Lost in Tunis : à la quête des trésors cachés de notre patrimoine bâti

Pour la promotion de la destination Tunisie, l'ambassadeur de la semaine est porteur d'un projet d'une autre nature.

Lost in Tunis, blog-photo animé par Mourad Ben Cheikh Ahmed, part à la rencontre des monuments délaissés dans les coins et les recoins de la médina de Tunis, nous emportant dans un voyage dans le temps, source d'émotions mitigées, partagées entre admiration, nostalgie, mélancolie et révolte.

Et pour cause, la totalité des bâtiments visités par le photographe sont de véritables joyaux de l'architecture médievale, moderne et contemporaine de notre ville millénaire. Pour certains, il s'agit de palais au passé glorieux régléguées aux oubliettes, mais pas pour autant épargnées de l'attention des chasseurs aux trésors qui ont pillé ces bâtisses de leurs céramiques et autres richesses inestimables.

Le voyage offert par Lost in Tunis semble infini, tellement notre médina regorge de trouvailles insoupçonnés à l'extérieur. Ce blog qui anime également les réseaux sociaux, Facebook et Instagram, nous invite à promener un regard différent et curieux sur les murs muets mais chargés d'histoire qui nous rencontrent tous les jours.

Enfin, pour finir avec une note positive, Lost in Tunis a généreusement valorisé certains endroits qui continuent heureusement à servir, à l'instar de l'Hôtel de charme "Tour Eiffel", au point de donner l'envie de s'y évader. Certains clichés panoramiques du centre-ville sont pris à partir d'angles et de toits jamais explorés par les cartes postales. C'est un regard nouveau que nous portons sur notre ville à travers les prises de Mourad Ben Cheikh Ahmed.

Nous avons également apprécié l'aspect informatif de ce projet dont le blog s'étale sur l'histoire de certains monuments, nous citons la cathédrale orthodoxe de Tunis. Les descriptions sont relativement concises, laissant certains lecteurs sur leur fin, nous souhaitons ainsi voir une collaboration jaillir entre ce blog photo et un autre dédié à l'histoire des monuments, de sorte à nous offrir une encyclopédie urbaine alternative.

Enfin, notons que ce genre de vadrouilles, communément réduit au terme "urbex" (urban exploration), est en passe de devenir une activité et une spécialité à part entière sous d'autre cieux, développée aussi bien par des photographes individuels que par des groupes d'explorateurs.



0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes