Rétro : La parité électorale est née ici…

Hier, nous avons savouré avec grande fierté l'article chantant les acquis politiques de la Femme Tunisienne, source d'admiration et d'inspiration selon cette auteur et ex-officier du gouvernement américain qui a évoqué, émerveillée, la forte représentativité féminine, frôlant les 50% au niveau des conseils municipaux,

Aujourd'hui, dans le cadre de cette rubrique consacrée aux actions nées dans le Digital, nous avons souhaité faire une ode à feu Faiza Zouaoui Skandrani qui fut parmi d'autres à l'origine de l'instauration de la parité au sein des listes électorales.

Tout a commencé par ici, à l'aube de la IIème république dotée de sa nouvelle Constitution.. l'association Egalité & Parité a réitéré son appel pour un rassemblement devant l'ex Assemblée Nationale  Constituante pour faire pression sur les députés, hommes et femmes, en vue d'introduire le principe d'égalité des chances à l participation politique, deux mois avant la promulgation de la nouvelle loi électorale de Mai 2014 (infographie) qui a forcé la parité verticale (chaque liste doit obligatoirementalterner femmes et hommes).

Trois ans plus tard, la loi a connu encore une amélioration : c'est au tour de la parité horizentale (entre les têtes de listes proposées par chaque parti et coalition) d'être instaurée. Les résultats, chiffrés, furent sans équivoque : Environs la moitié des nouveaux conseillers municipaux sont des femmes, chiffre qui a attiré toute l'attention du think-tank américain dont nous avons parlé.

Faut-il rappeler que c'est grâce à cette même association fort active sur les réseaux sociaux que les quelques dizaines de femmes députées à l'époque ont eu leur place à la Constituante de 2011-2014. Ce combat féministe citoyen par excellence a commencé avant même la tenue du premier scrutin libre de l'histoire contemporaine du pays.

En vous rendant sur la page de l'action, vous vous offrez un véritable voyage dans le temps dans cette nouvelle Tunisie qui a pétillé et qui continue à étinceler grâce à sa société civile et ses femmes défendant farouchement leurs acquis.



0 comments:

Enregistrer un commentaire

Articles connexes