Legmi de Gabes : On en parle sur Le Monde! Mais..

Poursuivant notre voyage autour du monde à la quête des publications mentionannant notre contrée, nous sommes tombés sur ce web-reportage du journal Le Monde consacré à une boisson rafraîchissante bien de chez nous : le fameux Legmi des oasis de Gabès!

Le billet est une ode non seulement à ce produit caractéristique du sud tunisien, mais également aux enfants de cette terre qui veillent à perpétuer cette tradition. Ainsi, la journée typique d'un agriculteur est retracé par cet article au ton spontané, ayant fait quelques millions de lecture dans le monde francophone.

Par dessus-tout, cette publication vante les charmes de la région de Gabès, soulignant sa singularité dans tout le bassin méditerranéen avec son oasis donnant sur la mer.

Un pincement au coeur toutefois : dans son son élan sincère, le billet a fait un clien d'oeil au groupe chimique tunisien qui menace ce bout de paradis aux paysages et aux saveurs uniques au monde!

Au avons fini notre lecture avec des sentiments mitigés, entre fierté et amertume. Nous croyons fort que la promotion du tourisme régional et culturel pourraît faire pression sur la politique environnementale nonchalente dont souffrait Gabès pendant des décennies.

Nous ne pouvons clôturé cette note sans évoquer l'activisme de la société civile de la place qui a bien usé du digital pour relayer ses cris de détresse, en-voici un exemple bien frappant.


Nous avons feuilleté l'album d'histoires The Tunisians

L'ambassadeur de la semaine n'est autre que cet album aux mille et une histoires de Tunisiennes et de Tunisiens évoluant dans moult domaines et appartenant à différents pans de notre société.

Au menu de chaque publication :
- Un sourire irradiant mis en valeur par une photographie,
- Un récit inspirant en trois langues.

The Tunisians agrémente nos fils d'actualité sur Facebook et Instagram où le projet a pu fédérer près de 55 mille abonnés jusqu'à aujourd'hui.

Non sans curiosité, nous nous demandons quelle est la part des internautes étrangers parmi les fans des.. Tunisians! Car, nous croyons fort qu'un album aussi varié qu'authentique constitue la meilleure "publicité" de tout une nation, au-delà des clichés aussi beaux soient-il de nos paysages naturels et de notre patrimoine bâti.

The Tunisians chatouille les émotions de tout chacun, d'abord en misant sur le sourire si bien capturé, et puis en mettant en avant une histoire qui déborde d'espoir et d'enthousiasme, montrant que l'impossible n'est pas.. Tunisien!

Nous apprécions particulièrement la diversité extrême des profils présentés : les entrepreneurs, mais aussi les étudiants, les artistes, les petits métiers, et même les chômeurs. Il ne s'agit pas d'un défilé de success-stories, mais plutôt d'un miroir si sincère des aspirations de nos concitoyens tantôt réussis, tantôt à la marge. Les Tunisiens les moins chanceux ont tout de même leur mot à dire, comme c'est le cas de ce chômeur qui déplore un certain jugement injuste de la société. Quid de l'anonymat ? Parole aux protagonistes du projet :

Dans un soucis de respect de la vie privée nous évitons de rendre publique les coordonnées et les noms des personnes que nous prenons en photo. Si vous avez besoin d'informations, n'hésitez pas à nous contacter par message privé.

Janvier dernier, ces innombrables histoires ont été compilés dans un recueil à la couverture élégante, portant le même nom, et disponible sur la librairie en ligne Manuskri dont voici notre revue.

Comment évaluons-nous ce projet ? Que des appréciations aussi bien pour le fond que pour la forme, mais.. la dernière publication du projet sur les deux réseaux sociaux date de.. décembre dernier jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Le projet semble avoir été clôturé fin 2018 avec l'édition de son livre, et c'est bien dommage. Il nous semble que l'essence même de cet album est d'être alimenté indéfiniment, sans répit, pour nous inviter tous les jours à prendre cette pause méditative.

Nous comprenons qu'il peut y avoir des contraintes budgétaires ou contractuelles, mais comment peut-on rompre aussi brutalement le cours d'histoires qui ont tant illuminé nos journées ? Pourquoi ne pas "ouvrir" ce projet au grand potentiel et bénéficiant déja d'une large base d'abonnés, ainsi pour en assurer la pérénite ?



Nous avons testé pour vous l'outil citoyen "Ask the President" by IACE

La campagne électorale bat son plein, et les prétendants à la Magistrature Suprême se bousculent pour séduire les Tunisiens dont une bonne partie ne sait plus où se donner la tête!

Fort heureusement, les mass-médias se sont unis pour organiser des débats rigoureux pour la première fois comme il est coutume sous d'autres cieux, et en attendant, la toile tunisienne n'a pas manqué d'apporter sa propre solution pour aider le citoyen à faire son choix.

Nous avons testé pour vous Ask the President, une plateforme affichant les différents candidats. Le mode d'emploi est de plus simples : il suffit d'aller vers l'un de ces prétendants, et poser sa question qui s'ajoutera à une liste de demandes et de requêtes.. à l'image d'un forum. Jusqu'à cette heure-ci, les questions demeurent sans réponse et ce, malgré la visibilité de cet outil développé par l'IACE, partenaire d'une émission phare invitant lesdits candidats. Où sont-ils?

Nous souhaitons voir une véritable interaction avec ces dizaines de citoyens qui ont pris la peine de s'inscrire et de donner de leur temps. Certes, les candidats disposent de leurs propres pages sur Facebook et Twitter et certains d'entre-eux seraient plus réactifs que d'autres, mais il importe d'être à l'écoule là où les questions fusent!

Par ailleurs, nous aimerions voir cette plateforme à l'adresse générique et aisément mémorisable "Ask.org.tn" se perpétuer et muter vers un véritable hub de démocratie participative, invitant les internautes-citoyens à poser des questions aux nouveaux élus, car la démocratie est un exercice qui va bien au-delà du droit-devoir de vote!

Plus loin encore, et compte tenu du rôle joué par l'IACE dans le monitoring des politiques publiques et de la bonne gouvernance, nous souhaitons que Ask se généralise aux différents décideurs, qu'ils occupent des postes politiques - ministériels - ou non, ainsi pour favoriser la culture du dialogue entre le citoyen et l'Etat à travers ses administrations.

Nous croyons fort que le travail continu et soutenu sur cette plateforme en dehors de la période électorale sera bénéfique à bien des égards :
- La e-participation du citoyen-internaute sera ancrée, Ask deviendra ainsi un réflexe pour s'adresser aux élus,
- Ces derniers disposeront d'un outil centralisé rendant compte des soucis du citoyen et de la société civile,
- Enfin, les protagonistes du projet vont pouvoir perfectionner et aiguiser cette nouvelle expertise dans l'intermédiation entre le citoyen et l'Etat.

Faut-il rappeler qu'au moins une expérience semblable a vu le jour asous la coupole du Bardo où les 217 représentants du peuple sont joignables grâce à la plateforme Marsad Majles de l'association Albawsala qui se charge du relai des questions et des suggestions du citoyen.


Aux confins de la librairie en ligne Kitebkom

Nous reprenons notre voyage dans le monde passsionnant des livres, après notre arrêt sur Manuskri, la librairie alternative digitale. Cap sur Kitebkom, un espace pour bibliophiles lancé en 2016.

Comment décrire notre expérience-utilisateur ?  Plutôt agréable, parsemée de surprises soufflées par des titres et des perles qu'on trouve rarement ailleurs.. Nous avons particulièrement apprécié la répartition équitable des "rayons" entre les trois langues principales. Ainsi, les romans anglophones jouissent des mêmes chances de visibilité que les autres.

Autre atout de ce projet culturel : les remises sont de mise! A l'accueil du site, nous avons découvert une panoplie de réductions oscillant entre 10% et 50% touchant à la quasi totalité des titres, offertes par au moins onze édieurs fédérés par Kitebkom.

L'implémentation de cette pratique commerciale d'une manière continue et inconditionnelle octroie à cette initiative un avantage concurrentiel, d'autant plus que le paiement est possible à la livraison pour rassurer les internautes les plus sceptiques par rapport au paiement en ligne.

Poursuivant notre inspection du site, nous avons été interpellés par des boutons alléchants renvoyant à quelques réseaux sociaux. Fort malheureusement, ces liens pointent vers le site de l'agence créative qui a confectionné le site. Nous croyons qu'il s'agit d'une ommission.

Enfin, nous aurions aimé plus de com' de la part de.. Kitebkom sur les réseaux sociaux! La dernière publication de la librairie sur Facebook date du mois de mai dernier jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Les fans du projet ne sont pas au courant des extraordinaires remises qui leur sont offertes en dehors de la période de la foire, et c'est bien dommage!

Nous recommandons vivement aux protagonistes du projet de s'investir sur les réseaux sociaux pour aller à la rencontre d'une communauté de plus en plus large et solidaire de bibliophiles. Bravo à cette initiative et bon vent!


Nous avons visité Solar Mag, une référence de l'actualité du pays du soleil levant

La Tunisie, le pays au soleil levant comme on l'aime bien le croire (voici quelques chiffres l'attestant), semble avoir fait ses choix, faisant du photovoltaique son nouveau cheval de bataille pour rétablir son indépendance énergétique et son auto-suffisance progressive qui sera matérialisée à Tozeur, future ville propre entièrement alimentée par le soleil à partir de 2021!

Ainsi, nous avons vu défiler une actualité de plus en plus abondante et alléchante faisant état du nombre croissant des projets (comme pour la toiture solaire) promis par le gouvernement et/ou le secteur privé. Au coeur de cette admirable dynamique, comment retrouver - rapidement - la bonne information à jour, sans se perdre dans les mille et une mines d'informations du net ?

Dans le cadre de cette rubrique consacrée aux publications digitales, nous avons fait la découverte de Solar Mag, uen revue entièrement dédiée aux curieux et professionnels du photovoltaique, tel un véritable concentré d'actualité et d'information autour de ce thème d'avenir. Mode d'emploi.

Le site présente une ergonomie plutôt satisfaisante, sans encombre, où le contenu est clairement repertorié grâce à un menu assez bien développé. Nous pourrions certainement suggérer un coin pour centraliser les dernières études et statistiques du secteur, ou mieux encore.. pourquoi pas exploiter les données ouvertes par le portail du Ministère de l'Industrie, en rapport avec la production et la consommation de l'énergie solaire!

Et comme pour tirer le meilleur parti du monde digital, pourquoi pas également encourager nos jeunes caricaturistes en herbe, en relayant leurs caricatures sur la situation environnementale, ainsi pour agrémenter ce havre qui promeut le renouveau!

Mis à part ces perspectives d'amélioration continue, nous exhortons vivement les protagonistes du projet à y croire, tous les jours! Nous avons constaté, avec une certaine amertume, l'abondon de ce webmagazine dont la dernière publication sur Facebook remonte à plus d'un an.

Parlant des réseaux sociaux, Solar Mag a même pensé à LinkedIn, le coin préféré des professionnels assoiffés de l'actualité économique et scientifique loin des distractions des autres sites. Nous voyons un potentiel aussi intarissable que celui renfermé par nos "gisements" solaires. Solar Mag.. Longue vie!


Culture Pub : Une autre manière originale pour s'attaquer aux cigarettes

Poursuivant notre quête hebdomadaire aux inspirations du web, nous avons choisi de renouer avec la question universelle du tabac, un fléau qui continue à ravager des millions de vies autour du monde.

Nous jugeons important de rebondir sur les différentes campagnes aussi innovantes et impactantes les unes de les autres, afin de convaincre les fumeurs et.. vaincre la cigarette!

Nous avons déja vu une la campagne originale lancée par une marque de dentifrice qui a choisi de s'attaquer frontalement aux cigarettes (en voici l'affiche). La création que nous avons dénichée cette semaine est tout aussi insolite, s'inspirant d'un jeu de vidéo mythique ayant marqué l'enfance de toute une génération.

La nouvelle variante du jeu consiste à s'attaquer à aux poumons pour les réduire à petit feu, tel que le suggère cette affiche on ne peut plus simpliste. Il en découle un message subtil et critique : les poumons, cet organe vital et irremplaçable, sont considérés comme l'ennemi de la cigarette que le joueur - fumeur - continue à manier jusqu'à l'auto-destruction imminente.

Voici un bien drôle inversement de rôles. Ce cliché, aussi minimaliste soit-il, résume le cours tragique de toute une vie.. bafouée par cette fâcheuse habitude. Bonne inspiration!

Nous n'avons pu retrouver le(s) nom(s) du ou des protagonistes de cette campagne visuelle. 


Mobilisation solidaire pour la Rentrée scolaire des plus démunis

Nous continuons notre échappée à travers cet incroyable élan solidaire initié et amplifié par la puissance du Digital. La semaine dernière, nous avons revu une action fort admirable d'un enseignant qui a pensé à surprendre ses protégés à leur rentrée des vacances.

Aujourd'hui, à deux jours de la rentrée scolaire, nous avons fait l'heureuse découverte de cette campagne d'envergue dans l'espoir d'équiper les élèves les plus démunis sur le Grand-Tunis dont plusieurs quartiers sont à la marge..

Certes, des actions pareilles, il y en a plein, et on ne peut que se féliciter de la multiplicité des initiatives citoyennes, pourvu que le plus grand nombre possible d'élèves aient les mêmes chances de réussite que leurs concitoyens bien préparés pour la rentrée.

Toutefois.. la campagne suivante nous a interpellé de par sa spontanéité : elle émane d'un groupe de citoyennes et de citoyens issus de différent secteurs du Grand-Tunis, pour coordonner leurs efforts de collecte et de redistribution des dons.

Outre la page de l'action qui continue jusqu'à la fin du mois, ce collectif dispose également d'une page qui partage en toute transparence les listes - anonymes - des élèves bénéficiaires, des fournitures manquantes, etc. Par ailleurs, cette communauté n'en n'est pas à son premier coup : il y a quelques mois, une action semblable a été lancée afin de faire plaisir aux enfants le jour de l'Aïd en leur permettant de s'octroyer des nouveaux habits.

Nous croyons sincèrement que cette initiative spontanée donne l'exemple à des associations en bonne et due forme, qui ne sont malheureusement pas toutes mobilisées.

Parole aux progaonistes de l'action :

A l'occasion de la rentrée scolaire 2019,on organise une collecte de dons en faveur des écoliers dans le besoin . Livres,manuels scolaires , dictionnaires,fournitures scolaires ( stylos, cahiers,cartables,ardoises ,feutres,...) et tout ce que vous estimez utiles a nos petits poussins et à leur culture. Tous vos présents sont les bienvenus. Nous vous invitons à faire un geste de cœur.

Pour les personnes qui souhaitent apporter des dons en nature vous pouvez nous contactez par tel :
- Olfa (Mourouj - Marsa ) - 58481655
- Souha ( Hammem Lif ) - 51481657
- Mohamed (Ariana-Ennasr-Menzeh) - 58912921
- Yathreb ( Manar - Ariana - Menzeh) - 50544682
- Sarrah ( Megrine ) - 50544703



Haidra, visitée par un touriste curieux, se révèle au Monde!



Hier, nous étions agréablement piégés dans les environs de Nefza, un bout de paradis mis en avant par sa propre jeunesse dont nous avons revu l'initiative sur Instagram.

Notre échappée dans les coins et les recoins de cette contrée n'a ni de début ni de fin! Nous nous en donnons à coeur joie, et nous nous retrouvons au beau milieu de cette ville antique de Haidra aux rues parfaitement tracées et conservées au bout de deux millénaires.. 

Les clichés suivants nous parviennent droit d'un.. touriste passionné de notre cuture, au nom d'Eddie Grove, qui a osé emprunter les sentiers non battus au coeur de cette Tunisie profonde, incroyablement urbanisée depuis la nuit des temps. 

Parole à notre invité 

The Roman and Byzantine ruins of Ammaedara in the town of Haïdra on the Algerian border are one of the most spectacular in Tunisia but also among the least-visited due to their remote location. The site boasts a beautifully-preserved triumphal arch with a still-legible dedication to Emperor Septimius Severus, as well as a massive Byzantine fort and churches. Most of the site remains unexcavated and is dotted with stones, a teaser for what lies just below the surface.

I’m glad I got to see this incredible place and I even got a lift from the National Guard back to the closest town where I could get direct transport back to Tunis.

et de rajouter, avec un certain goût d'amertume :

(vous pouvez cliquer pour retrouver la publication d'origine)

Notre visiteur s'est retrouvé quasiment seul au cours de son voyage dans le temps, et il l'a fait savoir à ses amis Tunisiens et étrangers expatriés, pour aller découvrir cette merveille de l'antiquité qui est pourtant à vol d'oiseau! 

Jusqu'à quand des sites aussi précieux restent en dehors des circuits touristiques ? Force est de constater que l'Ouest Tunisien fut beaucoup mieux valorisé et gâté par les Romains et les Byzantins. Pourrions-nous, enfants de ce pays, faire autant ?! 



La région de Nefza jouit de son propre ambassadeur sur la toile!

Il y a quelques semaines, au beau milieu de l'été, nous avons découvert et redécouvert avec délectation la légendaire Vaga et ses environs grâce au compte Insatgram Discover Beja que nous avons revu pour vous.

En nous immersant dans cette région fertile et grandiose de par ses paysages grandeur nature et son héritage trois fois millénaire, nous nous sommes retrouvés, piégés aux confins de l'un de ses joyaux, Nefza, et c'est grâce à un autre compte Instagram qui lui est entièrement dédié.

Le hasard fait bien des choses.. nous avons consacré notre billet à Beja le 12 juillet dernier. Le lendemain, ce compte local a vu le jour, né de l'extraordinaire effervescence caractéristique du réseau social Instagram auprès des voyageurs et des passionnés de la photographie et de la nature.

Et depuis, le compte au nom générique de Nefza Tunisia a pu rallier plus de 600 fidèles enchantés par quelques dizaines de publications aussi surprenantes les unes que les autres au fil des jours. Le(s) protagoniste(s) de cet espace nous invite(nt) à visiter les coins et les recoins de la localité moyennant des collections, une fonctionnalité fort érgonomique du réseau social. Ainsi, vous choissez d'atterrir à la plage de Cap Negro, de Zouaraa ou encore entre les bras de la forêt de Ouechtata. Vous pouvez aussi vous abandonner à un voyage inifini le long des clichés innombrables du compte.

Nous avons apprécié ce projet en herbe fond et forme! Par ailleurs, les photographies sont accompagnées d'une pléthore de hashtags soigneusement choisis en Anglais ainsi pour acroître la visibilité de ce bout de paradis de terre appelé.. Nefza.

Nos souhaits ? Nous aimerions juste revoir cet album saisissant disposer de son propre site-web pour :
- Permettre le référencement du projet et de toute une région,
- Montrer le bon exemple aux autorités locales, à Nefza et ailleurs, et dont les portails électroniques méritent d'être rénovés,

Cersie sur le gâteau : un site-web associé à ce projet pourraît bel et bien donner des idées aux acteurs économiques de la région, de quoi souffler des idées de monétisation aux ambassadeurs de Nefza. Bon vent!



Mawsouaa.tn : le projet de l'encyclopédie tunisienne ouverte

A maintes reprises, nous avons consacré cette rubrique à des initiatives conjointes de la société civile et de l'administration électronique tunisienne visant à rendre transparentes et exploitables les données relevant des différents ministères et services pubics. Nous avons ensemble vu les mines d'informations ouvertes rapportées aux secteurs de la culture, du transport ou encore de l'agriculture.

Aujourd'hui, nous mettons le cap sur un autre espace ouvert et collaboratif mis à la disposition par le contribuable : Mawsouaa, le coin lancé par Beit al-Hikma qui ambitionne d'en faire une encyclopédie à l'image de Wikipedia avec un focus sur notre histoire, culture et civilisation, au centre des intérêts de cette instititution publique relevant de la Présidence de la République.

Ce projet a été lancé il y a six ans, ambitionnant de digitiser l'encyclopédie du même nom publiée par Beit al-Hikma, non sans certains manquements reconnus par l'institution même. Mawsouaa.tn s'impose comme un support alternatif et participatif où tout interaute peut ouvrir un compte pour "enrichir le contenu de l'encyclopédie" selon les administrateurs du site.

Toutefois.. bureaucratie quand tu nous tiens, il faut au préalable adresser une demande au conseil scientifique de l'institution Beit al-Hikma afin de jouir de son plein droit d'internaute-citoyen.

Nous comprenons pertinemment l'importance de veiller à l'intégrité de cette encyclopédie nationale, toutefois, ce ne sont surtout pas les moyens techniques qui manquent afin d'assurer la modération du contenu publié ou modifié par les citoyens collaborateurs. Il est également possible de responsabiliser ces utilisateurs en vérifiant leur identité.

Tout en saluant cette initiative numérique émanant du secteur publique, nous souhaitons qu'elle soit bel et bien révolutionnaire pour honorer sa vocation participative.

Au delà de la page d'accueil aux traits sobres, les trésors offerts par les pages de l'encyclopédie sont actualisés en permanence, assure Mme Hela Wertani, responsable du projet.

Tout y a été inséré ? Pourrions-nous espérer voir ce havre de culture consacrer ses pages aux nouvelles lumières de la scène littéraire, scientifique et culturelle de la Tunisie indépendante ? Et pourquoi pas! Parce que nous sommes bien persuadés que l'histoire est continuellement écrite par les bâtisseurs de cette patrie, chacun dans son domaine!


Rayhane : Première Mercerie Tunisienne en ligne!

Durant notre dernière visite de l'épicerie en ligne Founa (dont voici notre revue), nous avons été interpellé par un rayon au nom de Rayhane, présentant des outils et de la matière première faisant le bonheur des professionnels et des passionné(e)s de la couture. Nous nous proposons de nous immerser dans cette véritable caverne aux mille et une couleurs!

Notre surprise fut bien plus grande, en redécouvrant le monde de Rayhana qui s'avère être une enseigne à part entière qui dispose de sa propre boutique en ligne et d'un plan de développement aussi bien ambitieux que visionnaire, fondé sur une aventure familiale autour de l'art de la couture.

Au delà de sa vitrine exposée sur Founa, Rayhane partage sur son site un large catalogue qui s'est efforcé de penser aux infimes détails convoités par les créatifs : pendentifs, perles, pins et  stikers parmi bien d'autres accessoires de customisation. Non loin de ce rayon, à deux-clics, nos artisans peuvent faire défiler des tissus aux différents modèles et couleurs.

L'aventure Rayhane n'a pas manqué de séduire et de convaincre le jury de l'émission entrepreneuriale elPitch à bien des égards. D'abord, le projet a bien les pieds sur terre, épaulé par une expérience solide et une connaissance approfondie des milieux de la confection et de l'approvisionnement où Nesrine Tekitek, protagoniste de Rayhane, a longtemps évolué. Elle rappelle à titre d'exemple que nos artisans des quatre coins du pays sont dans l'obligation de se déplacer au Grand-Tunis, à Ksar Hlal ou à Sfax pour se ressourcer en matière première. Cette mercerie en ligne vient ainsi leur épargner le temps, l'argent et.. l'énergie si précieuse pour se concentrer sur leurs oeuvres d'art!

D'où le deuxième grand atout de l'aventure Rayhane : sa mission et son âme qui nous enchantent, qui nous rappellent que l'ère digitale n'est pas nécessairement aux antipodes de notre patrimoine ancestral. Bien au contraire, le commerce en ligne vient à la rescousse de l'artisanat qui pourra rêver de jours bien meilleurs, sachant que la toile ne connaît pas de frontières..

Nous souhaitons tout le succès du Monde à Rayhane.. Bon Vent!


Aéro Press : Journal en herbe pour les pros et les férus de l'Aéronautique

Pour notre envolée hebdomadaire dans le monde des nouveaux médias, nous avons choisi de mettre le cap sur Aéro Press, un journal bien de chez nous entièrement dédié à l'aéronautique.

Un tour rapide du site rend compte de l'abondance et de la diversité du contenu offert partagé enter trafic aérien, météo, industrie, marché d'emploi, etc.

Les protagonistes de ce projet médiatique et thématique ont vraisemblablement pensé à tout, allant jusqu'à proposer une éphéméride rappelant les évènements marquants de l'aéronautiques survenus au gré des jours. Un(e) passionné(e) ou pro du domaine trouverait son compte de ce "hub" d'actualité et de connaissances, avec un focus sur le marché tunisien, et une ouverture sur notre entourage maghrébin et africain.

Tout cela semble si prometteur sauf que.. le projet semble être à l'abandon depuis au moins un an : la cadence des publication a visiblement décéléré et les dernières actualités font désormais partie de l'histoire.. Il est aussi bien dommage que ce média de niche n'a pas décollé assez sur les réseaux sociaux où il aurait pu dénicher des milliers de fidèles.

Nous souhaitons un nouveau départ et un long bon voyage au magazine Aero Press qui a toutes les chances d'être une référence en la matière dépassant toutes les frontières tracées par ses créateurs, après l'introduction de l'Anglais, langue internationale.. Bon vent!



Merino Computer Concepts : Drôle de manière de présenter son équipe de travail

Retrouvant notre coin d'inspiration de la semaine, tout en suivant cette "rentrée" qui bat son plein sur le marché d'emploi dans nombreux pays du monde, nous avons été interpellés par une expérience pour le moins qu'on puisse dire, insolite.

MCC est une société d'ingérnierie informatique comme il y en a des centaines de milliers autour du monde, a réussi à se démarquer avec son site-web grâce à une approche originale centrée à la fois sur son capital humain et sur.. la créativité poussée à ses extrêmes.

Ainsi, nous avons découvert l'équipe de l'entreprise présentée sous forme d'héros de jeux de vidéo. La conception des personnages semble "réaliste" au point qu'on a cru qu'ils sont sortis tout droit d'un certain jeu dont on ignore le nom. Or, il s'agit là d'une représentation déformée des chevaliers de la société. Cela en dit long sur l'amour que réserve cette dernière à ses protégés.

Nous imaginons qu'un exemple pareil pourraît inspirer une frange de nos lecteurs, pros du digital en particulier, pour épicer leurs campagnes de self-branding, de sorte à mettre en avant leur talent créatif et leur sens de l'innovation. Bonne inspriation!


Quand la langue des signes s'invite dans les vidéos didactiques

Au fil de nos escapades sur la toile, en quête d'actions digitales inspirantes, nous sommes tombés sur cette vidéo qui nous a enchanté à bien des égards..

D'abord, le sujet même qui nous semble fort utile, intemporel, universel, s'attaquant à la question de la finance personnelle : Comment bien gérer ses dépenses ? Comment avoir une meilleure emprise sur son propre budget ?

Les réponses sont apportées en mois de quatre minutes moyennant une technique d'animation aussi bien symapthique que ludique.

Par dessus-tout, les créateurs de cette vidéo didactique n'ont épagné personne! Ainsi, les sourds peuvent parfaitement suivre cette séquence dans tous ses détails - malgré le contenu visuel - grâce à la langue de signes, chose qu'on constate rarement dans les productions digitales.

Faut-il rappeler qu'hier le 28 septembre, le monde entier a célébré sa journée dédiée aux mal-entendants. Nous souhaitons voir ce genre d'initiatives s'imposer davantage dans la production audiovisuelle, tous les jours! Ce ne sont surtout pas les talents qui manquent!

Cette animation fait partie d'une série de vidéos de vulgarisation financière montées par Mercy Corps Tunisia.



Matmata à la une de la revue mondiale Architectural Digest

Tunisian Campers : une aventure sans fin au coeur de la nature

Nous reprenons notre vadrouille à travers les coins et les recoins de cette terre qui ne cesse de nous émerveiller avec sa diversité naturelle (entre autres) incroyable!

Nous avons auparavant découvert Tunisia Backpackers, une communauté qui s'intéresse aussi bien à cette contrée qu'aux autres bouts de paradis autour du monde.

Cette semaine, nous accompagnons un groupe non moins entrepreneur, au nom de Tunisian Campers, qui se distingue avec ses programmes grandeur nature dans des coins connus et moins connus, voire inaccessibles au grand public à l'instar des îles vierges de Zembra et Zembretta.

Les lieux investis par ces amoureux des randonnées et du camping sont aussi insolites les uns que les autres, comme en témoignent les prises relayées quasi quotidiennement sur le compte Instagram et la page Facebook de la communuauté.

Ces clichés et vidéos nous font découvrir et redécouvrir la tant chantée "Tunisie verte", parce qu'elle le vaut bien! Un endroit aussi familier que Rafraf s'avère complètement surprenant grâce à cette dimension naturelle, spontanée et cordiale dégagée par la photographie de Tunisian Campers.

Ce projet fait valoir la Tunisie en tant que destination du tourisme écologique, et par dessus tout, il met au grand jour une des facettes de la joie de vivre des Tunisiens. Mieux encore, le journal de Tunisian Campers rend compte, encore une fois, de la présence marquée de nos femmes, aventurières et ne reculant devant rien!

Comme suggestion d'optimisation pour le compte Instagram, nous recommandons fortement l'utilisation systématique des hashtags recherché par les passionnés du camping, en Anglais, en Français, et bien plus! Nous avons remarqué que ces mots-clé font malheureusement défaut, ce qui constitue un "manque à gagner" en termes de visibilité. Mais il n'est jamais tard!

Enfin, nous réitérons notre souhait pour ce genre d'initiatives à fort potentiel de développement : Pourquoi pas un site-web à part entière, en deux langues, voire plus, pour augmenter encore plus la portée de cette photographie qui ne laisse personne indifférent!



Le ministère de l'Intérieur ouvre ses… données!

Dabchy : le Vide Dressing Tunisien qui s'exporte à l'ère du Digital

La Femme Tunisienne vaut le détour les jours! Nous avons déniché pour vous Dabchy, une aventure digitale hors-normes, lancée par.. une jeune entrepreneuse bien de chez nous, Ameni Mansouri.

Il y a un peu plus de trois ans, ce projet a fait irruption sur les réseaux sociaux, promettant un concept fort sympathique aux chevronnées de la mode, se présentant comme un vide-dressing et un espace d'échange. L'idée nous a interpellés, et depuis.. notre surprise fut bien plus grande.

Comme bien d'autres, nous avons redécouvert plus tôt cette année l'incroyable lancée de la startup Dabchy qui semble défier toutes les frontières.. sans en dire plus, nous donnons la parole à l'équipe passionnée, tout en remerciant Sarah Souayah et Ameni Mansouri pour le temps qu'elles nous ont accordé.

Comment l'idée d'un vide-dressing social vous est elle parvenue ? Quelle(s) étai(en)t votre ou vos sources de motivation ?

S.S. Cette aventure a commencé Lors d’un déménagement de Lyon à Paris en France. En effet, Amani a grandi en Tunisie et après avoir eu son bac elle a débarqué en France pour faire ses études universitaires. Lors de ce déménagement, elle s’est retrouvée avec pleins de fringues qu’elle ne portait plus et c’est comme ça qu’elle a commencé à utiliser les applications mobiles de vide-dressing en ligne et à en devenir accro.

En regardant dans notre pays, Amani a trouvé que cette culture existe déjà mais toutes les transactions se font dans des groupes Facebook sans aucune garantie pour les utilisateurs. C’est là que l’idée de créer une plateforme organisée et sécurisée pour les Tunisiens est née.

Où en êtes-vous aujourd'hui ?

S.S. Nous avons fait de grands pas tout au long de ces trois dernières années. Dabchy est devenu aujourd’hui une référence non seulement pour les femmes tunisiennes mais aussi Marocaines, Algériennes et nous sommes actuellement en cours d'expansion vers l'Égypte également.

Quelques chiffres-clé attestant de l'évolution et de l'engagement de votre communauté au bout de 3 ans et demi d'activité ?

Nous sommes heureux de pouvoir dire que notre plateforme, a réussi à amasser aujourd’hui plus de 300 000 articles et réunit une communauté de près de 400.000 utilisatrices. Dabchy a également été classée parmi les 100 startups Arabes et Africaines les plus prometteuses par l’IFC ( World Bank ) et le World Economic Forum.

Toujours selon vos analytics, auriez-vous constaté certaines tendances par rapport au volume de trafic : hausse ou baisse pendant les vacances, les périodes des soldes, par région, etc. ?

S.S. En effet, le volume de notre trafic a tendance à augmenter significativement durant les périodes de fêtes (Aid, Ramadan…) ou les occasions tel que la rentrée scolaire, mais il n'y a pas réellement de périodes de baisse significatives dont nous pourrions parler.

Clairement, la réputation de votre plateforme tient à celle des vendeuses, Dabchouchas. Comment faites-vous pour vous pour maintenir la confiance et la satisfaction de vos utilisateurs ?

S.S. Je pense qu’il est surtout important de toujours rester à l’écoute des utilisateurs, d'être flexible et de garder un esprit ouvert afin de répondre au mieux aux besoins de nos Dabchouchas. Nous avons lancé un site web simple en quelques jours et depuis nous n’avons pas cessé d’être à l’écoute de nos Dabchouchas pour faire les modifications nécessaires et améliorer le produit et le service. Nous avons opté pour une démarche itérative dès le premier jour et nous essayons tous les jours de répondre au mieux aux besoins des utilisatrices.

Après, il est aussi important d’avoir une équipe complémentaire, dévouée, compétente et passionnée pour réussir.  Et surtout les bons partenaires.

Une Dabchoucha, peut-elle être une boutique voire même une enseigne ? Auriez-vous été contactés par des commerçants ?

S.S. Absolument. D’ailleurs il y a de nombreuses Dabchouchas qui ont leurs propres boutiques avec leurs propres spécialités et même leurs propres clientes fidèles. Il y a des commerçants qui vendent des produits de beautée, des produits “hand-made”...etc

Permettez-nous de piocher un peu plus vos chiffres, quelle est la part des utilisateurs résidents en France (et à l'Etranger, généralement) parmi la communauté des Dabchouchas ?

S.S. Il existe un petit pourcentage d’utilisatrices habitant à l’étranger (France, Etats Unis, Japon…) un peu partout dans le monde. Généralement c’est durant les vacances d’été, quand ces Dabchouchas viennent pour visiter leurs familles qu’elles partagent avec nous ce qu’elles ont apporté de bon.

Votre mission est de permettre à chaque femme d'avoir un nouveau Dressing tous les jours. Seriez-vous tentés de généraliser le concept à d'autres niches d'articles, et à la gente masculine, révolutionnant de la sorte les sites des petites-annonces ?

S.S. Notre ambition c’est de devenir numéro 1 dans la région MENA en tant que marketplace de mode. Nous avons déjà commencé notre expansion régionale au maroc en Algérie et Égypte, mais nous ne comptons pas nous arrêter là.

Votre rêve le plus fou quant au devenir de Dabchy ?

S.S. Au départ, Dabchy était une plateforme uniquement réservée au femmes, par la suite nous avons introduit la catégorie “kids” pour que les mamans puisse également faire le shopping de leurs enfant sur Dabchy.

Aujourd’hui, nous sommes en train de travailler sur le projet Dabchy pour hommes, qui d’ailleurs ne prendra plus trop longtemps à voir le jour. Nous essayons de faire en sorte à ce que Dabchy ne cesse de changer et d'évoluer au fil du temps  et à ne jamais stagner au même niveau.

Question à Sarah : Comment vous vous êtes trouvée dans cette famille ? Quels sont les aspects du workplace que vous appréciez le plus, qui ont fait de toi une chevalière assidue dans cette aventure sans frontières ?

S.S. Je n’ai jamais aimé ce type de boulots manquant de créativité, répétitifs et “sans vie”. Je cherchais un boulot qui me passionnait et c’est là que je suis tombée sur Dabchy. J’avais su dès le premier entretien que c’était ce que je cherchais. Et mon intuition était correcte, avec Dabchy on est une famille, nous sommes tous proches l’un de l’autre et ce que nous faisons, on le fait avec plaisir et on aime ce qu’on fait avant tout. Je pense que c’est l’essence de toute personne travaillant ici, même durant les moment de stresse, même durant les moment difficiles au fond on est tous passionnés par ce qu’on fait.


Puisse cette aventure 100% Made in Tunisia inspirer les talents du digital dont regorgent nos universités, lycées et clubs divers.



Faza : Un nouveau média audiovisuel et porteur d'âme

Stuff in Space : Suivez en direct nos… satellites!

Le nombre extraordinaire de satellites mis en orbite par l'Homme ne fait plus de secrets, leurs positions instantanées non plus!

Nous avons déniché pour vous Stuff in Space, une création digitale 3D et interactive qui nous présente la dynamique milliers d'objets à cet instant même.

Le mode d'emploi est des plus simples : moyennant vos doigts ou la roulette de votre souris, vous pouvez agrandir et faire tourner cette Terre incroyablement surveillée de toutes parts. La cartographie spaciale fait la différence enter satellites, fusées et débris piégés entre.. ciel et Terre, au vrai sens de l'expression!

Quid des rouages de cet outil mis à jour au quotidien ? Les données sont extraites en temps-réel de la référence en la matière, Space-Track. Si vous êtes féru(e) du code, nous rajoutons que Stuff in Space exploite une bibliothèque Javascript au nom de satellite.js qui permet le calcul des positions exactes de chaque satellite.  L'outil utilise également WebGL pour le mapping 3D et est rendu disponible sur GitHub, le havre des programmeurs. Pour en savoir plus, l'auteur de cette création est joignable sur ce courrier.

Bonne découverte et inspiration!


Balance ton Hôpital : une campagne infatigable

Vous souvenez-vous de l'affaire du centre de maternité ? Ce n'était sûrement ni la première ni la dernière d'une série de déceptions ayant secoué le secteur de la santé publique qui fut jadis une fierté de l'Etat Tunisien à l'aube de l'indépendance.

Nous nous rappelons aussi qu'une campagne a vu le jour, au nom provocateur et fédérateur de "Balance ton Hôpital", mobilisant des centaines de jeunes médecins qui en ont assez de tout un système à l'abandon, partageant des clichés aussi alarmants les uns que les autres... 

Aujourd'hui encore, plus de six mois après la triste affaire du centre Wassila Bourguiba, la campagne ne connaît pas de répit, la page communautaire continue à déchaîner des prises brutes, brutales, attestant de l'état lamentable de nos hôpitaux publics : une ambulance en panne, des toilettes sales, des lits déteriorés, etc. La liste est sans fin... 

L'action est perpétuée par l'Organisation Tunisienne des Jeunes Médecins OTJM qui responsabilise ses acteurs, parole aux protagonistes :

Notre objectif n’est pas de devenir un recueil de rumeurs, une plateforme de vengeance ou règlement de compte. Nous voulons devenir un lanceur d’alerte et une source sûre d’informations ! C’est pourquoi nous demanderons à chaque personne qui souhaiterait témoigner de bien vouloir respecter cette charte. 

Toute une charte (que vous pouvez consulter par ici) a été établie pour encadrer l'action. Puisse cette campagne intimider les responsables et restituer  la dignité de nos hôpitaux! 


Vu sur Instagram : La Tunisie aux yeux de ses invités Britanniques

Le coup de coeur de la semaine nous vient tout droit d'un(e) ressortissant(e) britannique partageant sa passion pour la Tunisie.

Nous avons découvert pour vous ce compte Instagram entièrement dédié à notre bout de paradis, intitulé "UK in Tunisia", rappelant les noms généralement adoptés par les ambassades sur les réseaux sociaux, d'où le potentiel énorme résidant dance ce compte qui vient juste de voir le jour.

Les prises sélectionnées et partagées par ce porte-parole britannique nous enchantent à plus d'un titre : outre la verdure et le blanc immaculé de notre architecture traditionnelle, c'est l'amour et la joie de vivre qui sont à l'honneur, comme en témoigne ce cliché qui a déchaîné des appréciations et probablement, des plans de voyage de couples dans cette si belle contrée qui mérite toujours mieux pour son marketing. Un coup d'oeil rapide sur les abonnés du compte nous rend compte de la portée internationale de ce projet volontaire et bienveillant.

Et pour finir, parole au / à la protagoniste de l'antenne "UK in Tunisia"

I think many people in the UK are not aware of Tunisia as such a great place to travel and see, so I want to share my experience.

Proudly!


J'ai visité la Tunisie pour vous : un groupe qui pétille d'amour pour cette contrée

Au fil de nos escapades sur la toile, nous sommes tombés sur ce coin au nom fort agréable : "J'ai visité la Tunisie pour vous" (groupe sur Facebook). S'agit-il d'un journal de touriste ? Loin s'en faut!

L'initiative est 100% tunsienne, lancée par cinq chevalières partageant un amour inconditionnel pour cette contrée qui ne cesse de nous suprendre avec ses trésors naturels contrastés les uns avec les autres.

Une brève évasion dans ce coin enchantant s'avère instructive et surprenante. Ainsi, nous redécouvrons des régions que nous croyions connaître, présentées sous de nouveaux angles, chantés et recommandés, honorant cette communauté qui porte bien son nom.

Par ailleurs, le choix du nom nous semble plus que judicieux, susceptible d'attirer futurs voyageurs et invités du pays, curieux d'en savoir plus sur ses coins et recoins. Dès lors, "J'ai visité la Tunisie pour vous" se positionne comme un autre ambassadeur communautaire de notre destination qui retrouve tout son éclat dans le monde.

Ce projet est co-fondé et géré conjointement par mesdames : Sana Ben Fatma, Raoudha Bent Tijani, Kamilia Sghaier, Chiraz Mouna Annabi Abdesselem, Imène Zaâfrane.


Asslema : une application qui enseigne le Tounsi au monde entier

Poursuivons notre inspection des initiatives digitales à l'honneur de la culture tunisienne et tout particulièrement, sa langue unique dans son voisinage!

Nous avons cueilli pour vous une deuxième application au nom d'Asslema. Le test fut des plus simples, à l'image de son ergonomie minimaliste déclinée en deux pages.

Sur l'une, on peut sélectionner un thème de tous les jours : communication, directions, transports, chiffres, shopping, relationnel, .. dans chacun des sujets, l'utilisateur curieux s'offre une liste de mots accompagnés de leur orthographe et prononciation en audio. Tout au long de son expérience d'apprentissage, l'initié peut tester ses acquis en allant sur le quiz offert dans la deuxième page.

Le principal atout de l'application réside dans son ouverture au monde entier, adoptant l'Anglais, outre le Français et l'Allemand, ce qui n'est malheureusement le cas de la majorité des applications tunisiennes publiés sur Google Play et App Store.

Somme toute, le concept nous semble fort ludique et sans équivoque, il importe toutefois d'enrichir cette interface avec quelques fonctionnalités tout en respectant l'esprit de cette application-dictionnaire. Des simples jeux autour du vocabulaire peuvent agrémenter le voyage de l'utilisateur à travers les mots.. Egalement, pourquoi pas introduire des pages d'information "Cultural Facts" présentant le contexte de tel ou tel mot, ce qui déculpe la mémorisation et la passion des Tunisophiles. Asslema,. tri9 esslema! Bon vent!


Learn Tunisian : Un projet d'instructrice et d'ambassadrice

Il y a peu, nous avons vu la portée extraordinaire de notre langue tunisienne, fascinant une Youtubeuse de l'autre bout du monde, en Indonésie même, et c'était loin d'être du pur hasard!

En effet, les chevronnés de la culture tunisienne illustrée notamment par notre dialecte en sont devenu les meilleurs ambassadeurs, cette charmante Youtubeuse à titre d'exemple.

A son actif, une seule vidéo de dix minutes introduisant des mots et des règles de base du Tunisien en Anglais, ce qui lu a valu des centaines de réactions et de commentaires sentant l'amusement, l'admiration et la curiosité d'un grand nombre d'internautes des quatre coins du monde. Nombreux sont ceux qui réclament une deuxième partie de ce cours, certains ont même soufflé des pistes d'amélioration : des sous-titrages par exemple!

Nous irons plus loin, pourquoi pas un blog servant de complément à cette chaîne YouTube, assurant encore plus de visibilité au projet, et multipliant les opportunités de monétisation. Les exemples ne manquent surtout pas, nous citons la chaîne Real Russian Club qui est devenu une référence pour ceux qui veulent s'initier à la langue et à la culture russes.

Maleureusement, cette séquence dicactique fut la première et la dernière à être publiée par la YouTubeuse dont nous ignorons le nom. C'était en 2016.. l'initiative a pourtant récolté quelques 1200 abonnés suite à cette unique publication.

Puisse cette aventure avoir une suite,  et inspirer d'autres défenseurs de notre langue et tunisianité pour déposer la marque Tunisie sur les réseaux sociaux, loin, très loin des clichés mesquins qui nous ont été associés pendant des lustres.


Application Jam3ti : le Facebook tunisien des écoles et universités

Dans quelques jours, la vie estudiantine sera pleinement de retour dans tous les établissements du pays. Au cours de la préparation de la rentrée, l'information prime notamment quand on rejoint telle ou telle institution pour la première fois.

Bien malheureusement, rares sont les sites ou les pages de ces établissements qui donnent des réponses à tout.. Quoi de mieux que d'aller se renseigner auprès des anciens ou des nouveaux camarades ?

Partant de ce constat, Adam Kouki, développeur, a pensé à ficeler Jam3ti, une application mobile qui ambitionne de favoriser les échanges entre étudiants par établissement.

L'aspect esthétique de l'interface nous semble fort élégant, sans encombre, tout comme l'ergonomie qui ne vous demande que trois actions au plus pour vous retrouver dans le salon de discussion de votre propre école ou faculté. Quel avantage concurrentiel par rapport aux groupes Facebook dont disposent les différentes écoles ? L'anonymat, en un seul mot!

Certaines vous le diront : les groupes de discussion sont perçus par certains comme des lieux de drague voire d'harcèlement, c'est bien la face triste de ce réseau tellement prisé par nos internautes.

Sur un autre registre, les critiques émises par les étudiants d'un certain groupe d'école ont été mal accueillies par certains enseignants et membres du staff administratif, membres du groupe, entraînant une susceptibilité et des complications tout juste absurdes.

C'est là où Jam3ti peut s'imposer comme une sérieuse alternative. Toutefois...

La communication sur Jam3ti nous semble insuffisante. Nous avons bien cherché, le projet ne dispose pas encore de sa propre page sur les réseaux sociaux pour se présenter, encore et encore, jusqu'à ce que ce projet s'enracine dans les habitudes des internautes pour se substituer au sacro-saint Facebook. Nous voulons bien voir des initiatives pareilles qui osent surgir et exister dans une ère où le premier réseau social du monde semble totaliser les réflexes de nos internautes.

Ironie du sort : Ce Facebook a fait ses tout premiers pas en tant que simple réseau d'étudiants. Pourvu que le développeur ne s'arrête pas aussitôt, et envisage des versions plus sophistiquées tout en chérissant la communication.