  le salon du e-Commerce décembre dernier, ou encore le dernier congrès Tunis SEO. Nous avons eu l’opportunité d’échanger avec des professionnels, à qui nous expliquons dans un langage simplifié et via des exemples réels, la valeur ajoutée de Google Analytics. 

Trois étapes sont à retenir : mesurer, analyser et optimiser. C’est à nous de synthétiser une information utile à partir des statistiques mesurés sur le site, avant de formuler des recommandations pour palier aux failles du site et aider son propriétaire à tirer le meilleur parti.

Nous nous adressons à des professionnels sans oublier des utilisateurs ordinaires, qui réalisent notre motivation, voila ce qui est de plus important. 

Il y en a des technologies complémentaires qui intéresseraient un professionnel ?

Amir : ça existe, je cite Google Adwords et Google Adsense, deux programmes publicitaires où Google Analytics peut être parfaitement intégré. Au final, on obtient une interface riche qui aide à monitorer ses campagnes publicitaires tout en gardant un oeil sur leur impact sur les chiffres de son site. 



Parlant de publicité, comptez-vous collaborer avec des agences de communication par exemple ?


Amir : Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore établi des contacts. J’estime que nous ne sommes pas nombreux en Tunisie à maîtriser Google Analytics. Nous invitons ces professionnels à venir vers nous.

Comment les évènements de Tunis GTUG sont-ils organisés ?

Amir : Ils ne sont pas programmés à l’avance, ce sont plutôt des initiatives émanant de chacun de nous. Ces idées d’évènements sont proposées à tous les membres de Tunis GTUG via notre mailing list, en cas d’approbation, nous lançons l’évènement. 

Je souligne que nous n’avons pas de sponsors mais cela ne nous empêche pas de réussir nos évènements, comme par exemple le Google Tech Day qui s’est tenu à l’ISG (Institut Supérieur de Gestion) en mars dernier. Cette rencontre a attiré non seulement des étudiants curieux, toutes disciplines confondues, mais aussi des chefs d’entreprises intéressés par les solutions de Google. 



Henda : Nous veillons à ce que les conférences présentées dans nos évènements soient accessibles à tous les invités. Nous ajustons nos présentations en fonction du niveau moyen des connaissances de notre audience, laquelle nous essayons d’identifier au début de chaque conférence moyennant quelques questions.  Au final, nos évènements doivent apporter quelque chose d’utile aux auditeurs, aussi bien amateurs que connaisseurs.

Amir : La preuve, à la fin de chaque évènement, Tunis GTUG récole de nouveaux sympathisants, ils viennent se renseigner sur notre groupe, sur comment le rejoindre, etc. La procédure est simple, et gratuite : il suffit de s’inscrire sur la fameuse mailing list de Tunis GTUG ! 

Tous les membres de Tunis GTUG (précisément les abonnés à la mailing list), sont-ils engagés ?

Amir : Il y en a des membres qui, par curiosité, se contentent d’observer l’actualité de Tunis GTUG. Mais en réalisant le feedback positif à l’issue de nos évènements, ces membres finiraient par vouloir prendre l’initiative et s’engager pour autant.

Tunis GTUG, une communauté juridiquement inexistante, est-ce un obstacle ?

Amir : Je confirme, nous ne sommes pas une structure dans le sens formel du terme. J’aimerais revenir sur la personne de Tahar Mestiri, protagoniste de Tunis GTUG. Il se considère comme simple membre au même titre que nos tout nouveaux adhérents. Il refuse d’être vu en tant que fondateur. 

C’est pour dire, Tunis GTUG veut rester une véritable famille où tous ses membres se sentent égaux. C’est notre principe même.
Ailleurs, beaucoup de professionnels nous reconnaissent vite, grâce à nos évènements et aux salons dans lesquels nous participons. Nous nous sommes imposés moyennant notre effort, sans avoir besoin d’une structure quelconque.

Tunis GTUG, c’est seulement pour Tunis ?

Amir : Dans nos évènements, bon nombre des participants sont venus spécialement des villes lointaines.  Certes, nous ambitionnons d’organiser bientôt d’autres journées dans les différentes régions de la Tunisie, mais pour ce faire, nous aurons besoin de financement.

Comment vous voyez-vous dans un an ?

Amir et Henda: Des experts en Google Analytics, pourquoi pas ! En parallèle avec nos études, cet objectif est réalisable. Entre-temps, nous continuons à étudier et à exploiter les moindres nouveautés de cet outil, tout en partageant notre savoir-faire avec la communauté des utilisateurs, dans le sens large.

Cet été, nous aurons davantage de temps pour découvrir d’autres facettes et applications de cette technologie vaste et évolutive. Nous sommes pour l’initiative spontanée et utile, et nous encourageons nos collègues, votre média et tous les technophiles à aller les uns vers les autres.

L'équipe Surf'n'Taste vous remercie
pour votre attention



0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes