Nous avons lu pour vous Attounisiyoun, un journal qui promet

Nous renouons avec notre échappée hebdomadaire au milieu des journaux de la toile qui ne cessent d'éclore et de nous émerveiller, à l'image de ce média en herbe intitulé Attounisiyoun. Comment se distingue-il dans cette scène médiatique en ébullition ? ZoOm!

D'abord, en empruntant les sentiers de ce coin d'information, nous avons eu l'envie d'y aller plus loin : l'ergonomie est à la fois simple et aisée, sans encombre, tandis que les titres et le contenu audiovisuel sont bien mis en valeur.

Quid du fond ? Outre l'actualité qui meuble les colonnes du site au gré des jours, nous avons eu droit à des articles d'opinion invitant à la réflexion approfondie sur ce quotidien quelque peu morose et banale dans son apparence, aussi bien à l'échelle nationale que panarabe.

Et par là, nous souhaitons vivement que ce nouveau-né soit le meilleur porte-parole de notre Tunisie effervescente, grâce à son approche professionnelle qui respecte l'intelligence du lecteur et sa volonté manifeste d'apporter une véritable valeur ajoutée, en matière politique mais aussi culturelle. En scrutant les couloirs y dédiés, nous avons appris sur des nouvelles parutions et oeuvres artistiques, auxquels se rajoutent des réflexions sur notre citoyenneté, et bien plus.

Sans complaisance aucune, nous estimons que le passage par ce journal est transformateur à bien des égards. Nous souhaitons seulement que ce projet rayonne encore plus sur la toile en appuyant sa présence sur Twitter, plateforme préférée du lectorat arabophone dans le Moyen Orient, et pourquoi pas sur YouTube pour mettre la première pierre d'un projet de web TV alternative qui saura donner l'exemple aux autres aventures digitales mais aussi, à certains de nos mass médias..

Pour le moment, Attounisiyoun continue à s'inviter au fil des jours sur les fils d'actualité Facebook des Tunisiens dont il a pu attirer plus de 13 mille sur sa page,jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes.

Bravo et bon vent!



Quand la technologie redonne à l'univers sous marin toutes ses couleurs

Nous avons toujours réservé cette rubrique à l'Art digital qui revête différenets formes connues mais aussi improbables à l'image de cette perle de la semaine !

Tout récemment, un groupe d'océanographes épris par la beauté d'un monde sous-marin aussi proche que mystérieux a réussi à développer un algorithme (une séquence d'instructions informatiques) permettant de recouvrir les véritables couleurs de ce vaste univers que nous ne connaissons jamais assez...

Sans en dire plus nous vous laissons admirer ce face à face de clichés, avant et après l'intervention ingénieuse de ces artistes du digital et cohabitants de cette planète bleue qui nous réunit et que nous chérissons. Bonne plongée!


Encore une rencontre pou l'amour de notre patrimoine artisanal revisité

Nous nous ne lassons jamais de revenir vers ce monde tout en couleurs et éternellement revisité : l'Artisanat Tunisien.

Et pour cause, les rencontres se déchaînent pour le grand bonheur de nos créateurs-producteurs et du consommateur en quête d'orginalité, et par dessus-tout, de tout un pays qui cherche à affirmer son identité à travers son legs ancestral.

Après la mini foire organisée spontanément en fin de décembre, voici une autre action pour entamer la nouvelle année en beauté, autour d'un thème particulièrement en vogue depuis quelque temps : les couffins, sur l'initiative de l'association ADAM qui fait de l'Artisanat tunisien son cheval de bataille. La rencontre aura lieu samedi prochain le 11 janvier dans un cadre des plus conviviaux, au coeur de notre médina millénaire où vous pouvez vous offrir une échappée virtuelle à cet instant grâce à ce projet photographique.

Pour vous adresser aux protagonistes de cette action, rendez-vous sur la page de l'évènement. La photographie qui suit a été capturée par notre artiste Safa Bacha dans une caverne aux mille et une créations aux confins de Nabeul.


Protection des Tortues marines en Tunisie : on en parle partout!

Vous souvenez-vous de la ferveur de nos activistes soucieux de la situation environnementale du pays ? Plus tôt cette année, dans le cadre de la rubrique Actions, nous avons vu et admiré la récurrence d'un rituel fort louable, celui de nettoyer les plages paradisiaques de cette contrée, sur l'initiative de la ruche citoyenne Tunisie Recyclage (en-voici notre reportage).

Aujourd'hui, nous voudrions rajouter que ce genre d'initiatives vertes ne passe pas inaperçu, et pour cause!

Quelques semaines auparavant, des clichés enchanteurs provenant des îles vierges de Kuriat (au large de Monastir) ont fait le tour de la toile mondiale, émerveillée par l'engagement de nos bénévoles qui ont accompagné et guidé les bébés Caouannes (espèce vulnérable de tortues marines) éclos sur ces îlots vers leur demeure naturelle.

Cette scène illustrant la symbiose naturelle dans toute sa beauté, a été témoignée par un groupe de touristes dépêchés sur place, avant d'être relayée par d'innombrables médias étrangers dont nous avons énuméré au moins trois : Le Monde, La Presse (de Canada) ou encore ce journal anglophone.

Coïncidence? Certes non! Cet élan a été initié grâce à un travail promotionnel du projet environnemental "La Saison Bleue" aux partenaires privés, institutionnels et citoyens multiples.. Bravo! Nous souhaitons voir ce genre de campagnes se reproduire pour le bien de ce pays exemplaire à bien des égards!


Emportés par Charm of Tunisia, autre coin ambassadeur

Notre voyage à travers les coins qui chantent cette terre continue de plus belle, arborant aujourd'hui ce compte Instagram babptisé "Charm of Tunisia" qui a de quoi séduire : Au rendez-vous, vous avez droit à un défilé de photographies aussi saisissantes les unes que les autres, mettant en relief toute la beauté de nos régions, villes et intérieurs.

Vous êtes tantôt épris par la nature dans toute sa pureté, tantôt invité à contempler l'architecture plurielle de cette contrée qui ne cesse de nous éblouir à travers les priss de nos artistes et passionnés munis de leurs mobiles.

Nous avons été d'autant plus interpellés quand nous avons appris que Charm of Tunisia constitue le fruit d'un travail de groupe d'étudiants en tourisme qui semble cultiver un penchant pour les supports digitaux. Par ailleurs, nous souhaitons vivement que cette initiative soit l'ébauche de tout un projet qui va au-delà de les limites d'Instagram pour s'inviter sur d'autres réseaux sociaux dont notamment Pinterest, moteur de recherche visuel prisé par les voyageurs, et YouTube, pourquoi pas!

Plus loin encore, nous croyons que la mise en ligne d'un site-web associé à cette "enseigne" en herbe (dotée d'un logotype élégant à nos yeux) inspirera encore plus d'idées et d'opportunités de développement dudit projet.

Mais d'abord, nous nous permettons de recommander la description des photographies  en en mentionannt les photographes, non seulement pour prévenir les ennuis, mais surtout afin de valoriser les efforts certes spontanés mais colossaux de nos artistes qu'ils soient professionnels ou amateurs.

A toute l'équipe de ce coin bon vent!



Regards sur l'expérience BeeShary, porte-parole de l'Artisanat de l'Hexagone

Hier, nous avons épousé le rêve dégagé par cette autre enseigne artisanale bien de chez nous, en lui proposant deux plateformes dédiées au fait-main Tunisien (Artisanature et l'Espace de l'Artisanat) afin d'épargner du temps et de l'énergie..

Dans ce même d'ordre d'idées, nous avons voulu nous inspirer d'expériences similaires conduites sur l'autre rive de la Méditerrannée. Cap sur BeeShary, un marketplace qui se présente comme étant le porte-parole des artisans de France. De quelle manière ?

Ce coin s'est donné pour mission l'impulsion de la consommation à la source, comme pour nous dire, nous citoyens du monde, que notre cause est bien unique : il importe de rapporcher nos artisans qu'ils soient artistes ou agriculteurs des internautes en quête d'articles qui plaisent aussi bien aux pupilles qu'aux papilles..

Toujours centré autour de ce souci, BeeShary met en avant l'un de ses producteurs et ce, au gré des jours, puisse notre découverte enchanteuse continuer avec ces bonnes surprises. Un moteur de recherche est mis à la disposition de ceux qui souhaitent conduire leurs échappées incertaines dans un univers aussi saisissant. Là, nous avons particulièrement apprécié le caractère intuitif et simple de cet outil qui invite le visiteur à préciser d'abord son envie ou le motif de sa visite, avant de sélectionner le thème qu'il/elle chérit.

Par ailleur, l'ergonomie s'est distingué à bien des égards, à l'image de ce mode d'emploi présenté sous la forme d'une infographie, une carte pour retrouver le graal sur cette caverne de créations et de délices du terroir.

Nous voudrions bien donner la parole aux protagonistes de cette aventure digitale à qui nous souhaitons bon vent :

Nous pensons que l’artisanat local façonne notre patrimoine et notre culture. Que les artisans et petits producteurs locaux sont les héros de nos terroirs et les garants de nos savoir-faire. Nous pensons que la découverte de passions au service du voyage favorise l’ouverture d’esprit, l’émergence de nouvelles expériences et surtout, apporte une dimension plus humaine et authentique à nos escapades.

et de signer :

Beeshary, la startup voyage qui valorise l’artisanat local.

Nous sommes persuadés que ces propos vont bien au-delà des frontières dans cette époque où le tourisme est en train de vivre une révolution culturelle, reconciliant avec la particularité régionale et le patrimoine ancestra et ce, aussi bien sur le vieux continent que sur cette contrée trois fois millénaires. Bonne inspiration!


Nous avons visité pour vous Shak.Shouka, une enseigne artisanale qui ose l'international

Notre vadrouille aux confins de l'univers artisanal continue de plus belle, alimentée par les mille et une initiatives écloses par ici et par là, rendant compte de l'engouement ancestral des Tunisiens pour le fait-main..

C'est le cas de cette enseigne toute fraîche au nom amusant et distingué de Shak.Shouka, qui nous a interpellé aussi bien sur Instagram que sur Facebook avec une présence soutenue, agrémentant notre quotidien avec des publications qui vont au delà de la simple exposition d'articles.

La ou les protagonistes de cette marque bien de chez nous n'ont pas hésité à mettre en valeur des artistes d'autre nature : une guitariste et quelques mannequins ce qui a donné aux créations Shakshouka tout leur éclat et originalité.

Cerise sur le gateau : Notre Shak.Shouka tunisienne promet haut et fort de livrer dans les quatres coins du pays et.. du monde. De quelle manière ? Nous vous en dirons plus après cette première rencontre avec la marque. Nous sommes bien curieux de ses ambitions à l'ère du digital qui ne connaît pas de frontières géographiques ou.. entrepreunariales. Pour information, les accessoires minimalistes dont regorge cette boutique en herbe comptent parmi les tendances de l'année à venir, à croire les statistiques des requêtes sur le principal moteur de recherche ainsi que sur les majeures plateformes de e-commerce.

Enfin, comme nous l'avons souligné pour d'autres projets artisanaux, nous recommandons de réfléchir à des partenariats gagnant-gagnant avec des annuaires bien installés leur épargnant les efforts techniques et marketing, nous en avons présenté deux : Artisanature et l'Espace de l'Artisanat.

Tous nos souhaits de réussite pour Shak.Shouka. Nous voudrions bien la voir grandir et s'envoler!



La Méditerrannée audiovisuelle dans toute sa diversité

Nous continuons notre échappée de plus belle dans ce vaste champ du web dédié aux arts et à la culture. Après le portail du Cinéma Tunisien, nous sommes allés à la rencontre d'un journal qui pousse un peu plus les limites, s'intéressant à tout le domaine audiovisuel autour de cette Méditerrannée éternellement effervescente.

Le nom du portail est on ne peut plus évocateur. Nous avons voulu en savoir plus, en arborant ces différents univers si bien délimités, et nous y avons trouvé un contenu aussi bien varié que frais décliné en trois langues, comme pour parler à tous les peuples du bassin.

Nous avons mis le cap sur l'industrie créative tunisienne, l'actualité est au rendez-vous, mais elle ne couvre pas notre scène pétillante : Nos journées cinématographiques de Carthage, véritable emblème Tunisien et régional du cinéma d'auteur fait défaut, ainsi que nombre de festivals thématiques non moins importants, vérification faite sur les différentes versions du site. A qui la faute ?

Si le site s'efforce de couvrir plus l'extraordinaire dynamisme dans plus d'une vingtaine de pays, il importe à nous, Tunisiens, de prendre l'initiative et de suggérer du contenu à la rédaction de Méditerranée Audiovisuelle, ainsi pour faire valoir nos expériences et nos rendez-vous à nos voisins, qu'ils soient professionnels en la matière ou cinéphiles assoifés du renouveau!

En tant que visiteurs qui partagent cette passion, nous aimerions voir cette bible de l'Art audiovisuel briller de toutes couleurs, revisitant son habillage et sentiers pour rendre notre évasion encore plus aisée..  Parce que nous chérissons toujours l'ergonomie des coins qui nous plaisent sur la toile.

Enfin, sur le plan communication, nous apprécions particulièrement la présence pertinente de ce portail sur LinkedIn, réseau social prisé pour les échanges professionnels. Seulement, pourquoi pas renforcer la page du site par un groupe de discussion propice à fédérer encore plus de fidèles autour de la mission informative du site! De même, nous souhaitons voir Méditerranée Audiovisuelle s'élargir à Viadeo qui a la même vocation tout en étant tourné vers le monde francophone.

Vimeo n'est pas du reste, les protagonistes du portail ont bien pensé à côtoyer les créatifs qui trouvent dans ce réseau social spécialisé un havre d'inspiration.

Ce projet médiatique est édité par le Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle (CMCA) basé à Marseille. Bon vent!


La planète bleue dévoile ses veines grâce à cette oeuvre digitale

La semaine dernière, dans le cadre de cette pause méditative dédiée à nos créatifs, nous avons arboré le sujet de l'immigration, phénomène universel par excellence, rendu simple grâce à l'art du dataviz (diminutif de l'anglicisme data visualization), vous pouvez redécouvrir notre billet qui en présente un usage des plus ingénieux.

Aujourd'hui, nous avons déniché pour vous un autre exemple illustratif de la puissance des images, au service d'une autre cause planétaire : l'or bleu.

Puisant son inspiration des innombrables fleuves et rivières dont regorge notre Terre, Robert Szucs, artiste digital originaire de l'Hongrie, a revisité les cartes des pays et des continents en mettant en relief cette extraordinaire distributiond des cours d'eau.. le résultat est des plus édifiants : Nous sommes en face d'un véritable organisme vivant aux milles et une veines, telle était la conception originale imaginée par l'infographiste pour nous rappeler à quel point il importe de préserver ces vecteurs de vie loin de la pollution et de la surexploitation.

Sans en dire plus, nous donnons la parole à ces graphiques, tout en souhaitant bonne inspiration à votre géni créatif!






Autre mobilisation digitale au profit de l'Artisanat tunisien

Aujourd'hui, nous souhaitons revenir sur cette autre initiative éclose sur notre toile pour honorer et appuyer nos artisans artistes en quête de visibilité.

L'évènement a vu le jour sur Facebook, ce réseau pétillant de bons plans et notamment.. de bonne volonté, fédérant pas moins de 1700 Tunisiens intéressés et générant quelques dizaines de participations effectives. Avouons que le titre choisi pour cette action a été soigneusement ficelé, titillant l'engouement inconditionnel du Tunisien pour le produit local et artisanal.

Nous avons voulu en savoir plus sur les origines de cette exhibition. Rachida, protagoniste, semble nourrir une véritable passion pour l'événementiel. Au fil de sa page Facebook, bien d'autres rendez-vous ont été donnés plus tôt cette année, à un rythme soutenu tout en arborant des thèmes différents, ainsi pour plaire à tous les goûts des abonnés de ce coin.

Que pouvons-nous rajouter face à un tel élan bienveillant ? Nous aurions tout juste aimé avoir droit à une sorte de "reportage" en photos pour attester de la réussite de l'action, et pour exhorter ceux qui n'ont pas eu la possibilité d'y assister à suivre de plus près l'agenda scintillant de Rachida Events. Bon vent pour le nouvel an!



Qaun Ibn Khaldun illumine le débat électoral britannique

En cette période de tumulte politique, nous sommes d'autant plus curieux de la manière dont les médias étrangers nous suivent.. cap sur le Royaume Uni dont les yeux sont rivés sur notre contrée depuis quelques années..

Quelle ne fut notre surprise en découvrant une mention de la part de l'ancien-nouveau premier ministre britannique citant - dans la foulée de la campagne électorale du mois dernier - l'une de nos figures emblématiques, Ibn Khaldun, souvent considéré comme l'un des précurseurs de la sociologie moderne.

Les propos ont été relayés et expliqués par le journal The Telegraph suivi par quelques... 6.2 millions de abonnés autour du monde, seulement sur Facebook et Twitter sans compter les lecteurs de la version papier du quotidien.

Certes, Boris Johnson comme tout politique, s'efforce de manipuler faits et chiffres pour soutenir son argumentaire et son programme électoral, mais il n'en demeure pas moins que nous sommes agréablement surpris par cette ressurection soudaine de notre savant.. immortel, comme pour nous rappeler notre propre contribution à la... civilisation universelle. Mieux encore, la mention "Tunisie" est soulignée haut et fort, sachant que cette figure emblématique a attisé la convoitise d'un certain pays du voisinage qui l'a considéré comme étant des siens.

Voici un moment de fierté qui mérite d'être savouré et.. médité. Pourvu qu'on réalise l'ampleur de notre patrimoine immatériel!



Fenêtres sur la Tunisie depuis les Etats-Unis

Poursuivant notre découverte de nos ambassadrices et ambassadeurs, nous nous sommes retrouvés dans le pays de l'Oncle Sam, là où une nouvelle initiative éclot sur Instagram, baptisée "Tunisian and Arab in the USA".

A première vue, le compte est propice à attirer nos ressortissants y installés, mais aussi tout chacun curieux d'en savoir plus sur notre contrée. Ce coin défile des clichés qui essaient de balayer notre extraordinaire diversité naturelle et architecturale mise en évidence par des clichés aussi enchanteurs les uns que les autres.

Comment ce projet promotionnel en herbe peut-il se distinguer ? Nous croyons qu'il importe de continuer à partager cette image plurielle du pays au gré des jours tout en pensant aux expressions-clé - hashtags - en Anglais pour relier les publications des comptes aux centres d'intérêt des internautes qui se baladent sur Instagram à la quête d'idées de voyages..

Mieux encore, pourquoi ne pas fédérer et engager notre diaspora aux Etats-Unis et plus particulièrement, celle qui s'active sur Instagram, pour relayer les photographie de la Tunisie à plus grande échelle!

Plus loin encore, nous voyons dans ce compte qui entame ses tout premiers pas les germes d'un projet médiatique réunissant les amoureux du pays, qu'ils soient Tunisiens ou visiteurs potentiels, moyennant un portail au contenu riche et bien visible, de quoi amplifier la voix de nos compatriotes dans ce vaste pays, et appuyer notre image de marque auprès d'une population qui nous connait si peu, ou pas...

Nous avons vu dans le passé comment le périple d'un taxiste Tunisien aux Etats-Unis a suscité l'admiration d'un homme d'affaires qui y a vu tout un enseignement de vie (en voici notre résumé). A cela, nous pouvons vous proposer de jeter un coup d'oeil sur le profil de notre élite d'étudiants, de cadres et d'entrepreneurs immigrés (infographie) dans ce même pays.



Aux confins de la caverne Aschi, un des derniers stores dédiés à l'Art de la Marionnette

Nous renouvelons notre rendez-vous hebdomadaire avec nos entrepreneurs créatifs, aka nos artisans, qui s'efforcent de sauvegarder un patrimoine unique au monde.

C'est le cas de cette entreprise familiale au nom de ses fondateurs, Aschi (Hachemi et Abdelaziz) qui ont commencé l'aventure il y a plus d'une cinquantaine d'années. Aujourd'hui, l'affaire est assurée par les descendants Adel et Ismail Aschi qui se sont investis sur la toile, Instagram et Facebook, pour nous faire part de l'héritage ancestral qu'ils chérissent et qui constitue tout un pan de notre mémoire collective.. et pour cause!

Il s'agit de l'art des marionnettes, emblématique de notre scène culturelle plusieurs fois millénaire, et qui n'a rien à envier à d'autres pays qui ont su faire de cet art un véritable label touristique, à l'image de la République Tchèque.

Retour sur la présence en ligne de notre marque artisanale : Elle est bel et bien soutenue, renforcée par des publications quasi quotidiennes rappelant la diversité et la portée des articles Aschi qui ont pu atterir dans les hôtels des Champs Elysées même (en voici un exemple). Nous avons également apprécié le choix raffiné des mots-clé (dits hashtags dans le jargon des marketers) ainsi pour accroître la visibilité du fait-main sur Instagram, d'autant plus que ce référencement est fait en Anglais, outre le Français.

Et pourquoi pas rajouter des mots supplémentaires, synonymes de ce savoir-faire tunisien dans d'autres langues, afin de s'adresser aux quatre coins de la planète! Nous avons vu ces dernières années comment notre leg artisanal intéresse et séduit nos concitoyens de la planète à l'extrême-est de l'Asie. Par ailleurs, nos confrères de Tunisie.co partagent une nouvelle des plus heureuses pour ce commerce et pour toute une contrée : l'UNESCO envisage d'inscrire l'art de la marionnette dans sa liste patrimoniale (source).

Bien évidemment, nous attendons aussi impatiemment l'inauguration de la boutique en ligne propre à Aschi Artisanat, de quoi augmenter ses chances d'être exposé, retrouvé et approché par des acheteurs potentiels du monde entier.

Une solution alternative est de joindre des galeries artisanales en ligne bien de chez nous, qui prennent en charge les aspects technique et marketing, pour permettre aux artisans de se focaliser sur leur passion corps et âme! Rappelons que les plateformes Artisanature et Espace de l'Artisanat sont ouvertes à tels partenariats, vous pouvez en consulter le mode d'emploi dans les liens ci-avant.  Bravo aux artistes et bon vent!


Nous avons testé pour vous Schoolmouv, un assistant ludique pour les bacheliers

En cette période de vacances scolaires synonyme de trêve mais aussi de préparatifs pour un meilleur redémarrage, nous sommes allés à la rencontre des outils gracieusement offerts par la toile à nos bacheliers.

Cap sur Schoolmouv, plateforme française conforme au programme officiel de l'hexagone, couvrant un large éventail de matières principales et optionnelles (langues étrangères). Nous nous sommes laissés emportés dans cet univers attrayant de par la simplicité de son contenu.

Bien qu'accessible à n'importe quel visiteur, le site exhorte ses invités à ouvrir un compte gratuit en tant qu'élève, parent ou enseignant. Nous avons préféré revenir aux bancs de l'école, et nous nous sommes surpris en train d'emprunter les sentiers de cette plateforme où on ne sent pas le temps de... réviser. Objectif atteint!

Entre les cours on ne peut plus ludiques, les fiches de révision fin prêtes et les vidéos didactiques, difficile de s'ennuyer ou de s'évader. Certes, cette plateforme n'est pas la première de son genre, mais elle nous a interpellé par son interface ergonomique et favorable à la concentration.

Nos journalistes peuvent aussi bien s'en servir, pour dissiper les ambiguités entourant certains concepts économiques sujets à des abus de langage par certains politiques et experts auto-proclamés. A titre d'exemple, nous avons consulté cette fiche pour comprendre une bonne fois pour toutes la signification de la fameuse pression fiscale dont la valeur (exprimée en pourcentage) divise le gouvernement et certains économistes (infographie).

Nous avons jeté un coup d'oeil curieux sur la page Facebook de la plateforme, et là, une autre leçon peut être tirée! Nul besoin de rappeler les élèves facebookers leurs cours et de devoirs. Les publication de ce coin social mettent plutôt en avant des citations appelant à la réflexion, émanant d'icônes (chanteurs et autres, en voici un exemple) chéries par cette génération Z. Il en va de même pour le compte Twitter de Schoolmouv, aussi actif et proche de ses abonnés.

Somme toute, nous avons apprécié ce projet éducatif aussi bien sur le plan technique (le site-web) que la communication décalée et en phase avec la noble mission du projet.

Pourquoi avons-nous choisi d'exposer un outil d'outre-mer ? Parce que nous croyons bien que telles initiatives numétiques sont parfaitement inspirantes, reproductibles et réalisables, et ce n'est surtout pas le géni tunisien qui manque!

D'autant plus que notre ministère de tutelle semble accélerer sa marche pour la numérisation de ses services, pourquoi ne pas surfer sur cette vague révolutionnaire et faire encore mieux!



Les flux migratoires en un clin d'oeil avec World Migration Map

La semaine dernière, nous avons fait la découverte enchanteuse d'un outil citoyen qui offre gracieusement des données actualisées sur le phénomène de l'immigration à l'échelle mondiale. Nous avons partagé le mode d'emploi de la plateforme qui fait le bonheur des data jorunalistes. 

Aujourd'hui, arborant le même thème d'actualité, et dans le cadre de cette pause hebdomadaire d'inspiration, nous nous sommes retrouvés en face d'un autre outil non moins surprenant, titillant le géni créatif des férus de la cartographie et de la data visualization.

Baptisé World Migration Map, le coin se présente sous forme d'une carte interactive où l'on voit des flux s'activer entre les différents points du monde, et ce n'est pas fini! Moyennant un simple coup de roulette ou un geste de doigts si vous utilisez un écran tactile, vous pouvez en découvrir bien plus de déplacements plus ou moins importants et rapides.. retraçant l'ampleur du phénomène à travers les pays, les régions, les continents et... les mers, fort malheureusement.

Mieux encore, en survolant l'un des points caractérisants les pays de départ ou d'arrivée, il est possible de s'informer un clin d'oeil sur la "balance" nette de.. l'immigration. Le Portugal, à titre d'exemple, affiche un nombre fort négatif de moins de 136140 personnes prenant le chemin de l'Espagne et de la France en premier lieu, toujours selon cette superbe carte que nous parcours de long en large grâce à son ergonomie on ne peut plus ludique, créée par le designer Max Galka.

Puisse cette plateforme inspirer nos créatifs passionnés des data qui ne manquent surtout pas dans cette Tunisie enagagée dans l'ouverture de ses données comme ce fut le cas des domaines de l'agriculture, de l'intérieur, de la culture et des transports dont vous pouvez découvrir les portails open data sur ces liens-là. De même, le sens de l'initiative ne fait pas défaut, nous nous rappelons de ce projet sensationnel de cartographie des horaires des bus sur l'île de Djerba (en voici notre revue).



Evasion enchanteuse dans le portail du Cinéma Tunisien

Nous reprenons notre échappée culturelle de plus belle au fil des semaines. Après le web magazine Icône Culture et l'agenda Qartaj Arts, c'est au tour de ce portail du Cinéma Tunisien de nous interpeller en cette période de trêve, d'évasion, d'inspiration, dans une Tunisie créative et pétillante!

Nous nous sommes laissés emportés par les pages du site, simple d'apparence mais hautement riche et informatif : Entretiens, bibliothèque, portraits de cinéastes et de films, rencontres qui valent le détour, dates à mémoriser... puisse chacun y trouver son compte!

Une question surgit : pourquoi ne pas offrir une deuxième version en Tounsi (parce que nous croyons bien qu'il s'agit d'une langue à part, en voici le mouvement) ou en Arabe, ainsi pour s'adresser à tous les internautes. Tel supplément peut reprendre les articles déja existants ou bien proposer un contenu tout autre.

Quid de la communication ? Nous avons survolé la page Facebook de ce projet médiatique, large de plus de 6000 fans. Les publications sont soutenues, mais nous aurions aimé en voir plus, au gré des jours, pour agrémenter nos fils d'actualité constamment bombardés par une actualité mororse et souvent.. insignifiante.

Et pourquoi pas un groupe Facebook associé à cette page afin de booster l'engagement des abonnés-membres autour de leurs films favoris, déchaînant avis et critiques, cultivant la culture cinéphile dont nous avons tellement besoin. Le portail n'a pas manqué de s'ouvrir aux autres réseaux sociaux à l'instar de Twitter, Instagram et notamment YouTube propice à faire du projet une véritable web TV thématique pour le grand bonheur des passionnés du cinéma tunisien.

Ce portail en est la référence comme il le proclame et.. l'honore au vu de ses diverses rubriques et partenariats stratégiques avec les principaux acteurs privés, associatifs et publics de la scène. Seulement, nous souhaitons être immersés, jour après jour, dans ce monde du septième art de chez nous qui a encore beaucoup à raconter.. Bon vent!



Bibliothèque participative pour la cause féministe par Aswat Nissa

Aujourd'hui, nous souhaitons relayer cette autre initiative éclose sur la toile qui nous a interpellé de par son originalité.

Il s'agit d'un "appel aux dons de livres" lancé par l'association féministe Aswat Nissa qui ambitionne de développer une bibliothèque spécialisée en la matière, enrichie à coup de contributions de bibliophiles et passionnés de le cause de la femme qui a encore un long chemin à faire, à voir la dichotomie du chômage (schéma) malgré la forte présence de la gente féminine dans l'enseignement supérieur (infographie).

L'appel est on ne peut plus simple : Tout chacun en possession d'études, d'essais et autres ouvrages consacrés à cette cause toujours d'actualité, et dont il ou elle n'a plus besoin, peut s'assurer que ses livres vont servir à des dizaines centaines de ses compatriotes, réunis par le "Feminist Book Club", projet de ladite association.

Cette action à caractère thématique en rappelle une autre, celle de la rencontre des bibliophiles ayant découvert Tunis à travers leurs lectures.

Ce que nous avons apprécié de plus, c'est bien la persévérance de ses protagonistes qui ont relancé la campagne à 18 reprises depuis le mois d'Août dernier. Mercredi prochain, le 25 décembre, sera le dernier rendez-vous de collecte de l'année.

Nous sommes persuadés que cette bibliothèque participative en cours de constitution sera aussi large et surprenante que celle qui a été dédiée à notre cité historique Carthage par Yozan Mozig, un grand amoureux de la Tunisie (en voici notre billet).

Pour en savoir plus sur la manière de contribuer dans ce projet prometteur, rendez-vous sur cette adresse. Bon vent!


History and Culture of Tunisia : un musée numérique voit le jour

Aujourd'hui, dans le cadre de notre quête hebdomadaire des ambassadeurs de la destination Tunisie, nous avons choisi de nous envoler avec Twitter, compagnon inséparable de grand nombre de journalistes et d'internautes autour du monde. Et là.. un compte assez récent a interpellé toute notre attention.

Baptisé "History and Culture of Tunisia", un nom on ne peut plus évocateur, ce coin s'apparente à une véritable galerie de l'historie moderne et contemporaine du pays telle que racontée par des peintures et des photographies pour la plupart, inédits.

Nous apprécions aussi bien le thème dont on parle peu que l'approche adopté par le(s) protagoniste(s) de ce projet qui mérite de faire encore un pas en avant, pour lancer son propre blog, aussi simple soit-il, ainsi pour accroître la visibilité et l'accessibilité de son contenu informatif qui se fait rare.. sur la toile.

Grâce à cette échappée hors du temps, nous avons appris par exemple que la liste des peintres historiques ayant eu un coup de foudre pour la Tunisie est bien plus prolongée.. à l'instar d'un certain Ferdinand Max Bredt, artiste orientaliste né à Leiptzig d'Allemagne en 1868, qui a consacré un de ces tableaux à la vie domestique de la Tunisie coloniale (voici le tweet en question).

S'évader dans les couloirs de ce musée est fort agréable, vivement l'extension de ce havre de culture.. vers un site bien mérité!


La Tunisie racontée par Amélie Cara à ses 500+ mille d'abonnés

Nous repartons à la quête de témoignages et d'avis des touristes que nous avons accueillis tout au long de l'été dernier, et quelle ne fût notre surprise en réalisant ce journal-vidéo retraçant le quotidien d'Amélie Cara, une célèbre YouTubeuse aux 570 mille abonnés.

Au total, notre destination s'est offerte quelques164 mille vues  jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes, grâce à cette seule vidéo de près de 20 minutes  mettant en avant la diversité des activités et des mets.. et toute une joie de vivre témoignée et manifestée notre invitée et ses compagnons durant leur séjour.. inoubliable, qui prend toute sa place sur la toile pour illuminer, inspirer et inciter des milliers de solo-voyageurs autour du monde.

Seul pincement au coeur : Nous aurions tellement aimé voir Amélie scruter les autres coins et recoins qui sont à vol d'oiseau de la station balnéaire où elle s'est installée, parce que notre contrée regorge de surprises et de rencontres toujours plus intéressantes et authentiques.. Nous souhaitons vivement revoir la globetrotteuse reprendre son aventure parmi nous, tout en la remerciant pour son partage ravissant!


Traversée de cet Océan de Données sur l'immigration

Hier, le monde entier a célébré sa journée commémorative de ses migrants. Aujourd'hui encore, demain, et tous les jours, cette cause vaut bien le détour!

Et pour cause, les statistiques souvent alarmantes y rapportées font irruption tous les jours, mais.. à quel point sommes-nous capables de comprendre ce phénomène qui semble prendre des propotions énormes en ces temps de guerres et de troubles dans les quatre coins de la planète ?

Telle était la question posée par cet outil de citoyen.. du monde, Migration Data Portal, fruit d'une collaboration entre l'Organisation internationale pour les migrations (OIM - ONU Migration) et les coopérations allemande et suisse pour rassembler en un seul endroit toutes les données, aussi dynamiques que les populations, pour inviter les data-journalistes et divers chercheurs à y puiser, à les transformer et ainsi, à créer une certaine valeur ajoutée qui permettra de comprendre les motifs des flux migratoires dans toute leur complexité.

Nous avons fait le tour de ce véritable centre d'information qui met en avant la culture du chiffre et du factuel moyennant des cartes interactives et des graphiques générés sur demande, en instantané. A cet égard, nous attendons encore la mise en ligne du propre portail Opendata de notre ministère des affaires sociales à l'instar des ses homologues de l'Intérieur, Open Culture, Agridata, et bien d'autres..

Cette plateforme s'apparente à un vaste océan si généreux, aussi large que les mers traversées par nos migrants infortunés.. A la recherche!


Envolée avec Hamsa Artisanat, une autre enseigne épousant le digital

Nous reprenons notre balade enchanteuse au milieu des enseignes de la toile tunisienne qui ne cesse de nous fait découvrir des aventures aussi uniques les unes que les autres.

Après Ghamza, c'est au tour de Hamsa de nous amadouer avec sa vitrine superbemment exposée sur son compte Instagram ainsi que sur sa page Facebook, totalisant les deux plus de 4000 fans passionnés.

Outre les créations finement confectionnés et.. photographiés, c'est la communication continue et soutenue sur ces articles qui nous a ravi, ce qui a valu à cette marque Made in Tunisia une base d'abonnées constamment élargie et surtout.. engagée!

En défilant les publications Hamsa sur Instagram, nous avons apprécié certaines prises des couffins faisant le tour du monde, à commencer par Vancouver du Canada (voici le post), non loin de la côte huppée des Etats-Unis. Les administrateurs de l'enseigne n'ont pas manqué d'accompagner leurs photographies par des expressions-clé - hashtags - propices à générer une visibilité accrue, quoique nous estimons que cette fonctionnalité peut être exploitée à fond, moyennant le vocabulaire anglais, mais aussi en d'autres langues, et qui sait!

Plus tôt cette année, nous avons vu comment le couffin tunisien se vend à quelques centaines d'euros après avoir été quasimment volé par une marque célèbre du vieux continent (en voici notre billet).

Nous souhaitons voir les chiffres de notre marque artisanale s'envoler, aussi bien en termes de nombre d'abonnés que d'interactions et.. de ventes!

Nous aimerions aussi bien voir Hamsa se doter de sa propre boutique en ligne, qu'elle soit sous forme d'un site-web indépendant qu'il importe de promouvoir, ou bien via des plateformes dédiées à nos artisans, prenant en charge toute la partie technique et marketing, nous en avons vues au moins deux : Artisanature et Espace de l'Artisanat, sans compter les innombrables initiatives écloses dans les réseaux sociaux à l'instar de Nechri Tounsi pour aider nos artistes à partager leurs créations et tout ceci, pour le grand bien du produit tunisien. Bon vent!


Nous avons feuilleté pour vous Qartaj Arts : un nouveau agenda artistique

Nous continuons notre vadrouille parmi les sites dédiés à la scène culturelle tunisienne dans toute sa splendeur. Après Icône Culture (dont voici notre revue), nous mettons le cap sur un nouveau-né baptisé Qartaj Art.

Nous avons feuilleté pour vous cet agenda à l'interface simple et intuitive, nous invitant à découvrir toujours plus sur les innombrables évènements artistiques et de l'artisanat dans différents univers, ainsi pour que chacun puisse trouver son.. graal.

En tant que simples utilisateurs, nous aimerions filtrer les manifestations ayant lieu dans telle ou telle ville ou région pour faciliter davantage notre découverte, sachant que ce catalogue est alimenté au gré des jours.

Pour le moment, les protagonistes du projet capitalisent sur la crédibilité qui, par moments, fait malheureusement défaut dans nos.. sites d'information. Ainsi, Qartaj Art promet solonellement une information complète et vérifiée sur chaque évènement partagé : organisateurs, lieux, dates et horaires, prix, ..

Nul besoin de se doter d'une application mobile à l'heure où les sites-web sont adaptés à tous les supports. Néanmoins, Qartaj Art n'a pas manqué de partager un mode d'emploi facile à suivre pour inviter ses fidèles à se connecter au site plus rapidement sur leurs smartphones et tablettes. D'autre part, cette plateforme s'invite au quotidien sur les fils d'actualité des réseaux sociaux Facebook et Twitter.

Nous croyons que ce nouveau compagnon a toutes les chances d'imposer sa place dans la toile en tant que vitrine de la scène créative, avant d'orienter les internautes vers les sites officiels des évènements ou encore les billeteries qui n'ont pas la vocation de couvrir toute cette effervescence. Bravo pour avoir osé exister au milieu de cette scène, et bon vent!