Le premier journal dédié à la Cybersécurité voit le jour

Décidemment, la culture de la cybersécurité semble s'ancrer de mieux en mieux aux confins même de nos réseaux sociaux, grâce à des initiatives citoyennes qui viennent épauler les efforts de l'Etat engagé dans la prévention de la cyberciminalité, l'espionnage, le terrorisme et tant de menaces de nature à porter préjudice à toute une nation.

Il nous semble opportun ici de rappeler l'état des lieux dressé par nos stratèges en sécurité globle dans le cadre de l'étude prospective Tunisie 2025 (infographie).

Après avoir vu la campagne continue "Salamat Tounes" (dont voici nos avis), nous mettons aujourd'hui le cap sur un coin d'information sur Facebook affichant un nom des plus évocateurs : Cybersecurity bil' Falla9i - الامن المعلوماتي بالفلاقي.

Nous avons survolé pour vous le contenu de la page que nous avons appréciée à bien des égards. D'abord, les alertes et les informations affluent, tous les jours ou presque, renforçant ainsi les liens tissés avec une communauté d'intrnautes vigilents et curieux, large de près de 7000 fans jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Avec une telle cadence de publication, la page est sur la voie de réussi son pari le plus important, celui de rappeler aux Tunisiens les menaces qui les guettent à tout instant.

De surcroît, ce journal en herbe arbore un langage simple et compréhensible par tous, loin de la langue formelle souvent déployée par nos institutions publiques, ou encore du jargon technique propre aux technophiles.

Que souhaitons voir de plus ? Sachant l'incroyable viralité du contenu audiovisuel, pourquoi pas traduire les informations et les conseils en des vidéos, aussi simples et courtes soient-elles, pour clarifier encore plus - bel falle9i - les différents rituels à adopter afin de bien se protéger. Mieux encore, CyberFalla9i serait idéalement doté de sa propre web TV sur YouTube qui saura mieux exposer et référencer sur le long terme les contributions d'un projet qui promet aussi bien à l'échelle nationale que panarabe. Tout comme la langue adoptée, l'ennemi est commun, ne connaissant point de frontières!

Enfin, nous aimerions voir ce média en herbe oser Instagram qui s'apprête à tout type de contenu, loin des stéréotypes véhiculés. Non seulement, ce réseau social de plus en plus prisé par les Tunisiens n'est pas à l'abri des menaces cybernétiques, mais aussi, tout ce qui y est partagé jouit d'une visibilité - organique, naturelle - bien meilleure que sur la page Facebook que nous souhaitons voir épaulée par un groupe d'échange de bonne pratiques.. Ce dernier sera telle une ode à une communauté alerte et engagée qui continue à grandir et inspirer le(s) protagoniste(s) de CyberFalla9i. Bon vent!



0 comments:

Publier un commentaire

Articles connexes