Chronique d'une blogueuse culinaire

Je ne vais pas être longue ! En tant que blogueuse culinaire je préfère passer du temps à mélanger les ingrédients et à prendre en photo le résultat !

Pour cette chronique je vais vous proposer des applications qui pourraient vous aider dans votre vie de femme.

La première est l’application Yazio, c’est une application qui va devenir votre partenaire minceur, sinon votre stabilisateur de poids ! Cette application prend en compte vos données personnelles, et vous demande votre objectif quant à la stabilisation ou la perte de poids.

Par la suite c’est très simple, elle vous calcule un nombre de calories à ne pas dépasser par jour ! Votre journée est décomposée en petit déjeuner, déjeuner, dîner, il y a également la possibilité de rajouter les goûters !

Depuis que j’ai découvert Yazio, c’est devenu un automatisme, je prends 5 minutes pour introduire dans l’application le contenu de mes repas, ça me permet de savoir à l’heure du goûter si j’ai une marge pour une petite sucrerie.

Actuellement je me contente de la version gratuite qui est largement suffisante, à mon objectif de blogueuse culinaire, à savoir, cuisiner et manger sans grossir !

La deuxième application que je voulais vous présenter est Recipay ! je connais cette application depuis 2013, je me suis inscrite et je vais vous en dire deux trois mots !

Bon c’est une application par l’intermédiaire de laquelle vous pouvez relever des défis culinaires et gagner 10 ou 15 euros par recette proposée. C’est une application qui permet de se faire quelques dizaines d’euros par mois, ça peut être sympa pour une blogueuse de faire une recette gratos … l’interface Recipay, est très bien structurée, donc si vous connaissez vos ingrédients, vos étapes, n’hésitez pas à partager vos recettes gourmandes !
 

Pour info, d’après ce que j’ai lu le site ne retiendrait que 25% des recettes reçues … 

 Blogueuse: "Aventures d'un Papillon bleu", Tunisie

https://www.facebook.com/SurfnTaste/?fref=ts

Vos investisseurs à deux clics! Crowdfunding loading #1

Aujourd'hui et demain, la Tunisie est sur son trente et un, avec l'arrivée de quelques milliers d'investisseurs et d'officiels pour adopter des idées de méga-projets ambitionnés

Mais.. qu'en est-il des petits projets individuels ou associatifs, et qui peinent à voir le jour pour manque de financement ? 

Surfant sur cette vague.. épousant ces ondes positives, nous lançons à partir d'aujourd'hui une rubrique périodique traitant d'une belle opportunité offerte par le Web: le crowdfunding, ou financement participatif, assimilable au principe de la collecte de dons avec toutefois des particularités que nous allons survoler à travers nos escapades sur la toile. 

Cette nouvelle option est toujours si séduisante bien qu'elle ne date pas d'aujorud'hui; et pour cause, les voies traditionnelles de financement à l'instar des crédits demeurent peu accessibles au commun des entrepreneurs. 

Nous allons tester pour vous quelques plateformes internationales et régionales de Crowdfunding, susceptibles de mettre votre projet unique (faut le croire!) au coeur d'une communauté généreuse sans frontières! 

Faut-il y croire? Absolument! Nous vous invitons à jeter un premier coup d'oeil sur ces deux projets bien de chez nous, qui ont brillamment réussi leur collecte de fonds grâce à Internet. 

https://www.kisskissbankbank.com/tunisie-verticale?ref=category

 Voici un projet de nature à dynamiser le tourisme écologique dans la région de Zaghouan. Les protagonistes de Tunisie Verticale ont espéré collecter 5,000 euros, ils ont eu 5,434. Les internautes ont clairement crû dans le projet si bien présenté


https://www.leetchi.com/c/solidarity-soumaya-bou-said

Retour aux Jeux Paralymiques de Rio 2016, savez-vous que notre athlète et championne mondiale Soumaya Ben Saïd doit sa participation à... la société civile ? En effet, l'association "Tunisie, Terre des Hommes" a pris en charge la collecte des fonds nécessaires pour couvrir les frais, face à une participation insuffisante de la part de la fédération de tutelle... Sur les 1200 euros nécessaires, l'association a pu récolter... quelques 2500 euros, soit plus que le double.


Soyez sûrs que les success-stories tunisiennes sont encore nombreuses et diverses, touchant à tous les domaines d'activité. Rendez-vous la semaine prochaine avec notre premier test. A vos idées! Tous les rêves sont permis!

https://www.facebook.com/SurfnTaste/

Le Journal Officiel à l'heure du Facebook

Ces dernières années, le site préféré des Tunisien  Facebook séduit non seulement les marques, les commerces tous azimuts et les mass-médias, mais aussi la sphère officielle. Ministères, instances indépendantes, et administrations diverses ont rejoint une par une le réseau social pour partager leurs communiqués, appels, évènements, et plus. 

Cette communication obéit à des règles différentes à celles qui régissent le branding des marques de consommation ou des services. Nous sommes témoins d'une expérience marketing qui mûrit et qui prend forme, et nous aimerions consacrer une rubrique que nous appellons E-dara aux campagnes qui nous ont marqué, qu'elles soient réussies ou non. 

Commençons par le fameux Journal Officiel de la République Tunisienne, un journal deux fois centenaire qui remonte à l'ère des réformes du 19ème siècle sous les Beys Husseinites. 

Ce document bihebdomadaire garantit la traçabilité systématique et infaillible de toute activité du côté du Gouvernement, de la Présidence de la République, des administrations et des institutions publiques, etc. 

Appelé communément le JORT (abréviation), le journal officiel suscite depuis quelques années l'intérêt des journalistes et du commun des citoyens, plus que jamais conscients de la question de la gouvernance (nomination de hauts fonctionnaires, à titre d'exemple). 

Où consulter le JORT ? Le site officiel comprend tous les archives, ainsi que le portait du Centre National Universitaire de Documentation Scientifique et Technique.

Où est la nouveauté ? Nous avons re-découvert la page Facebook (et oui!) du JORT, tout juste réactivée hier. Les administrateurs se félicitent d'avoir retrouvé l'accès à la page et les réactions des facebookers tunisiens sont tout sauf indifférentes. 

Au fil des commentaires et des questions, nous découvrons une drôle de relation, probablement unique au monde, entre un internaute quelconque et un journal aussi.. officiel et sobre.

Nous ferons le cap de nouveau sur ce coin pour en savoir plus sur la réactivité des responsables, la continuité des publications et leur portée et impact du jour au jour. A vos questions! 

https://www.facebook.com/iort.gov.tn/

Toolbox: Premiers dignostics d'un site inaccessible

Si vous êtes webmaster, ou si votre entreprise repose sur un site web, vous auriez un jour vécu ce moment de détresse quand le site n'est pas accessible 

Pas de panique! Votre site peut bel et bien être fonctionnel, et visible auprès de vos fidèles et clients, mais.. il ne fait que vous taquiner, en complicité avec votre navigateur, votre système d'exploitation, ou encore votre modem qu'il faudrait juste redémarrer.

Un réflexe pour vous assurer que les serveurs sont bien en marche, et pour dissiper votre anxiété : Posez-vous la question : Down for everyone or just me ? 

Et ajouter un ".com", vous allez atterir sur un site on ne peut plus simple, où vous tapez le nom du vôtre, et vous cliquez, la réponse est donnée instantanément. 

Cet outil en ligne est fiable, étant recommandé par grand nombre de blogueurs et de férus du digital autour du monde. 

Keep Calm !

Follow the Leaders Tunis 2016 by Thinkers & Doers

Voici une autre opportunité pour rentrer en contact avec des entrepreneurs tunisiens et internationaux qui ont réussi leurs paris dans le domaine du digital. 

Le 1er décembre 2016, un débat et des ateliers seront accueillis par l'IHEC, pour traiter de sujets et de nouvelles tendances, nous citons: 

- Le Social Business,  
- Les facteurs de succès d'un projet, inspirés par les expériences réussies et échouées autour du monde, 
- Le gaming, 
- Le développement d'une communauté autour de son produit, le gaming comme exemple, 

Ce dernier sujet attire tout particulièrement notre attention, bien que les autres sujets ne sont pas moins importants. 

En effet, cette session sera animée par un des pionniers de l'industrie des jeux-vidéos en Tunisie, Walid Sultan Midani (Digimania, premier studio en la matière, made in Tunisia) et Khaled Helioui qui a gagné une expérience internationale de pas de 10 ans dans le financement et l'accompagnement des projets. 

Avez-vous souvent entendu parlé du Venture Capital (Capital Risque) ? Ce sera une occasion pour en savoir plus.

Vous retrouvez sur cette adresse le programme détaillé de la journée ainsi qu'une présentation des organisateurs. 

"Follow the Leaders", un nom certes provocateur, mais qui veut juste faire de vous un autre Leader qui inspire l'espoir au géni tunisien. 


Save the Date ! 
 Pour clôturer votre année avec de nouvelles idées, 
et préparer vos résolutions pour l'année 2017 !

 Le 1er décembre, à l'IHEC. 

Tachawer: Premier réseau social associatif tunisien

La Tunisie post-révolutionnaire a vécu une effervescence au sein de sa société civile qui a infanté de tant d'initiatives et de projets de loi.. aussi révolutionnaires. 

Or, cette évolution spectatulaire a aussi été accompagnée par un tumulte politique incessant, modeland et remodelant lieu à un paysage politique instable et imprévisible.

Comme dans toute démocratie, la société civile constitue un des gardes-fou majeurs pour assurer l'implication du citoyen, via les associations, dans les stratégies nationales et régionales qui vont définir le futur des générations à venir. 

Le rapport de la politique européenne de voisinage a particulièrement attiré l'attention de nombre d'associations et d'experts tunisiens, qui se sont mobilisés afin de faire valoir la vision du citoyen Tunisien par rapport à ce partenariat stratégique et évolutif.

Comment les associations peuvent-elles mieux coordonner afin d'harmoniser leur plaidoyer et donc, optimiser leur action ? Les nouvelles technologies viennent encore une fois à la rescousse, grâce à leurs milles et une fonctionnalités facilitant l'échange en temps réel entre les milliers d'acteurs de la société civile. 

Facebook et Twitter, diriez-vous ? Pas forcément, en effet, un groupe de militants associatifs ont mis la barre encore plus haut, lançant notre propre réseau social tunisien, réservé à tous les activistes et les compétences indépendantes. Voici un clin d'oeil sur les principales options proposées par la plateforme Tachawer:

     
 Autant cette initiative est louable et distinguée, autant elle révèle la difficulté de la mission des fondateurs et des managers du nouveau réseau social. A ce jour, Tachawer compte quelques 145 membres et 3 groupes (statistiques visibles dans le tableau de bord du membre) contre quelques 18000 associations déclarées en Tunisie, et un nombre encore plus grand d'activistes et de spécialistes qui seraient certes intéreessés de développer leurs idées, et de gagner plus de visibilité grâce à une plateforme pareille qui devrait être un levier pour une société civile pleine de bonne énergie mais hélas disparate.

Or, Tachawer n'a assez communiqué, semble-il, pour recruter ses membres et pour les fidéliser. Changer les habitudes de l'internaute tunisien, puisant ses informations et ses échanges sur Facebook, n'est pas chose facile. 

D'ailleurs, Tachawer ne jouit toujours pas d'un logo ou d'une reconnaissance visuelle quelconque. Nous aimerions bien être séduits par cette plateforme, au premier regard, et tous les jours! A notre sens, un travail de branding s'impose même pour un site citoyen qui n'a pas la vocation d'une marque commerciale.

Autre constat, l'utilisateur n'est pas assisté pour connaître l'utilité de telle ou telle rubrique, etc. Même si l'interface est assez "clean" et intuitive, la structure du réseau, la possibilité de créer (ou non) un groupe de discussion, .. ne sont pas chose évidente. D'habitude, les sites web et les applications mobiles qui introduise autant de fonctions et d'options à leurs utilisateurs, proposent un tour guidée à la première visite.

En lisant et relisant l'introduction de ce site, nous ressentons pourtant une vision si claire et illuminée des fondateurs, inspirant beaucoup de motivation et d'énergie pour rendre Tachawer un must pour toute association et tout citoyen. 

Nous vous laissons avec les mots énergisants des fondateurs de Tachawer: 

Par cette plateforme et les méthodes d’organisations et collaborations que nous offrons dans le processus TACHAWER, nous voulons sensibiliser les acteurs de la société civile pour développer une intelligence collective tunisienne et répondre ainsi aux défis que va rencontrer le développement d’une Tunisie Nouvelle construite de la base. [...] Ce processus appuie franchement la décentralisation et le Bottomup ainsi que le faire ensemble.

Au travail! 

http://tachawer.net/

Update (11/30/2016) Samia Zayani, fondatrice du réseau Tachawer, nous a fait parvenir les clarifications suivantes: 

Nous avons développé ce reseau en tant qu outil appartenant à tous, ce qui a rendu son financement difficile.

Nous avons utilisé l'outil par le reseau JanoubChamal pour les politiques de voisinage mais c'est resté pour une utlisation ponctuelle.

Nous sommes entrain de preoarer le lot 3 du réseau pour faire évoluer son utilisation selon les besoins des associations et le faire adapter à des utilisation plus pratiques

Bon Courage pour la suite de ce grand chantier!



Nous avons testé pour vous Diigo, un bookmarker qui évolue

"An investment in knowledge pays the best interest." dixit  Benjamin Franklin. Telle est la devise choisie par Diigo, un outil en ligne qui permet de sauvegarder non seulement ses adresses favorites pour une lecture ultérieure, mais aussi des citations, des images, des documents, .. qui sont classés par l'internaute moyennat une infinité de tags de son choix. 

Jusqu'au là, rien de spécial, sachant les milles et une solutions qui aident les utilisateurs de la toile dans leur documentation; mais... 

Imaginons avoir accès à ces millions d'articles et de sites sauvegardés et classés tous les jours par des internautes qui partagent nos intérêts et notre curiosité ? Cela n'est pas un rêve, mais une composante à part entière du site Diigo.com qui est partagé entre: 

- Un espace personnel où on retrouve tous ses favoris (pages et images), ses notes placées en stickers sur certains articles, etc.
- Une sorte d'annuaire listant les mines découvertes par la communauté des utilisateurs de Diigo qui peuvent créer et rejoindre des groupes dédiés aux différents centres d'intérêt. 

https://groups.diigo.com


Nous avons testé cette solution pendant plusieurs mois, et nous la recommandons vivement, bien qu'elle ne soit pas la seule sur le marché. 

Outre la compatibilité de cet outil avec les principaux navigateurs web et les systèmes d'exploitation mobiles, nous pouvons assurer qu'il s'agit d'une solution généreuse qui vous offre le maximum avec sa version basique gratuite. 

A ce jour, nous comptons près de 4000 pages enregistrés avec Diigo, moyennant plus de 300 libellés (tags), avec quelques dizaines d'annotations utilisant le marqueur Diigo. 

Si vous utilisez l'outil dans une agence, et si votre équipe est impliquée dans la veille et le monitoring des médias, il est possible de frôler l'infini pour quelques $40 annuels, de quoi constituer une base de connaissances perpétuellement alimentée, collaborative, accessible depuis tous les terminaux, et enrichie avec de la multimédia (images stockées dans les serveurs de Diigo). 

Cerise sur le gâteau, vous pouvez enregistrer le cache d'une page web dont le contenu et/ou le design pourra changer à tout moment, et qui cesserait même d'exister un jour ou un autre. Il s'agit là d'un moyen d'archivage redoutable. 

Avec l'afflux énorme des informations produites à chaque instant, nous ne pouvons que nous féliciter d'avoir tombé sur un outil aussi bien pratique qu'abordable. Par ailleurs, Diigo offre, pour $20 supplémentaires par an, un arbre de connaissances structurant vos trouvailles sur Internet.

Et comme pour ne pas oublier cette statistique prouvée: nous retenons seulement 10% de ce nous regardons! 

Happy Surfing!  

Wepost Tunisia: We celebrate!



Aujourd'hui, jour pour jour, le web-magazine généraliste WePost Magazine fête son premier anniversaire. 

Il y a près d'un an, nous avons été marqués par les débuts de ce site de contenu qui s'est efforcé de se distinguer, de creuser son chemin parmi des dizaines de sites s'adressant au même public. Nous avons alons partagé nos premières impressions.

Pendant des mois durant, WePost Magazine s'est efforcé de créer du contenu  aussi bien divertissant qu'instructif, souvent loin de l'actualité et du buzz qui nous suivent un peu partout dans notre évasion sur la toile.

Outre les articles publiés, le site a tenté de généraliser un nouveau hashtag #WePostTunisia pour inviter les internautes, photographes entre autres, à promouvoir la destination Tunisie sur les réseaux sociaux, Instagram en particulier. 

Nous reviendrons sur les retombées de cette campagne toujours en marche parallèlement à d'autres initiatives lancées par des individus et des communautés amoureux de la Tunisie. 

Autre nouveau-né de WePost Magazine : We List, un guide des bonnes adresses de coin pour faire plaisir à ses papilles.

Un tel annuaire pourrait ouvrir encore plus de voies pour monétiser tout site, mais.. à quel point We List pourraît-il devenir une référence au milieu d'une large gamme d'annuaires et de guides de sorties, outre le fameux groupe Facebook On a Mangé pour Vous ?

A suivre..

http://welist.wepostmag.com/