Poissons d'avril ou voeux non exaucés ?

Nous avons l'impression que d'une année à une autre, les farces du redoutable 1er avril deviennent de plus en plus créatives et subtiles, d'autant plus que le monde est devenu étroitement inter-connecté grâce aux réseaux sociaux. 

En Tunisie, la journée d'hier a été pariculièrement chaude avec son lot de fausses nouvelles relayées non seulement par des journaux électroniques influents comme Kapitalis, mais aussi par des mass-medias comme Nessma TV qui ont (ab)usé de la confiance exprimée par leur audience et par leur forte présence sur les réseaux sociaux notamment via leur replay TV sur YouTube.

De même, un coup de théâtre soigneusement ficelé et joué par l'animateur Moez Ben Gharbia sur Ettounsiya TV n'a pas manqué de bouleverser instantanément l'opinion publique partagée entre admirateurs et détracteurs. 

Le poisson d'avril de cette année est au goût de l'actualité, amère et sensationnelle. Nous avons ainsi appris la nouvelle de limogeage de la contestée Sihem Badi, ministre de la femme et de l'enfance, ainsi que l'arrestation de Imed Deghij rendu célèbre pour ses propos prétentieux via la LPR (ligue de protection de la révolution). 


A chaque fois, la découverte de la farce s'est soldée par un air de déception ou de désespoir. En scrutant quelques pages du Facebook qui militent pour la "protection de la révolution" comme TunisiaLeaks, nous avons lu cette réaction suite à l'annonce du poisson d'avril par Moez Ben Gharbia : 









quelques minutes auparavant : 






Quelques fois, le poisson d'avril puise dans l'humour noir, à l'instar du célèbre magazine people Tunivisions qui a annoncé le lancement de OummaVisions avec une couverture non moins polémique que celles jugées indécentes dans le passé.





Regardons ailleurs, loin de l'actualité qui stresse et qui divise. Nous avons dû croire à une annonce surprise de Google : "Google Nose" est le nouveau service qui promet d'enrichir et de ... parfumer les sentiers du web. 

Le service a été annoncé en version bêta comme ce fût le cas d'autres inventions initiées par le géant mondial d'Internet. Tout est bien rédigé pour convaincre de la vraisemblance de cette nouvelle. Avec un peu de bon sens, on a pu enfin comprendre qu'un tel service requiert au moins une révolution pareille dans le hardware pour permettre de capter et/ou de sentir des arômes digitales. 

Nous croyons bien que Google, en tant que pionnier et visionnaire, n'a pas choisi cette histoire au hasard, peut-être bien qu'il s'agit d'une projection dans un avenir pas très lointain. Il y avait seulement une décennie, l'idée de chercher une image ou une bande sonore sur le web était vue comme de la science-fiction.





Il ne s'agit pas de la seule plaisanterie lancée par cette compagnie à l'insu de ses utilisateurs. Une autre nouvelle, moins agréable, stipulait que YouTube allait subitement fermer (source). 

Entre ces deux annonces, il est clair que Google a d'emprise sur notre expérience du net et sur une partie de notre vie à tel point qu'il aisément nous faire souffrir le chaud et le froid en une seule journée. 

En attendant le prochain 1er avril, tous les rêves sont permis !



0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes