Echappée aux confins de Chabaka, le réseau de l'économie social et solidaire de Tunisie

Si l'économie solidaire et sociale attend son cadre légal promis depuis plus de quatre ans, il n'en demeure pas moins que ses fervents serviteurs multiplient leurs initiatives innovantes afin de permettre à cette nouvelle branche de s'épanouir, de fleurir et de porter ses fruits.

Après Jamaity, Tunisie Bénévolat et Cha9a9a, hub citoyen du financement participatif - crowdfunding, nous mettons aujourd'hui le cap sur Chabaka, une plateforme qui ambitionne de faciliter la mise en réseau des collectifs citoyens débordant de vie et de créativité dans les coins et les recoins de cette terre qui promet.

Plus qu'un simple annuaire d'associations, Chabaka puise son originalité dans son ergonomie même : Elegante et séduisante, évoluant autour d'une cartographie interactive on ne peut plus intuitive, doublée d'un moteur de recherche des organisations bénévoles.

Nous nous sommes laissés emportés par cette délicieuse échappée, pour nous retrouver atteris sur le coin de l'une des associations inscrites (exemple). Nous avons été saisis par la simplicité de la page-vitrine, sans encombre, mettant en relief les activités mêmes de l'acteur, photos à l'appui. Outre les coordonnées clairement indiqués, un formulaire est mis à la disposition pour partager rapidement vos questions et propositions avec les responsables de ladite association.

Un peu plus loin, nous en avons découvert bien d'autres fleurons de notre société civile, partageant les missions et les activités de cette même organisation. Ainsi, tout au long de notre balade dans le site, nous avons eu l'impression de voir un fil se tisser, rendant compte de l'extraordinaire diverstié et abondance de l'offre solidaire. Voici un projet qui honore bien son nom!

Seulement, nous souhaitons voir cette plateforme s'ancrer davantage pour devenir le premier réflexe de toute organisation aspirée à exposer son expérience et son savoir-faire, d'autant plus que l'économie solidaire et sociale est forte de quelques.. 23 mille associations jusqu'en mars dernier, selon les statistiques d'IFEDA (source) qui témoignent également de l'essor des structures bénévoles d'une année à une autre (infographie).

Mieux encore, Chabaka pourra continuer sur sa lancée, profitant de sa parfaite maîtrise des nouvelles technologies, pour nous offrir un deuxième outil interactif ô combien important : un agenda des actions volontaires ainsi que des projets en cours, de quoi inspirer des pistes de coordination et d'efficacité.

Puisse Chabaka, cette ruche des temps modernes, prendre tout son sens en exploitant toujours plus de fonctionnalités de veille et de réseautage. Au final, nous sommers persuadés qu'une pareille solution créera de la valeur en facilitant l'intelligence collective tunisienne. 

Nous ne pouvons clôturer notre revue sans citer cet autre offrande de la plateforme : des formations en ligne à l'adresse des internaute-citoyens, porteurs de projets potentiels, désireux acquérir ou renforcer leurs compétences en montage, gestion et suivi des projets associatifs. 

Au laoratoire Lab'ESS, protagoniste du projet Chabaka, nous souhaitons de la perséverance et de la passion dans la poursuite de son admirable.. invention digitale.. Bon vent!


Les services juridiques à l'ère du Digital : Le cas Tunisia Legal

Souvent, nos balades dans les bazars du Net nous ont fait découvrir des enseignes aux mille et une couleurs, témoignant de la fibre entrepreneuse de nos artistes artisans et bien d'autres commerces proposant des biens et des services aux internautes consommateurs en quête d'originalité et de facilité.

Les professionnels ne sont pas du reste! Les services juridiques, à titre d'exemple, peuvent eux-aussi être pris en charge à distance grâce à cette entreprise bien de chez nous : Cap sur Tunisia Legal.

Au départ, nous avons été interpellé par le slogan aussi confiant qu'intrigant : "Now, you are able to manage your legal matters without moving from your seat." Nous avons voulu en savoir plus.

Outre le formulaire de contact qui invite de par son élégance, un espace-client peut être créé sur cette adresse où vous pouvez spécifier votre besoin moyennant quelques clics. La rédaction et la révision des contrats, la constitution des sociétés, les droits de propriété ainsi que l'investigation privée sont autant de services parfaitement maîtrisés par ce cabinet qui se veut innovant, sans limites ni frontières!

Et pour cause, Tunisia Legal vise des firmes du monde entier, différents de par leurs activités, unies avec leur envie de s'installer dans notre contrée. Et là, quelques questions surgissent : Pourrions-nous voir cette startup continuer à s'envoler et à offrir davantage de services à une clientèle mondiale qui sévit de plus en plus sur la toile. 

Nous sommes fort persuadés que Tunisia Legal a toutes les chances d'évoluer en un redoutable acteur régional, voire plus, dupliquant son expertise et sa maîtrise d'un mode de fonctionnement invraisemblable sous d'autres cieux, non loin de chez nous. D'autre part, et au vu de certaines plateformes internationales, il semble que certaines prestations revêtent d'un caractère universel, indépendamment des législations des différents pays.

Au final, nous souhaitons voir Tunisia Legal continuer à évoluer et à révolutionner le secteurs des services pour professionnels, d'autant plus que cette firme a vu le jour en.. 2011. Bon vent!


Al Falleh : Nouveau journal citoyen dédié aux Agriculteurs

Décidemment, l'engouement des Tunisiens pour leur agriculture est sans limites, depuis la nuit du temps quand Magon, notre illustre agronome carthaginois, a mis au monde la première encyclopédie en la matière.

Aujourd'hui, en dépit de nos politiques agricoles qui laissent à désirer résultant en une dépendance aberrante aux marchés mondiaux, la jeunesse du Digital n'a pas manqué d'initiatives pour raviver les bonnes pratiques d'antan à travers ces coins d'échange de graines et de semences paysanes. D'autres internautes se sont convertis en journalistes citoyens dévoués à la terre et à ses maux.

Après avoir vu le web magazine critique Tounes El Khadhra dont voici notre revue, nous faisons la découverte d'un journal en herbe non moins ambitieux et virulent, et qui porte bien son nom : El Falleh.

Et pour cause, le coin que vous pouvez consulter sur Facebook donne la parole aux agriculteurs en déchaînant des reportages et des témoignages dignes d'un projet médiatique en bonne et due forme.

Conscients des limites posées à toute initiative individuelle, nous souhaitons voir cette page Facebook - lancée par Ahmed Dridi - s'ouvrir aux contributions de nos compatriotes penchés sur la question agricole, notamment ceux qui ont pu s'investir dans le bénévolat ou encore au sein des radios associatives dans les régions.

Au vu des innombrables défis qui se ressemblent à travers les coins et les coins de cette terre tunisienne fertile et malmenée, nous rêvons de voir cette page intensifier son travail de qualité, se renforcer d'une web TV sur YouTube, voire même de tout un portail dédié et participatif, moyennant des antennes par ici et par là, ainsi pour nous faire parvenir constamment.. la voix de l'Agriculteur Tunisien, loin des filtres politiques et syndicaux.

Nous sommes persuadés que le contenu audiovisuel et le travail sur le terrain constituent les atouts de ce projet qui promet de grandir et de fleurir.. Les germes sont bien là.. Bon vent!


La communication défaillante caricaturisée par Tommy Siegel

Si notre ère digitale a quelque peu défiguré la société d'aujourd'hui, envahie par les smartphones et les réseaux.. "sociaux" comme l'illustre ce projet de photograohie subtilement retouchéee, il n'en demeure pas moins que ces mêmes réseaux ont permi l'émergence et l'évolution de nouveaux courants artistiques engagés, la caricature notamment. 

Au menu de cette semaine, nous avons déniché pour vous une série d'illustrations qui en disent long sur.. le non-dit et les malentendus caractéristiques de nombreuses situations de tous les jours.


 

Cette collection que nous avons baptisée "The Untold" s'étale sur au moins 500 caricatures, pensées et illustrées au fil des jours par Tommy Siegel qui s'est lancé un challenge devant ses 170 mille fans sur Instagram : "I did a cartoon every day for 500 days against all good judgment."

Non seulement le pari a été superbemment réussi, mais aussi, les dessins ont fait le tour de la toile et du globe, rappelant aux humains certains de leurs vices avec un brin d'humour ayant permis aux messages de l'artiste d'être délivrés et.. reconnus.

Nous sommes persuadés que tout artiste pourra oser réussir pour autant, arborant son propre style.. Bonne inspiration!



Envolée avec Drone Tunisie, groupe de passions et d'entraide

Dans cette Tunisie renaissante qui cherche à se réinventer, multiples sont les initiatives ,jeunes et pétillantes, visant à promouvoir notre contrée comme jamais vue.. moyennant les drones notamment. 

Nous en avons vu et apprécié deux projets photographiques, Drone Tunisia et Nabs Drone dont vous pouvez découvrir notre revue sur les adresses ci-avant. Dans les semaines et mois à venir, nous nous ferons certainement plaisir de nous envoler avec bien d'autres opérateurs qui partagent gracieusement leurs prises inédites sur la toile.

Or, ce défilé de clichés, aussi saisissant soit-il, ne doit nullement occulter la frustration, voire les risques courus par nos photographes artistes afin d'exercer leur passion et manifester leur.. amour pour cette terre. Et pour cause, la bureaucratie administrative légendaire continue à sévir de plus belle, sous prétexte sécuritaire, déchaînant tous types d'autorisations pour des services qui appartiennent pourtant à un Etat uni et homogène. Cela va sans dire que l'introduction des drones et de leurs accessoires peut s'apparenter à une mission impossible au gré des humeurs de nos douaniers et différents intervenants dans le ... parcours du combattant. Attention, il s'agit là d'un simple passionné lambda, et non pas d'un combattant terroriste comme le présuppose notre armada reglémentaire des plus arriérées.

Ce constat révoltant a donné lieu à une communauté d'entraide et qui est, de surcroît, ouverte, comme pour assumer pleinement son droit à une technologie de plus en plus démocratisée autour de la planète. Le groupe, au simple nom fédérateur "Drone Tunisia" réunit jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes plus de 3500 photographes, innovateurs et ambassadeurs potentiels de la destination Tunisie,

Des questions y sont posées, ainsi que des réponses multiples et généreuses données par ceux qui ont osé commander ou concevoir leurs propres engins, pour les doux yeux de cette contrée.

Que souhaitons-nous de plus d'un coin aussi solidaire ? Des actions à répétition, afin d'unir et d'amplifier les différentes voix réclamant la libéralisation des drones en Tunisie! A l'instar des groupes engagées dans la cause verte (par exemple, collecte des bouchons) ou l'embelissement des villes, des évènements et des compétitions peuvent être organisées périodiquement, profitant de l'engouement et de l'enthousiasme des milliers de fidèles. Qui pourra stopper une telle révolution ? 

Nous sommes pleinement persuadés qu'elle aura raison, comme bien d'autres de mobilisations nées sur la toile, dont voici un exemple édifiant qui a décidé des fondations de la IIème République, il y a déja 6 ans.


Nous avons déniché pour vous un cours de.. Tunisien

Nos balades sur YouTube, cette giganteste web TV communautaire et planétaire, nous ont révélé bien d'agréables surprises, à la vue des multiples témoignages enchantés, partagés avec grâce et enthousiasme certains de nos invités, voyageurs et influenceurs, invitant de la sorte des centaines de milliers d'abonnés à en savoir plus sur la destination Tunisie.

La mention du jour est de toute autre nature, elle intrigue et elle émerveille pour autant! Et pour cause, notre langue tunisienne dispose de tout un cours en vidéos, à l'attention de ses amoureux autour du monde.

La playlist que vous pouvez découvrir sur cette adresse s'étale sur 20 vidéos soigneusement ficelées dans le but d'aider nos visiteurs potentiels à.. parler jusqu'à 500 mots et expressions en Tunisien. Cette série éducative s'inscrit dans le cadre d'un projet baptisé "Free Language Videos" ayant réussi à fidéliser quelques 30 milles internautes sur YouTube jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes.

Nous demeurons toutefois curieux des origines de cette mystérieuse chaîne qui semble affectionner particulièrement les charmes de l'Orient : les dialectes libanais, syrien et égyptien ainsi que l'Arabe littéraire, le Turc et la le Nepali sont autant de langues et de dialectes couverts par le(s) protagoniste(s) d'un projet qui continue à nous arracher un sourire avec cette attention pour le moins qu'on puisse dire.. inattendue!

Rappelons que c'est grâce à ce même YouTube que le Tunisien a atteri en Indonésie quelques mois auparavant (voici la vidéo) et ce, grâce à l'admirable mobilisation de notre jeunesse qui ose promouvoir la Tunisie, image et culture, à l'image de cette ambassadrice engagée dans l'enseignement de notre parlé aux étrangers, en voici notre revue. Fièrement!


Un coin ambassadeur de la Culture et du Patrimoine d'une Tunisie plurielle

Poursuivant nos échappées virtuelles sur cette toile parsemée de toutes sortes de surprises, nous avons fait la connaissance d'un coin qui nous a immédiatement emporté dans un autre voyage.. dans le temps, et pour cause!

Des clichés rares, des peintures, des portraits et des couvertures sont autant de perles soigneusement dénichés par cette page Facebook, illuminée et engagée dans la promotion du legs culturel et historique d'une nation perpétuellement pétillante et rayonnante de par ses artistes, savants, militants et hommes d'Etat.

Le protagoniste de cet havre d'inspiration et de fierté semble affectionner particulièrement le système de la santé publique qui fut l'un des premiers acquis de la jeune République. Nous avons ainsi découvert et redécouvert l'histoire de certains de nos hôpitaux légendaires, gracieusement présentés à coups de photographies inédites accompagnées de descriptions aussi bien développées que rapides à lire.

Outre les trésors exposés par ce musée de la mémoire nationale, nous avons apprécié la cadence quasi quotidienne des publications rythmant et agrémentant nos balades quelques fois désenchantées sur Facebook. Un jour, une information, quoi de mieux pour raviver constamment notre attachement à notre patrie et identité plurielle et unique.. au monde!

Nous sommes persuadés là que le projet "Culture et Patrimoine de Tunisie" promet d'être un excellent ambassadeur de la destination Tunisie dans toute sa richesse et singularité, d'autant plus que la page a été initiée et maintenue par Mohamed Hamdane qui est, de surcroît, l'une des figures journalistiques illustres.

Que pourrions-nous espérer de mieux ? Un journal! Ne serait-ce qu'un simple photo-blog gratuit facile à implémenter, ainsi pour mettre en valeur tant de joyaux et d'histoires qu'on trouve rarement ailleurs. En partageant le même contenu sur un site dont on contrôle l'ergonomie, l'information sera doublement accessible grâce à un agencement personnalisé qui mettra en valeur les différents thèmes et ères abordés, mais aussi au regard du référencement du texte et des photographies sur les moteurs de recherche sur le long terme.

Nous souhaitons vivement voir ce projet qui a fait preuve de créativité et de perséverance s'envoler pour devenir une encyclopédie de poche facile à feuilleter. Force est de constater que les publications sur Facebook, aussi uniques et réussies soient-elles, finissent par être réléguées dans les.. archives de la page.

Au protagoniste du musée ainsi qu'à tous ses collaborateurs potentiels, nous souhaitons bon vent!


Doqtoor initie la révolution de la Télémédecine en Tunisie

Décidemment, l'année 2020 restera éternellement gravée dans la mémoire de la Nation, plus que jamais soudée et confiante grâce à l'engagement inconditionnel et continu de ses enfants. Ils ont été créatifs et entrepreneurs, issus aussi bien du secteur privé que des clubs et des associations déchaînant des initiatives pour épauler le service public.

Certaines solutions poussent encore les limites, osant pomper du sang neuf dans un système de santé qui fut l'une des fiertés de notre jeune république quelques décennies auparavant.

Aujourd'hui, après le robot patrouilleur P-Guard qui a tant séduit la presse allemande (dont voici le billet) ou encore le Veasense (infographie) venant aux chevets de nos hôpitaux entre bien d'autres innovations, voici la télémedecine qui débarque parmi nous moyennant une plateforme ficelée en bonne et due forme.

Nous avons consulté pour vous Doqtoor, un outil destiné permettant aux patients et à tout internaute averti d'informer auprès de médecins volonaires qui peuvent à leur tour adhérer à ce projet qui se veut fédérateur. En vous inscrivant, vous êtes invités à renseigner votre nom et prénom outre vos coordonnées en tant qu'utilisateur, de quoi responsabiliser tout chacun dans ses demandes.

Jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes, nous ignorons si Doktoor ambitionne de monétiser certains de ses services dans l'avenir, mais une chose est sûre : l'élan solidaire des jeunes médecins bénévoles est plus que souhaitable dans une société traversée par un certain fossé entre les professionnels de la santé et leurs compatriotes, souvent proie à l'incompréhension et à la frustration.

Enfin, nous sommes bien curieux de découvrir les prochains pas d'une pareille plateforme qui ravit tant pas sa présence, sa bienveillance et son élégance. Et pour cause, le mode d'emploi est des plus intuitifs!

A la pétillante startup MSanté protagoniste du projet, nous souhaitons une belle envolée.. Bon vent! 


A la découverte des Passions artisanales d'Oumayma Labidi : Luster Shop

Nous poursuivons à coeur joie notre évasion dans le monde artisanal tunisien, perpétuellement revisité et surprenant, grâce à l'incroyable engouement de notre jeunesse qui continue tout de même à s'adonner à ses différentes activités et passions.

Aujourd'hui, nous mettons le cap sur Luster Shop, un coin haut en couleurs qui nous invite et séduit de par la finesse et la diversité de ses créations d'accessoires destinés aussi bien à la gente féminine que masculine. Nous préférons laisser la parole à cette photographie soigneusement prise qui en dit long sur la passion ayant donné naissance à tant de joyaux.

Quid de la communication? Nous en avons apprécié deux aspects. D'abord, les prises sur Instagram, à l'instar de celle-ci, sont généreusement ponctuées par des mots et des expressions-clé (hashtags) propices à propulser les créations Luster dans les quatres coins de la planète, d'autant plus que notre enseigne en here a réussi à se vendre sur Facebook où le nombre des fans frôle les 8000 jusqu'à l'heure d'écriture de ces ligne.

Promenant notre regard sur cette page, nous retrouvons certains accessoires présentés sous forme de vidéos ultra courtes, de quoi rassurer et amadouer davantage les fidèles de la marque tout en jouissant d'une meilleure exposition, quand on sait que le contenu audiovisuel surplomble à ce jour les images en termes de viralité et d'engagement, à en croire.. les administrateurs du géant Facebook même.

Que souhaitons-nous voir de plus ? Sans doute, la galerie enchantée de Luster Shop sera la bienvenue sur Pinterest (dont voici notre mode d'emploi), cet havre d'inspiration vers lequel se ruent des millions d'internautes, au gré des jours, à l'affût de beauté et d'originalité. Autant en profiter!

Idéalement, Luster se verra dotée de sa propre boutique en ligne, aussi simple soit-elle, où les articles et les collections pourront être enregistrées sur Pinterest, de sorte à attirer des clients potentiels du monde entier.

Entre-temps, nous ne lassons jamais de recommander le recours à l'expertise des plateformes spécialisées dans la promotion et la commercialisation du fait-main Tunisien, nous citons notamment Artisanature et l'Espace de l'Artisanat (concept store online) dont vous pouvez consulter nos revues sur les adresses ci-avant. Telles solutions ont le mérite d'épargner à notre artiste Oumayma Labidi le temps et l'énergie nécessaires pour les questions techniques et logistiques.

Puisse Luster continuer à déchaîner les passions! Bon vent!



Le premier journal dédié à la Cybersécurité voit le jour

Décidemment, la culture de la cybersécurité semble s'ancrer de mieux en mieux aux confins même de nos réseaux sociaux, grâce à des initiatives citoyennes qui viennent épauler les efforts de l'Etat engagé dans la prévention de la cyberciminalité, l'espionnage, le terrorisme et tant de menaces de nature à porter préjudice à toute une nation.

Il nous semble opportun ici de rappeler l'état des lieux dressé par nos stratèges en sécurité globle dans le cadre de l'étude prospective Tunisie 2025 (infographie).

Après avoir vu la campagne continue "Salamat Tounes" (dont voici nos avis), nous mettons aujourd'hui le cap sur un coin d'information sur Facebook affichant un nom des plus évocateurs : Cybersecurity bil' Falla9i - الامن المعلوماتي بالفلاقي.

Nous avons survolé pour vous le contenu de la page que nous avons appréciée à bien des égards. D'abord, les alertes et les informations affluent, tous les jours ou presque, renforçant ainsi les liens tissés avec une communauté d'intrnautes vigilents et curieux, large de près de 7000 fans jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes. Avec une telle cadence de publication, la page est sur la voie de réussi son pari le plus important, celui de rappeler aux Tunisiens les menaces qui les guettent à tout instant.

De surcroît, ce journal en herbe arbore un langage simple et compréhensible par tous, loin de la langue formelle souvent déployée par nos institutions publiques, ou encore du jargon technique propre aux technophiles.

Que souhaitons voir de plus ? Sachant l'incroyable viralité du contenu audiovisuel, pourquoi pas traduire les informations et les conseils en des vidéos, aussi simples et courtes soient-elles, pour clarifier encore plus - bel falle9i - les différents rituels à adopter afin de bien se protéger. Mieux encore, CyberFalla9i serait idéalement doté de sa propre web TV sur YouTube qui saura mieux exposer et référencer sur le long terme les contributions d'un projet qui promet aussi bien à l'échelle nationale que panarabe. Tout comme la langue adoptée, l'ennemi est commun, ne connaissant point de frontières!

Enfin, nous aimerions voir ce média en herbe oser Instagram qui s'apprête à tout type de contenu, loin des stéréotypes véhiculés. Non seulement, ce réseau social de plus en plus prisé par les Tunisiens n'est pas à l'abri des menaces cybernétiques, mais aussi, tout ce qui y est partagé jouit d'une visibilité - organique, naturelle - bien meilleure que sur la page Facebook que nous souhaitons voir épaulée par un groupe d'échange de bonne pratiques.. Ce dernier sera telle une ode à une communauté alerte et engagée qui continue à grandir et inspirer le(s) protagoniste(s) de CyberFalla9i. Bon vent!



Cette campagne anti-tabac rappelle subtilement l'inévitable sort des fumeurs

Nous ne lassons jamais de nos balades virtuelles aux confins des galeries du net, à l'affût des campagnes créatives qui attaquent frontalement le tabagisme, ce fléau accepté voire même vénéré et dont la fin ne semble pas encore proche.

L'affiche qui suit est on ne peut plus simple et impactante, défilant les différentes phases de la vie d'une cigarette fumée, perdant sa.. ligne et élégance au profit d'un misérable mégo. La photo parle pour elle même et rappelle subtilement l'inévitable marche vers une mort prématurée.

L'expression "mourir à petit feu" prend tout son sens là. Bonne santé et.. Bonne inspiration!


le nom de l'artiste et/ou de l'agence créative nous sont inconnus jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes


La Compétitition nationale des Débats à l'ère du Digital

Par ces temps qui courent, la société civile ne manque guère d'idées et d'énergie pour maintenir son admirable dynamique citoyenne..

Aujourd'hui, nous n'allons pas parler pas des associations directement impliquée dans l'élan solidaire contre le fléau, et comme elles sont nombreuses et pétillantes, mais plutôt d'une orgnisation qui promeut la culture du débat parmi les jeunes, résolue à tenir sa compétition annuelle et pionnière en dépit des circonstances d'exception. Et de quelle manière ?

Quelques jours auparavant, les chevaliers du T.O.D (Tunisian Organization of Debates) a surpris ses 11 mille fidèles sur Facebook - jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes - en annonçant le lancement de son coucours s'étalant sur sept jours, parsemés de trois phases éliminatoires avant la finale programmée pour le 22 mai prochain.

L'iniative s'est même invité sur Instagram, lieu d'inspiration et d'évasion pour nombreux internautes, moyennant des vidéos diffusées en direct pour expliquer l'idée et le déroulement de ce marathon d'idées et d'idéaux.. ô combien important pour l'avenir de cette Tunisie ambitieuse et perpétuellement révolutionnaire, aspirant à pomper du sang neuf dans notre classe politique de plus en plus rajeunie.

En attendant impatiemment les fruits de la compétition à travers ses différentes étapes, nous souhaitons que TOD tire le meilleur parti de sa web TV sur YouTube, qui saura mieux archiver, référencer et exposer notre jeunesse tunisienne dans toute sa diversité et splendeur.

Autant la page Facebook constitue une aubaine pour bien faire connaître cette action parmi tant d'autres, autant elle peut être limitante sachant que les publications sont éphémères et vite réléguées aux oubliettes.. à cause de la structure même de ce réseau. Plus loin encore, une telle tradition mérite d'être dotée de son propre portail où les participants et notamment leurs thèses et anti-thèses seront mises en valeur.

Nous croyons que les issues des débats méritent d'être constamment mis en avant pour inspirer d'autres jeunes à rejoindre ce mouvement et réclamer d'autres éditions du concours qui se verra de mieux en mieux ancré, diffus et attendu, n'est-ce pas l'une des missions ultimes du TOD ? Bon vent!


La sitiuation des Réfugiés subsahariens à la loupe du journal The New Humanitarian

Aujourd'hui, l'Humanité "célèbre" avec amertume sa journée commémorative des réfugiés dont le nombre n'a cessé de grandir au gré des guerres et des... humeurs de certains "leaders" hystériques et mégalomanes.

La Méditerrannée qui fut jadis au coeur de la civilisation de par ses flux commerciaux, se trouve aujourd'hui tristement célèbre pour les traversées de mort livrée par des infortunées de tous bords. Auparavant, ce fut l'Afrique, aujourd'hui, nous assistons à une véritable exode effrénée de nos concitoyens du monde en Syrie. Vous pouvez visualiser l'ampleur de ce phénomène sans début ni fin grâce à cette carte interactive que nous avons testée pour vous, ou encore cette plateforme d'information actualisée sur la question migratoire.

La Tunisie est au coeur même de ces flux, étant voisine d'une Libye turbulente, et à vol d'oiseau d'un continent désigné comme l'Eldorado des réfugiés et des immigrants en désespoir. Pour eux, l'ancienne Afrikya n'est qu'une terre de passage. Quid de la situation ?

Notre voyage à travers la presse étrangère nous a ramené aux confins de cet article anglophone que nous trouvons instructif et juste, sans complaisance aucune. Les auteures du billet ont fustigé l'infrastructure et la législation insuffisantes mises en place par l'Etat, poussant les réfugiés entre les bras d'une économie parallèle, précaire et.. prédatrice. En revanche, les efforts de notre association historique Croissant Rouge ne sont pas passés inaperçus, tel un clin d'oeil à la volonté populaire et inconditionnelle du Tunisien hospitalier et généreux.

D'autre part, ces lignes se sont étalés sur les dessous d'El Harka, ce phénomène que nous connaissons assez bien or, nous avons bien été interpellés par le ton juste et professionnel adopté par les journalistes Annalisa Camilli et Eleanor Paynter qui ont ainsi désamorcé les vils clichés associés à ces aventuriers de la mer, tout en mettant le doigt sur la responsabilité politique de part et d'autre du bassin..

Enfin, nous avons découvert grâce à la mention du jour tout un journal qui vaut le détour : The New Humanitarian qui honore bien son nom, donnant aux questions abordées tout leur sens humain et profond. Bonne lecture!



Echappée entre les bras de la Nature avec Tuni Montis

Nos balades sans fin sur la toile nous révèlent bien de choses agréables, réservées par notre jeunesse qui sera bientôt aux commandes du pays : l'amour de la nature par exemple.

Tuni Montis est un coin de charme sur Facebook et Instagram, défilant à coeur joie des prises aussi ravissantes les unes que les autres des coins et des recoins de cette terre enchantée, haute en couleurs, et incroyablement diverse.

Nous le savons bien or, sommes souvent piégés dans un quotidien fort limité et réducteur, tandis que Mère Nature nous entoure de partout et nous invite à nous y rendre pour nous ressourcer, corps et esprit.

Du vert plein de vie au blanc immaculé de la neige en passant par le bleu divin de nos mers et lacs, la photographie Tuni Montis ne se lasse point de nous émerveiller et séduire.. avec un clin d'oeil à notre histoire glorieuse, à l'image de Dougga, cette métropole érigée bien avant l'arrivée des Romains, fièrement dressée au beau milieu des plaines verdroyantes du Nord Ouest Tunisien.

Nous avons envie de nous évader longuement aux confins de Tuni Montis.. que nous souhaitons voir s'inviter de plus en plus souvent sur nos fils d'actualité - souvent morose et insignifiante sur Facebook - et ce, en s'ouvrant aux contributions des photographes qui débordent d'amour pour cette contrée tunisienne. D'autant plus que la protagoniste du projet Tuni Montis n'est autre que Haifa Baccar, activiste passionnée au sein du club culturel de Tunivisions relevant de l'Institut Des Hautes Etudes Touristiques de Sidi Dhrif.

Plus loin encore, nous rêvons de voir Tuni Montis se doter de sa propre web TV sur YouTube pour partager les joies des vadrouilles et du camping avec une communauté de plus en plus élargie et enthousiaste dans cette Tunisie qui pétille.. et au delà même de nos frontières.

Nous voyons dans ce nouveau-né les prémices d'un projet promotionnel et ambassadeur de la Tunisie en tant que destination écologique prisée par les aventuriers de la planète entière.. Bon vent!


Balade avec Kharjet le nouveau-né des guides de sorties

Tandis que la vie reprend doucement et sûrement son cours dans cette Tunisie haute en couleurs, notre scène culturelle particulièrement pétillante s'apprête à rattraper un temps qui ne fut point perdu, au vu des mille et une prouesses de notre jeunesse créative et entrepreneuse.

Aujourd'hui, nous nous sommes offerts une balade avec.. Kharjet, un guide de sorties qui nous a interpellé à bien des égards. Une fois atteris, nous avons vite trouvé notre chemin grâce à une interface simple et sans encombre annonçant d'emblée les couleurs de la plateforme : Culture, Plaisirs des papilles, et Tourisme alternatif.

Tels sont les coups de coeur de(s) protagoniste(s) de l'annuaire Kharjet, qui ambitionne ainsi de booster le pays et sa nouvelle économie créative en ces temps particuliers où le monde entier connaît un certain repli jusqu'à un nouvel ordre.

Qu'avons-nous apprécié de plus ? Outre le menu clair et invitant, un moteur de recherche des plus ergonomiques permets aux curieux de scruter rapidement les plans de sorties suivant la région, les goûts (toutes les cuisines sont au rendez-vous) et les commodités de tout genre : pied dans l'eau, paiement par carte ou ticket, cadre familial, espace fumeur ou non, etc. et ce, moyennant quelques simples clics en rien de temps.

Nous saluons autant l'intuitivité de l'outil que l'effort ayant été fourni au préalable, pour nous offrir un tel bouquet de programmes finement classés et filtrés. Ce détail constitue un atout de taille, démarquant la plateforme autant aux yeux de ses utilisateurs-consommateurs que de ses partenaires commerciaux qui se voient ainsi propulsés et encore plus proches de leurs clients potentiels.

A notre sens, Kharjet est un projet porteur d'âme, se mettant au service de cette nouvelle économie culturelle et créative qui ne cesse de prendre de l'ampleur comme en témoigne son chiffre d'affaires global ici (infographie) comme partout dans le monde (schéma). Nous avons particulièrement apprécié le clin d'oeil à l'offre alternative, écologique et innovante de nos promoteurs touristiques sont les maisons d'hôte et les gîtes ruraux sont gracieusement invités à s'inscrire sur Kharjet.

Aujourd'hui, le nombre des abonnés frôle les 75 mille du moins sur la page Facebook, jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes.

Enfin, nous souhaitons voir cet annuaire continuer à renforcer sa dimension communautaire, en nous faisant découvrir l'incroyable effervescence de la scène culturelle alternative - underground - dont on entend si peu dans les médias de masse. D'autre part, nombreuses associations oeuvrant pour le patrimoine immatériel intensifient leurs évènements tout au long de l'année, dans les coins et les recoins du pays. Puisse Kharjet devenir leur premier réflexe!

Nous sommes fort persuadés qu'un pareil projet peut s'imposer encore mieux en tant que premier réflexe auprès des internautes assoiffés d'aller à la rencontre de la vie et de ses plaisirs dont ils ont été privés. Bon vent!



Ory ou quand les papiers deviennent une matière d'Art

Aujourd'hui, la Terre "célèbre" une sa "journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse", cette autre tentative de rappeler la responsabilité qui nous incombe, nous les humains, pour préserver les richesses gracieusement offertes par Mère Nature. Et de quelle manière ?

A travers nos balades sur la toile, nous avons été interpellés par une enseigne artisanale pas comme les autres, déchaînant ses coups de coeur pour l'art et l'originalité, transformant du papier, ô combien malmené au quotidien, en de véritables pièces d'art aux allures aussi saisissantes les unes que les autres.

Des boucles d'oreilles aux tableaux muraux, Ory, ce nouveau-né du fait-main tunisien, ne cesse de nous surprendre. Nous ne saurons jamais assez chanter la beauté des créations confectionnées pour tous les goûts, nous laissons la parole à la photographie soigneusement prise et partagée sur ces galerie Facebook et Instagram de la marque.

Ces prises sont accompagnées de descriptions aussi informatives que.. passionnées, chargées d'émotions, ce qui ne laisse poitn les fidèles et les curieux indifférents face à une marque créative et humaine.

Que souhaitons-nous de plus au bout d'un voyage aussi enchanteur ? En parler à tout le monde, sans frontières! Nous voyons dans ce projet d'Art le meilleur ambassadeur d'une contrée pétillante de par l'élan créatif et entrepreneur de ses jeunes. D'autant plus que les bijoux en papier Ory dégagent une certaine senteur de l'Est qui saura intriguer et amadouer nos cousins de l'autre rive.

Ainsi, nous aimerions tellement voir Ory continuer à grandir par ici et à là, mais aussi s'inviter sur Pinterest (en voici notre mode d'emploi), cet havre d'inspiration pour des dizaines de millions d'internautes à l'affût d'orginalité. Il s'agit là d'un un puissant moteur de recherche visuel qui est, de surcroît, épaulé par une communauté qui s'élargit de plus en plus aux internautes Tunisiens. Plus loin encore, les publications d'Ory sur Pinterest serviront des meilleurs portes à la future vitrine de l'enseigne à l'ère du commerce électronique, et pourquoi pas!

Entre-temps, nous continuons à recommander vivement les plateformes de promotion artisanale bien de chez nous, Artisanature et l'Espace de l'Artisanat (concept store) dont vous pouvez consulter nos revues sur les adresses ci-avant. Telles solutions épargneront à notre artiste le temps et l'énergie nécessaires pour le marketing, la commercialisation et la logistique. Autant en profiter!

A la protagoniste d'Ory, Sawsen Laouiti Abassi, nous souhaitons une délicieuse envolée dans la poursuite de sa passion.. Bon vent!



Evasion dans l'univers illuminée Tunisian Researchers

Notre arrêt hebdomadaire aux confins des journaux du net s'avère souvent plaisant, ludique et surprenant, au regard de l'admirable diversité des initiatives journalistiques de notre jeunesse.

Après les coins dédiés aux arts et à la culture, les médias régionaux en herbe, ceux tournés vers les entrepreneurs voire même les élèves, la trouvaille du jour est une ode à la Science et à l'esprit critique, ô combien précieux en ces temps de désinformation et de superstitions ironiquement ravivées par les... nouvelles technologies numériques.

Tunisian Researchers s'invite sur notre toile en tant que projet transmédia de vulgarisation scientifique. Astronomie, biologie, physique, géographie et éthologie sont autant de thèmes passés à la loupe de cette communauté aussi bien curieuse qu'engagée, décidée à simplifier et à démocratiser le savoir, loin des viles tentatives d'instrumentalisation idéologique.

Nous nous sommes offerts un voyage des plus enchanteurs à travers cet univers de lumières, que des appréciations. D'abord, les articles sont rendus faciles et rapides à lire, ponctuées des sources sollicitées, ainsi pour renforcer la fiabilité de la traduction gracieusement offerte par les auteurs, et cultiver chez nos internautes une culture de curiosité et de vérification, rarement ou pas enseignés par notre école, cette même école qui a souvent réduit les sciences en des formules fastidieuses sans âme.

Nous voyons dans ce média en herbe tout un projet éducatif qui promet d'aller bien loin grâce à sa dimension communuataire, matérialisée par son groupe sur Facebook où les fidèles, au nombre qui frôle les 20 mille jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes, sont bien plus engagés et soudés autour de cette aventure.

Pourquoi pas une web TV sur YouTube, où les vidéos ont le mérite d'être bien mieux catégorisées, accessibles et référencées que sur Facebook! Moyennant des animations qui n'ont pas à être sophistiquées ou artistiques, Tunisian Researchers pourra élargir encore plus son audience panarabe assoiffée mais préférant le format audiovisuel à la lecture, fort malheureusement, comme le témoignent ces chiffres (infographie).

En revanche, nous avons été fort émerveillés de voir le projet oser Instagram qui fut souvent associé à la Lifestyle et à la promotion touristique. Clairement, Tunisian Researchers ne connaîtront pas de limites, ni de frontières, sachant qu'ils ont fait le choix d'honorer la langue arabe en lui dédiant une équipe de traduction scientifique, forte de l'expérience de son protagoniste, Yassin Khadraoui, l'un de nos auteurs ambassadeurs sur Wikipedia Arabic entre autres.

Enfin, nous profitons de cette note pour rappeler Astronut, cet autre coin passionné des sciences et des technologies de l'espace, au même titre que Tunisia Geology, un compte Instagram qui affectionne particulièrement nos pierres en leur donnant.. parole. Que la découverte continue!


Arrêt sur cette Campagne Choc s'attaquant au Tabac

Si l'ère du Corona touche à sa fin dans une atmosphère teintée d'enthousiasme, de fierté et de prudence, l'emprise du tabac semble avoir de beaux jours devant lui, notamment dans les pays qui font très peu pour limiter la fâcheuse habitude de fumer. Rien de mieux que ces statistiques qui attestent de l'ampleur du phénomène (infographie).

Entre-temps, les campagnes créatives continuent à affluer pour sensibiliser les dépendants de ce compagnon toxique. Quelques fois, les affiches haussent le ton et vont jusqu'à provoquer voire même secouer les internautes, à l'image du visuel suivant, fort de 3 mots subtilement permutés pour donner un tout autre sens à la tristement fameuse causalité dressée entre le tabac et le cancer du poumon.

Ce dernier, ravageur et irréversible, "guérit" du tabac. Fin de l'histoire.
Santé et Bonne inspiration!

Le message de cette campagne a été élaboré par l'association 
Cancer Patients Aid Association opérant sur le sous-continent indien. 


Salamat, projet de Vulgarisation de la Cybersécurité sans frontières

Vous souvenez-vous des tout premiers chiffres affolants et révoltants, témoignant de la prolifération de la violence à l'égard des femmes en début du confinement (schéma) ? Et depuis, le phénomène a continué à prendre des proportions énormes en dépit d'un nouveau cadre légal jugé révolutionnaire et dissuassif.

L'agression basée sur le genre est répréhensible par la loi 2017-58 et ce, qu'elle qu'en soit la forme, physique, sexeuelle, voire même morale (infographie). L'avènement des réseaux sociaux constitue particulièrement une aubaine pour les mal-intentionnés, les frustrés et les mysogynes pour y déferleur leur haine et complexes à l'égard de la gente féminine, l'anonymat aidant. Cela va sans rappeler les multiples "créations" malsaines porteuses de menaces de tout genre : arnaques subtilement déguisées, violations à la vie privée, abus des données confidentielles et piratage sont autant de dangers qui nous guettent au gré de nos balades virtuelles quelque fois hasardées.

Le coin du jour, Salamat, s'offre tel un guide de voyage sur la toile, éclairant nos internautes sur les mines et les manières de les éviter, moyennant des publications ludiques qui s'efforcent de balayer différents thèmes de la cybersécurité.

Qu'avons-nous apprécié au juste ? D'abord, l'importante cadence des publications, partagées jour après jour comme pour rappeler aux abonnés  - au nombre de 7000 jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes - l'impératif d'adopter des nouvelles habitudes pour assurer une navigation en toute sécurité. La perséverance des administrateurs de la page est exemplaire, d'autant plus que le contenu qui est, de surcroît, d'actualité, prend une dimension humaine et participative avec des vidéos de débats et d'échanges entre Femmes engagées et certains responsables acharnés dans la lutte pour la protection des données personnnelles.

Un point de plus pour le langage tunisien, simple et impactant, arboré par la page, surtout quand on apprend que Salamat fait partie d'un projet de grande envergure à l'échelle panarabe.

Enfin, l'aspect communautaire de cet havre.. sécurisant constitue à notre sens le principal atout d'une campagne qui ne connaîtra certainement pas de répit, jusqu'à l'éradication du fâcheux phénomène en question. Seulement un souhait : Nous aimerions voir Salamat se doter de son propre portail où l'information sera convenablement archivée et mise en avant, aménageant un espace pour les questions fréquentes, des guides pratiques faciles à consulter, et une vidéothèque qu'on souhaite également voir sur YouTube dont le contenu audiovisuel est bien mieux accessible et référencé que sur Facebook.

Plus loin encore, pourquoi pas s'inviter sur Instagram et tout autre réseau social à l'apparence légère, et qui sont loin d'être épargné des menaces cybernétiques!

A toute l'équipe appliquée de l'action Salamat, nous souhaitons beaucoup de courage et d'évolution, la guerre contre cet autre fléau de société vous appartient! Bon vent!



Les racines communes du Tunisien et du Maltais mis au grand jour

Vous souvenez-vous de toutes ces offrandes à notre langage parlé, nées aussi bien dans la toile que sur le terrain ? Nous en avons vu toute une association qui pétille et qui ose réclamer haut et fort la valorisation de notre patrimoine linguistique unique de par ses racines.. multiples.

Plus loin encore, certains des jeunes ambassadeurs de notre culture ont particulièrement chéri le Tunisien, lui dédiant au moins deux dictionnaires illustrés (dont vous pouvez consulter notre revue par ici ou pour ) voire même un cours filmé pour les curieux du monde entier sur cette web TV.

La reconnaissance du Tunisien en tant que langue à part entière prend une toute autre dimension quand on découvre à coeur joie un billet à la fois académiqueet ludique publié sur l'un des premiers journaux anglophones de l'autre rive, The Malta Independent. Rédigé par un érudit, l'article s'étale sur les liens historiques entre le Maltais, souvent considéré comme de l'Arabe sicilien, et notre propre parlé, les deux étant agréablement teintés par des mots qui témoignent des profonds échanges entre nos contrées durant des siècles.

Certes, le thème est quelque peu particulier, voire même contesté par certains qui continuent à réduire le Tunisien à une variante de l'Arabe dialectal, en dépit des apports amazighs, méditerranéens et lointains. Or, la parution d'un article pareil à la une d'un média suivi par quelques 100 mille abonnés, est à notre sens une rare opportunité pour rappeler au monde à quel point il peut être uni, réuni et tourné vers un avenir aussi fédérateur que notre passé, loin des discours diviseurs de l'une et l'autre des rives.

Enfin, soulignons que cette mention du jour a eu lieu grâce à une plume tunisienne, Kamal Chaouachi. tel un autre ambassadeur de l'unicité tunisienne.


Sur les pas de notre Ambassadeur Tabba3ni

Au gré de nos vadrouilles virtuelles, nous avons fait la connaissance d'un ambassadeur de toute autre nature, présent à la fois sur la toile et.. dans les quatre coins de la planète, à la poursuite d'une passion pour le voyage et l'exploration..

Le coin au nom on ne peut plus évocateur et tentant "Tabba3ni / Follow me", partage gracieusement des moments dénichés entre les bras de la nature verdroyante ici et ailleurs, et au beau milieu de gens de toutes ethnies et nationalités..

En dépit d'un certaine pausée observée depuis quatre ans, la page du jour semble avoir repris ses ailes, chantant la beauté de cette terre tunisienne dont il importe de préserver et chérir la diversité. Et pour cause, Arafet Ben Marzou, protagoniste de ce voyage sans fin "Tabba3ni", relaye les actions d'Exploralis Tunisia, une ruche citoyenne au service de l'environnement.

Et en ces temps de distanciation sociale et de restrictions sans frontières, nous aimerions bien voir Follow me, ce projet porteur d'âme inviter ses quelques 31 mille fidèles - jusqu'à l'heure d'écriture de ces lignes - à découvrir davantage les coins et les recoins de leur contrée, pour ainsi booster le tourisme d'intérieur, écologique et culturel.

Egalement, nous souhaitons voir ce coin s'envoler au delà du Facebook, s'invitant sur Instagram et YoutTube, havres de divertissement et d'inspiration, propices à augmenter la portée des publications enchantées de Tabba3ni. Plus loin encore, pourquoi pas un blog photo dédié, racontant au jour le jour les découvertes et les enseignements constamment cueillies par notre ambassadeur. Tel contenu a le mérite d'être.. intemporel et.. universel! Bon vent!



Nous avons testé Sahem, maillon d'une platefome solidaire adoptée par l'Etat

Plus de deux mois après la mobilisation générale face au fléau, les initiatives continuent à fleurir par ici et par là, embellissant davantage notre toile tunisienne plus que jamais solidaire, soudée, inspirante et proactive.

Nous nous sommes particulièrement attardés sur les plateformes digitales nouvellement créées pour canaliser l'incroyable élan solidaire qui est, de surcroît, haut en couleurs. Sbitar, Hero-40, N3awen et Chokran sont autant d'exemples que nous avons revus sur les adresses ci-avant. Or, le coin du jour baptisé Sahem.tn se distingue à plus d'un titre.

Sahem.tn est d'abord une manifestation exemplaire de la coordination entre l'Etat et la société civile en temps de crise et épousant l'ère du temps. Et pour cause, le Ministère des droits de l'Homme, dépourvu de moyens et dde es ressources humaines nécessaires pour remplir son rôle, s'est procué leditt outil imaginé et dévleoppé par l'association I-Watch, dans l'espoir de fédérer les moult contributions bénévoles, venant aux chevet de nos hôpitaux qui ont tant souffert dans l'indifférence, comme l'atteste cette campagne citoyenne, "Balance ton Hôpital".

Le mode d'emploi de la plateforme est de plus intuitifs. En quelques clics, vous pouvez renseigner votre emplacement, après avoir précisé la nature de votre offrande, en numéraire ou en nature, Sahem se charge du reste, vous indiquant les centres de collecte de dons les plus proches.

A un certain moment de cette courte balade virtuelle, nous nous sommes retrouvés, comme par magie, atteris sur une autre plateforme rappelant les couleurs de Sahem, portant un nom différent : Initiative.tn, là où vous pouvez vous inspirer des actions partagées aussi bien par des collectifs citoyens que par des individus. En voici un exemple édifiant.

Un peu plus loin, nous avons appris que les deux outils jumeaux font partie d'un projet plus large au nom de Jesr.tn, proposant un bouquet de pas moins de plateformes complémentaires, tels des maillons de la chaîne solidaire conçue par l'Etat et/ou son association partenaire.

Jesr.tn

Autant nous apprécions l'investissement entreprise pour ses différents coins, autant nous avons avoir été déroutés, confus, les limites nous semblent quelque peu ambigus. Nous souhaitons voir ces différentes composantes réunies sur une seule interface à l'adresse unique pour faciliter aux internautes à se familiariser avec, et pour ancrer un seul réflexe pour tout type de requêtes : recherche de point de collecte, don, demande d'approvisionnement, etc.

Par dessus-tout, notre rêve est de voir ces plateformes, séparées ou idéalement unies, continuer à évoluer sur le long-terme, pour servir cette fameuse économie sociale et solidaire dont le projet de loi s'est fait attendre depuis.. cinq ans déja.

D'autre part, I-Watch a développé une vocation solide de garde-fou dans la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance. Nous souhaitons la voir pérenniser - via son produit là - son parteariat stratégique avec le Ministère des Droits de l'Homme, et avec tout un gouvernement qui a tant promis pour éradiquer cet autre fléau qui ronge ce grand corps malade.. Bon vent!