WebRadar : Pour la démocratisation de la culture de la veille digitale

Nous sommes à quelques jours d'un scrutin présidentiel dont l'issue semble imprévisible, et au milieu de cette campagne qui s'est avérée virulente et enrichie par une expérience de transition démocratique et économique longue de... 8 ans déja!

Au delà des débats télévisés et des discours bien ficelés des prétendants au poste du Chef de l'Etat, quelles sont les impressions des.. électeurs potentiels ? Comment réagissent-ils aux différentes idées et promesses avancées par les candidats ? Quelles sont leurs réserves et appréciations ?

Certes, les sondages d'opinion sont interdits dans la période électorale, mais la toile, véritable miroir (quelque peu déformé) de la société est prête à livrer ses secrets! Nous avons revu pour vous un outil de veille bien de chez nous - WebRadar - qui ne date pas d'aujourd'hui. En 2014, cette plateforme a été exploitée par le réseau d'observateurs tunisiens Mourakiboun qui en a dégagé quelques enseignements et recommandations partagés avec l'ISIE. C'est bien grâce à l'analyse des conversations et des réactions ayant lieu dans les réseaux sociaux qu'on a prouvé, chiffres à l'appui, l'instrumentalisation du sport au profil d'un certain prétendant à l'époque, ainsi que la tension rampante et inquiétante entre les deux adversaires à la veille du deixième tour des Présidentielles.

Le mode d'emploi est des plus simples : Après inscription, il est possible d'installer un nombre de radars, constitant en des mots et expressions-clé, et le tour est joué! Par la suite, vous aurez accès à une liste de millions de mentions comprenant votre requête, vous pouvez filtrer ces résultats de veille par nature de la source (site d'info, ou Twitter, etc), par langue, par pays, etc. Cerise sur le gâteau, les mentions peuvent être triées par "sentiment" dégagé : positif, négatif ou neutre, assigné automatiquement par l'outil.

Cette fonction s'avère particulièrement convoitée par les personnalités publiques et les marques qui peuvent se renseigner sur les points leurs véritables atouts aux yeux de leurs fans, et sur les pistes à améliorer.

WebRadar revêt également d'une dimension communautaire : vous pouvez bien rendre vos radars publics pour faire profiter vos concitoyens avertis de votre travail de veille.

Toutefois, la communication autour de WebRadar auprès du grand-public nous semble insuffisante, pourtant il s'agit d'un outil citoyen par excellence. Ainsi, la page Facebook est quelque peu délaissée, la dernière publication remontant à l'année.. 2017. Précisons que l'activité de cette vitrine de l'outil s'est contenté de l'actualité de la startup WebRadar.

En tant qu'utilisateurs potentiels, nous aurions aimé découvrir au fil des semaines des analyses simples et des cas d'usage divers, à l'image de ce qui est pratiqué par certains éditeurs d'outils de cartographie ou de data-visualization.

Cette note est une présentation sommaire d'ou outil Made in Tunisia qu'on estime ludique et intuitif aussi bien pour les professionnels de l'information (journalistes et marketers enter autres) que pour l'ensemble des citoyens-internautes. Nous reviendrons plus tard pour un test approfondi des fonctionnalités de WebRadar.

 Bon vent!


0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes