Nheb Nkaddam.. Nheb Ngalla3

Nheb Nkaddam, tel était le slogan chosi par la présidence du gouvernement afin de communiquer sur les réformes controversées dans un climat politique de plus en plus incertain. 

La campagne lancée sur YouTube le 12 Mars dernier ambitionnait de parler directement aux citoyens, sans masques ni gants, des défis auxquels fait face notre économie, et les approches gouvernementales pour s'en sortir.

Outre son nom relativement "in" par rapport aux campagnes dont nous avions l'habitude, Nheb Nkaddam a surfé sur la vague des nouvelles technologies en produisant des vidéos d'animations courtes et ludiques. 

Peu après, un clip du rappeur Kafon a créé un certain buzz avec un titre qui pousse un peu plus loin,  Nheb ngallaa, traduisant une réalité bien installée, qu'on le veuille ou pas. 

Ce clip semble "clasher" la campagne qui continuait à se dérouler timidement face à une perception négative, voire indifférente, des jeunes par rapport à la question politique, le taux de participation aux élections du 6 mai n'ont fait que confirmer ce constat. 

Enfin, deux chiffres à l'appui: tandis que le clip a frôlé les 8 millions de vues sur YouTube, seulement sur la chaîne officielle du rappeur, les 9 vidéos didactiques "Nheb Nkaddam" publiés jusqu'au là ont totalisé à peine 34,000 vues sur la même plateforme, 1ère en Tunisie selon le dernier classement Alexa. Qu'est-ce qui ne va pas ? Pourquoi cette campagne, malgré l'effort derrière, n'arrive toujours pas à.. "décoller" ? 

Nous laissons la parole aux experts de la communication pour évaluer les vidéos Nheb Nkaddam, fond et forme. 




0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes